Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Le recrutement massif de KTM, étape décisive vers le titre ?

KTM poursuit la restructuration entamée depuis 2021 avec une nouvelle ligne directive de travail et l'arrivée de nouvelles recrues en provenance de chez Ducati.

Francesco Guidotti, KTM Factory Racing

Photo de: KTM

La restructuration de Honda, et en particulier le recrutement d'un nouveau directeur technique en provenance de Suzuki, est au cœur de toutes les attentions après une saison 2022 catastrophique pour la marque à l'aile dorée. Elle n'est néanmoins pas la seule à avoir repensé son fonctionnement puisque KTM a poursuivi cet hiver les changements déjà initiés depuis deux ans afin de s'installer de façon régulière et définitive aux avant-postes.

Après quatre premières saisons passées en MotoGP et la perte de ses concessions à la suite de ses premiers succès, la marque autrichienne a marqué le pas à partir de 2021, et a alors souhaité repenser sa façon de fonctionner pour continuer à être performante. L'arrivée de Fabiano Sterlacchini, ancien bras droit de Gigi Dall'Igna chez Ducati, a été la première étape de cette restructuration. Arrivé en cours de saison, l'Italien a pris en main le développement et a insufflé une nouvelle façon de procéder avant d'être rejoint en 2022 par Francesco Guidotti, ancien team manager du team Pramac, structure satellite privilégiée de Ducati, qui a pris ce même poste au sein de l'équipe KTM officielle tandis que Mike Leitner se mettait en retrait.

Une année d'observation plus tard, Guidotti poursuit les changements voulus par Pit Beirer, le directeur de KTM Motorsport, en coordination avec le reste de l'équipe technique. "L'année dernière, c'était le tout début pour moi et il était important de comprendre comment se déroulait le travail. Tout au long de l'année, nous avons fait comprendre aux gens le changement dont nous avions besoin. Durant l'hiver, nous avons effectué ce changement, la taille du personnel et de la structure a pas mal augmenté, surtout au siège. Je suis très curieux de voir le résultat de ce changement. La façon de travailler devait être différente, c'est ce que Pit m'a dit quand il m'a engagé", a expliqué l'Italien.

S'inspirer de Ducati et Aprilia

La première étape a donc été de recruter de nombreuses personnes, à commencer par d'autres piliers de Ducati, Jack Miller en tête. L'Australien a roulé pour la marque de Borgo Panigale durant cinq ans et amène avec lui son chef mécanicien, l'expérimenté Cristhian Pupulin. Les deux hommes sont suivis par Alberto Giribuola, ancien chef mécanicien d'Andrea Dovizioso au plus fort de sa carrière, puis d'Enea Bastianini chez Gresini, qui a décidé de rejoindre le clan de Mattighofen cette saison à un poste créé spécialement pour lui. "Il est à une place que nous n'avons jamais eue avant, il est ingénieur de performance. Dans l'équipe KTM, l'ingénieur de performance n'existait pas avant", a confié Guidotti.

"KTM a fait beaucoup de choses pour s'améliorer en embauchant des gens et en changeant leur structure", observe Livio Suppo auprès du site officiel du MotoGP, pointant l'intelligence de la démarche globale. "C'est la deuxième saison de Fabiano là-bas et d'autres ingénieurs italiens ont maintenant rejoint l'équipe. Je pense que cela va aider Fabiano à améliorer la moto plus rapidement. Ils ont ajouté des gens très expérimentés et, c'est important, ce sont maintenant les gars de Fabiano. Ça veut dire beaucoup. Travailler avec les gens que vous trouvez dans l'entreprise, c'est une chose ; parfois, vous pouvez avoir de la chance et trouver des gens que vous appréciez et qui partagent les mêmes idées. Mais il a maintenant recruté ses propres gars, des gens dont il pense que KTM a vraiment besoin. Donc, je suis confiant quant aux fait qu'ils sont sur le point de faire un pas en avant."

Francesco Guidotti estime toutefois que le nombre de nouveaux venus en provenance de chez Ducati reste limité. "[Quand on dit qu'il y a] 'beaucoup de personnes de chez Ducati', je ne suis pas d'accord : ce sont deux personnes et le pilote. Si on considère que le pilote vient souvent avec son chef mécanicien, ça ne fait qu'une personne en plus. Je ne dirais pas qu'il y a beaucoup de personnes de chez Ducati", a-t-il ainsi nuancé, persuadé que cela n'affaiblira en rien le constructeur italien. "Ce que je peux dire, c'est que si Ducati les laisse partir c'est qu'ils sont assez forts pour avancer sans ces 'personnes clés'. Ils ont atteint un certain niveau et ils ont déjà une façon de travailler qui fait que les gens peuvent être remplacés facilement actuellement, donc je ne pense pas qu'ils en souffriront tant que ça, malheureusement ! [rires]"

Cristhian Pupulin et Jack Miller.

Cristhian Pupulin et Jack Miller.

Reste qu'en tant que leader du MotoGP, Ducati est la référence pour les autres marques, et que pouvoir bénéficier de son expérience par le biais de personnes ayant travaillé pour elle est un avantage non négligeable pour KTM. Le constructeur autrichien regarde également du côté d'Aprilia, qui est parvenu à le dépasser en 2022. Cette réussite est vue, en partie, comme le fruit de l'influence de la Formule 1 apportée par Massimo Rivola, qui a notamment été directeur sportif chez Ferrari. Depuis son arrivée, la place prise par l'aérodynamique à Noale a été l'élément central ayant mené aux succès de la saison passée aux yeux des dirigeants de KTM, qui ont pour leur part initié un partenariat avec l'équipe de F1 Red Bull Racing pour développer leur package aéro 2023.

En bonne voie vers le titre ?

Avec cette nouvelle étape dans sa restructuration, KTM espère bien passer enfin le cap qui le sépare de la lutte pour le titre, un objectif bien réel même s'il ne s'avoue que timidement. "Nous avions besoin de quelque chose de différent pour passer le cap qu'il nous fallait afin de mener et de nous battre pour le championnat", s’est néanmoins enthousiasmé Guidotti. "Au final, nous avons effectué pas mal de changements et de mouvements en engageant de nouvelles personnes et en déplaçant aussi certaines personnes au sein de l'entreprise et de l'équipe. Nous sommes très enthousiastes à l'idée de voir si ça fonctionnera comme nous nous y attendons."

Avec ces nouvelles recrues, l'idée est donc de poursuivre la voie de travail initiée l'an dernier et qui a semblé commencer à porter ses fruits en fin de saison, avec deux podiums de Brad Binder et une victoire de Miguel Oliveira, parti chez Aprilia depuis. Le Sud-Africain reste convaincu qu'il ne manque que peu de choses à KTM pour enfin briller, et confirme ses sensations de milieu d'année, où les changements opérés commençaient à être visibles.

"Il est certain qu'on a beaucoup de nouvelles têtes dans l'équipe et que ça a provoqué des changements. Je pense que le plus important est le fait que, dès qu'on développe quelque chose et qu’on l’essaye, ce n’est jamais fait au hasard en attendant de voir ce qu’il va se passer. Ce qu’ils nous ont apporté, c’est d'avoir un but et de vraiment se concentrer sur le problème que l'on a", a expliqué Binder.

"Au niveau de la progression, tout semble plus lent à venir mais quand ça vient c'est toujours un cap dans la bonne direction. Je pense que l'une des clés de la saison dernière et qui représentait un changement, c’est qu'au lieu de faire des tests chaque week-end, tout a été bien plus stable tout au long des courses. Le plus important c’est qu'ils ont apporté de petites nouveautés mais qui étaient toujours positives, toutes."

Fini, donc, de se concentrer uniquement sur le fonctionnement de la moto. Désormais KTM s’évertue à extraire tout le potentiel du package. "Bien sûr, nous devrons ajuster des choses mais nous espérons avoir fait le bon choix au bon moment et avec les bonnes personnes", a conclu Guidotti.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent "Aucune excuse" pour Honda selon son ancien team manager
Article suivant Quartararo s'attend à voir Bastianini en lutte pour le titre

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse