KTM veut laisser à d'autres la pression du titre

La KTM a prouvé en 2020 qu'elle était désormais apte à gagner des Grands Prix. Pour ce qui est de viser le titre MotoGP, Pit Beirer préfère rester prudent et laisser à d'autres cette pression ultime.

KTM veut laisser à d'autres la pression du titre

À l'heure d'aborder sa cinquième saison en MotoGP, KTM a indéniablement changé de statut. La RC16 n'est plus la machine brouillonne qu'elle fut en 2017 lorsqu'elle s'est attaquée à la catégorie reine en devant initialement accepter de jouer les lanternes rouges. Au prix d'un développement massif et continu, elle est désormais l'une des prétendantes à la victoire.

Un premier titre est arrivé en 2020, celui de Rookie de l'année décroché par Brad Binder. Mais les autres lignes qui se sont ajoutées au palmarès sont plus gratifiantes encore, avec de premières pole positions, des podiums sur le sec et désormais réguliers, et puis bien sûr ces trois succès conquis en 14 courses seulement, par le Sud-Africain et Miguel Oliveira.

"Gagner pour la première fois une course MotoGP, à Brno avec Brad Binder, a été l'un des moments les plus émouvants de ma carrière en sports mécaniques", décrit Hubert Trunkenpolz, membre du directoire, "mais aussi un moment incroyable pour l'ensemble de l'entreprise, parce que nous avions alors une certaine pression. Nous devions obtenir des résultats afin de justifier notre implication en MotoGP à une époque qui était difficile. Tout le monde ne le comprenait pas et nous devions obtenir des résultats."

Lire aussi :

"Nous l'avons fait et cela nous a ôté une grande pression", constate le responsable, notant avec d'autant plus de satisfaction que cela a coïncidé avec un regain de forme du groupe KTM : "Je ne sais pas si c'était un hasard, mais à partir du moment où nous avons signé notre première victoire, notre business à l'échelle mondiale a crevé le plafond ! Nous avons eu une explosion des ventes de motos et des gains en termes de parts de marché dans le monde entier. Je ne peux pas vraiment lier cela directement à cette première victoire MotoGP, mais cela a clairement aidé."

Alors que la direction était aux anges, l'équipe de course était, elle, de plus en plus sûre de son fait, avec un plan de route parfaitement respecté et même de premiers objectifs majeurs atteints un peu plus tôt que prévu. Est-ce à dire que KTM va dès à présent formuler des ambitions du niveau supérieur et rêver de l'objectif ultime : jouer le titre ? Pit Beirer, toujours prudent en la matière, refuse de se mettre cette pression si vite.

"Toute cette aventure a été un rêve jusqu'à présent, mais ce projet avait aussi débuté avec un rêve, celui de remporter des Grands Prix dans cette catégorie. C'est donc formidable de regarder en arrière et de voir que nous avons ces victoires. Mais je ne veux clairement pas affirmer que nous sommes déjà prétendants au titre. Je pense que cette pression devrait peser sur d'autres membres du paddock", prévient le directeur de KTM Motorsport.

"Nous sommes, par contre, vraiment très heureux que ce rêve se soit réalisé avec ces victoires. Elles sont un fait, elles sont là sur le papier et nous en voulons clairement plus", poursuit Pit Beirer.

Une approche pragmatique que partage son directeur technique, Mike Leitner. "Nous avons réalisé de bonnes et grandes choses en 2020, et nous repartons à nouveau de zéro en 2021", annonce celui-ci. "Bien sûr, chacun a ses rêves et ses objectifs, et si vous posez la question aux pilotes, aux team managers ou aux constructeurs leurs objectifs sont peut-être différents. Mais la réalité, c'est qu'il faut d'abord obtenir des résultats. Je suis un fan des faits, alors nous allons d'abord nous concentrer pleinement sur la manière d'obtenir de meilleurs résultats."

Mike Leitner le sait pertinemment toutefois, ces trois succès conquis en 2020 appellent au moins à une stabilisation des performances et le simple fait de devoir rééditer des victoires engendrera une certaine pression pour l'ensemble de l'équipe. "Le fait d'avoir plus de pression apporte assurément une plus grande motivation à l'équipe de course", souligne-t-il, "car je crois que tous ceux qui travaillent dans ce milieu sont 'construits' pour la pression. C'est l'ADN de notre sport, et du sport en général, et nous allons le prendre comme quelque chose de positif."

Quel sera donc le souhait profond de Pit Beirer pour ses troupes en 2021 ? "Nous avons ces premières victoires dans la poche, mais la nouvelle saison débute et tout repart de zéro. Mais,  une fois que la saison sera terminée, ce qui me rendra heureux en regardant en arrière sur 2021, c'est que nos pilotes aient pu finir le dernier Grand Prix sans blessures et de pouvoir repenser à des courses très réussies. C'est ce que j'aimerais." Gageons que le patron de KTM Motorsport aura tout de même, au fond de lui, une réelle envie de faire à nouveau plaisir à sa direction en allant chercher quelque chose de plus…

partages
commentaires
Joan Mir renonce à porter le numéro 1 en 2021

Article précédent

Joan Mir renonce à porter le numéro 1 en 2021

Article suivant

Être chez Tech3 ne limite pas les ambitions de Petrucci

Être chez Tech3 ne limite pas les ambitions de Petrucci
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa