MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

L'Academy de Rossi, une transmission qui ne laisse rien au hasard

partages
commentaires
L'Academy de Rossi, une transmission qui ne laisse rien au hasard
Par :
8 août 2016 à 18:16

Le Docteur s'est constitué le meilleur entourage qui soit, avec un groupe de onze champions en herbe à qui il transmet son savoir tout en alimentant son propre esprit de compétition.

Depuis vingt ans, Valentino Rossi construit devant les caméras du monde entier l'une des carrières sportives les plus riches. Mais l'homme n'est pas que pilote, ou du moins a-t-il su développer d'autres aspects de son métier-passion pour mettre en place, plus discrètement, d'autres projets non moins solides.

Ceux-ci ont vu le jour à Tavullia, son antre, son refuge. Une véritable entreprise y est née, la VR46, qui se décline aujourd'hui dans un puissant merchandising, une équipe engagée en Championnat du monde et une académie de pilotes. Cette dernière permet au clan Rossi de semer les graines de l'avenir de la compétition moto, tandis que le maître des lieux s'épanouit au contact de ceux qui se préparent à prendre la relève.

Créée en mars 2014 avec à l'époque six pilotes (Bagnaia, Bulega, Fenati, Marini, Migno et Morbidelli), la VR46 Riders Academy compte aujourd'hui onze membres, engagés en Championnats d'Italie, d'Espagne et du monde Moto3 et Moto2. Une structure qui centralise toutes les attentions tant ses rejetons sont devenus des valeurs incontournables de la compétition mondiale, auteurs de performances qui ne laissent que peu de doutes quant aux succès majeurs qu'ils parviendront à rapporter à Tavullia à court ou moyen terme.

Le puissant empire Rossi est né de manière naturelle et l'Academy est aujourd'hui un maillon indissociable du Ranch, où s'entraîne tout ce petit monde, et de l'équipe engagée en Championnat du monde au nom du Docteur. L'approche bon-enfant qui y règne laisse à penser que les choses sont simples, or une telle réussite cache un travail acharné et réfléchi.

Pas question de faire les choses à moitié, ni de sous-estimer certains paramètres. N'importe quel jeune pilote n'intégrera pas l'Academy : les prétendants doivent répondre aux critères qualitatifs des responsables et savoir convaincre Valentino Rossi, lui qui a toujours le dernier mot. Et aux performances pures s'ajoute le comportement de ces adolescents, un point que les responsables ne négligent en rien. Pas question de mal se comporter, les "académiciens" doivent être bien élevés et, à leur talent de base, ajouter une véritable envie d'apprendre.

 

Un encadrement complet

Bien plus qu'un simple petit groupe de pilotes prometteurs bénéficiant de l'aura du Docteur, l'Academy est une véritable structure de management et de préparation, gérée au quotidien par deux amis de Rossi : Alessio Salucci et Alberto Tebaldi - autrement dit Uccio et Albi. "On a une bonne équipe de travail à l'Academy, on est désormais sept à travailler 24h sur 24h, toute la journée. C'est une belle structure, elle commence à être importante", se félicite Uccio dans un entretien accordé à Motorsport.com.

La préparation se veut complète et tous les ingrédients qui composent le quotidien des futurs champions que l'on tente de façonner là-bas font partie de la recette. En dehors de leurs déplacements sur les courses, ils suivent un programme d'entraînement riche, avec des roulages au Ranch ou sur le circuit voisin de Misano, au guidon d'engins de tous types, des motos pour le tout-terrain aux YZF pour la piste, en passant par les miniGP ou encore le karting…

Il faut ajouter à cela les séances en salle, encadrées par le préparateur physique à qui Valentino accorde sa confiance, Carlo Casabianca, ainsi qu'un suivi médical et nutritionnel. "On a trois médecins qui suivent les garçons", nous précise Uccio. "J'échange avec eux pour voir qui a le plus de besoins, qui peut faire mieux, qui doit s'entraîner différemment. L'Academy est faite de nombreuses petites choses."

Un travail de management complète ce cadre. Si trois pilotes forment le team Moto3 de VR46, l'Academy aide les autres en s'efforçant de les placer au sein des bonnes structures. C'est ainsi que Bagnaia, par exemple, a rejoint Aspar après une expérience non concluante au sein du Sky Racing Team et c'est avec l'équipe espagnole qu'il a signé en juin son premier succès… dédié, comme il se doit, à l'Academy.

 

"Au final, l'Academy et le team sont assez similaires, parce qu'on essaye de faire grandir les garçons, en partant d'un très jeune âge, et ensuite l'objectif est de les faire courir dans notre team. Ce sont donc deux choses qui vont un peu ensemble, même si nous avons onze gars et qu'ils ne peuvent bien entendu pas tous courir dans notre team. Les autres, nous essayons de les faire courir dans d'autres équipes, si possible dans les situations qu'ils préfèrent", explique Uccio.

Passion, talent et travail doivent être les maîtres-mots pour chacun des membres de l'Academy, des pilotes qui, sans être encore sortis de l'adolescence, se façonnent une stature professionnelle. Il n’y a bien que pour les cours d’anglais qu'ils prennent place dans ce qui s’apparente à des salles de classe. Ils n’ont pas d’amphithéâtres et passent le plus clair de leur temps en extérieur, pourtant le quotidien de ces garçons est celui de véritables étudiants, spécialité moto. Certains vivent même en colocation et en tout cas aucun n'oublie de rester un adolescent à l'esprit léger et aisément porté sur la franche rigolade. Rien de tel pour entretenir la jeunesse et l'esprit de compétition du maître des lieux. "Je vois la lumière dans ses yeux quand il s'entraîne avec les petits. D'abord, ils sont sympas, très positifs, et puis ils sont aussi très rapides, Vale a donc trouvé des adversaires dignes de lui pour les entraînements à moto", assure Uccio.

Une volonté de transmission

Ses proches avaient vu Valentino Rossi se lier au jeune Marco Simoncelli et partager avec lui son expérience. Il semble qu'après la mort de son ami, le nonuple Champion du monde n’ait pas voulu laisser ce passage de témoin inachevé et que l'Academy lui apporte le terrain idéal pour poursuivre ce qu'il avait entamé.

"Désormais, l'Academy est devenue vraiment belle et importante, et elle est en train de s'élargir", se félicite Uccio Salucci. Se définissant comme un "coordinateur", celui qui est également l'assistant de Valentino s'épanouit au contact de ces jeunes pilotes à qui lui aussi tente de transmettre sa propre expérience.

 

"C'est un très beau travail, le but est de faire grandir ces garçons comme nous l'avons appris durant les vingt ans passés avec Vale", nous explique-t-il. "On essaye de mettre à leur disposition l'expérience que l'on a acquise sur les courses et en dehors, pour qu'ils abordent la vie de pilote comme on l'a abordée nous, c'est-à-dire d'une belle façon et d'une façon qui fonctionne. On ne sait faire que comme Vale nous l'a appris."

Et il semble que la recette fonctionne, à en juger par le pédigrée des onze pilotes qui composent désormais l'Academy. "Les gars sont tous assez compétitifs, on est contents", sourit Uccio, qui veille au grain tout en savourant l'avancée du programme.

Pour l'heure, aucun titre n'a été remporté par ce petit groupe, mais les premières victoires ont d'ores et déjà posé de solides fondations. L'avenir doit confirmer que les graines de champions poussent bien, et élargir le cadre. "Pour le moment, il n'y a que des Italiens mais, à l'avenir, j'aimerais peut-être prendre quelques pilotes non Italiens pour que l'Academy devienne un peu plus internationale", nous indique Uccio Salucci.

 

T-shirt Valentino Rossi "46" 2016 noir
T-shirt Valentino Rossi "46" 2016, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Loris Baz veut "commencer en force la seconde moitié de saison"

Article précédent

Loris Baz veut "commencer en force la seconde moitié de saison"

Article suivant

Red Bull Ring : Des pneus asymétriques faits pour durer

Red Bull Ring : Des pneus asymétriques faits pour durer
Charger les commentaires