La chronique de Randy Mamola - Le message de Valentino Rossi

Pour Randy Mamola, il y avait du génie chez Valentino Rossi dimanche, lorsqu'il a remporté le Grand Prix d'Espagne.

La chronique de Randy Mamola - Le message de Valentino Rossi
Randy Mamola, manager de Bradley Smith, Tech 3 Yamaha
Le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, le deuxième, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing fêtent leur résultat avec l'équipe
Le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Podium : le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Podium : le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le vainqueur Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing fête sa victoire avec l'équipe
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing mène au départ

Cette chronique devait initialement avoir un autre protagoniste, mais la course à laquelle nous avons assisté dimanche m'a forcé à modifier ce que j'avais prévu. Valentino le mérite on ne peut plus après ce qu'il a fait à Jerez, car il n'a pas seulement signé la pole et la victoire, il a aussi délivré un message.

Il est vrai que les conditions qui régnaient dimanche, à 14 heures, l'ont probablement favorisé plus que quiconque, mais cela n'enlève rien à ce qu'il a réalisé. Personne ne pourrait sensément mettre en doute la magie de Rossi, mais sa victoire de dimanche dernier l'a élevé au rang de génie. Il faut garder à l'esprit que nous parlons de quelqu'un qui a tout gagné et qui a 37 ans.

Au-delà de ce qu'il a fait en piste, ce que je trouve encore plus fascinant c'est ce qu'il a fait en dehors.

Comme la plupart des fans, je suis les réseaux sociaux et cela m'a permis d'être témoin d'un élément clé de sa stratégie, à savoir l'entrainement auquel il se soumet pour se motiver. Dans le ranch qu'il possède chez lui, il s'entoure de jeunes gamins et se bat contre eux.

Imaginez un instant ce que veut un pilote de Moto3 de 18 ans quand il court contre le plus grand. Tout ce qu'il veut, c'est montrer son talent en le battant. Cela fait grimper le niveau de ces entraînements, qui se déroulent sur une piste de terre et au guidon de motos très puissantes. Curieusement, il a couru dans les mêmes conditions à Jerez.

La course a été 32 secondes plus lente que l'an dernier et cela était globalement dû au manque de grip dont beaucoup ont souffert. Les températures ont fortement augmenté dimanche et les pneus, dotés d'une carcasse plus rigide, ont eu beaucoup de mal et n'ont pas cessé de patiner. Mais un élément prend ici toute son importance : les ailerons. Tout le monde en parle lorsque la sécurité entre en jeu, mais à Jerez ils ont eu un impact évident sur les résultats.

L'un des principaux objectifs des ailerons est d'empêcher le pneu avant de se soulever à l'accélération. Cela aide à réduire l'effet du système anti-wheelie et permet donc au moteur de pousser plus fort. Sur une surface glissante, le pneu arrière glisse plus.

Il ne faut pas oublier que les motos qui ont eu le plus de mal étaient les plus puissantes. Par exemple, les Suzuki ont eu une très bonne course (cinquième et sixième), de même pour les Ducati 2014 de Laverty (neuvième) et Barberá (dixième).

Ceci étant dit, Valentino est celui qui a le mieux tiré son épingle du jeu dans ces conditions, utilisant toute son expérience et les ressources à sa disposition. Et il est fort probable que la nouvelle du départ de Jorge Lorenzo chez Ducati ait joué.

Le message de Rossi était de tout donner afin de montrer que Yamaha n'avait pas fait d'erreur en misant sur lui, pour qu'il soit clair que, au-delà du fait qu'il fait vendre des motos, il est encore assez fort pour se battre pour la victoire.

En voyant comment s'est déroulé le championnat jusqu'à présent, personne ne s'attendait probablement à cela. Pas même Marc et Jorge, qui se demandent maintenant la même chose que nous : Vale sera-t-il en mesure de rééditer cela ?

Nous aurons une partie de la réponse à Le Mans, la semaine prochaine.

partages
commentaires
Espargaró juge "important" d'avoir battu Viñales à Jerez
Article précédent

Espargaró juge "important" d'avoir battu Viñales à Jerez

Article suivant

Crutchlow - "J'aurais dû prendre plus de risques"

Crutchlow - "J'aurais dû prendre plus de risques"
Charger les commentaires