LCR souhaite bientôt aborder l'après 2022 avec Honda

Engagé en MotoGP pour les cinq prochaines années, Lucio Cecchinello souhaite assurer la continuité du partenariat de son équipe avec Honda.

LCR souhaite bientôt aborder l'après 2022 avec Honda

L.B., Le Mans - Depuis 2018, le team LCR a retrouvé un format d'équipe classique, avec deux motos, grâce à l'engagement de Takaaki Nakagami. S'il a ainsi atteint l'objectif qui était le sien, Lucio Cecchinello, patron de l'équipe, ne considère pas pour autant cette situation pérenne, conscient en effet qu'elle repose sur un projet à part entière, que traduit la livrée spécifique de la moto confiée au pilote japonais. C'est le programme de promotion de pilotes asiatiques de Honda qui a permis le doublement des effectifs de LCR, rejoignant ainsi une stratégie globale qui entend miser sur la sécurité.

"J'estime que LCR a eu la capacité d'abaisser le risque [pris par] l'entreprise par rapport à beaucoup d'autres équipes. Car nous avons toujours établi notre politique commerciale en misant sur des investissements en moyenne bas, mais établis avec une multitude de clients. En termes d'image ce n'est certainement pas beau, car il faut faire apparaitre beaucoup de marques sur les espaces disponibles. C'est aussi un travail très compliqué, car je dois suivre 35 clients", souligne Lucio Cecchinello à Motorsport.com. "Je les rencontre au moins trois ou quatre fois par an pour entretenir nos rapports, donc cela fait 150 rendez-vous par an, le tout en prenant en compte toutes les semaines durant lesquelles nous sommes en déplacement pour les tests et les Grands Prix. C'est un travail énorme."

"Mais d'un autre côté, le fait d'avoir de nombreux clients, et d'avoir un plus gros client qui représente 10% de notre budget, me place dans une condition de sécurité, car si nous perdons l'un des plus gros clients nous perdons 10% ou 15% du budget, pas 60% ou 70%", souligne l'ancien pilote, qui a voulu dès son arrivée dans la catégorie MotoGP, en 2006, ne pas faire reposer son modèle économique sur le soutien financier d'une seule grande marque, contrairement au team Pons qu'il remplaçait. "Sito Pons s'est retrouvé sans budget du jour au lendemain [quand Camel a stoppé sa sponsorisation, ndlr]. Moi, je n'ai jamais voulu courir ce risque, alors j'ai toujours essayé d'appliquer une politique commerciale à risque faible", pointe--t-il.

Lire aussi :

Aujourd'hui, c'est précisément le modèle ayant permis le doublement des effectifs ces dernières années qui pourrait signifier un nouveau retour à une seule moto en cas de changement dans les accords. "Aujourd'hui je pense pouvoir dire que LCR peut toujours avoir la possibilité de courir avec un seul pilote ; pour avoir deux pilotes, LCR a besoin en ce moment du soutien de Honda", souligne Lucio Cecchinello. "Je dois dire que grâce à Honda et à leur sponsor, Idemitsu, nous avons trouvé un beau projet, celui d'avoir une place en MotoGP dédiée au projet des pilotes asiatiques qui méritent une opportunité."

"Nakagami est la pointe d'un gros projet de communication sportive lancé par Honda avec l'Asian Talent Cup, le team Asia Moto3 et Moto2, jusqu'à en arriver en MotoGP. En ce moment, la place principale est occupée par Nakagami, et j'espère que ces projets de pilotes asiatiques se poursuivront et, quand Taka aura l'opportunité d'évoluer, nous serons prêts à donner cette place à d'autres pilotes asiatiques. Si jamais cela ne se produit pas, ou s'il devait y avoir un retrait de ce projet de la part de Honda, alors oui, nous pourrions avoir des difficultés à faire courir deux pilotes. Mais, alors, il n'est pas dit qu'un autre sponsor n'arrive pas entre-temps."

Impliqué dans cette forme de partenariat unique dans le plateau actuel, LCR est contractuellement lié à la fois à Honda et à ce programme pour 2022, mais pas encore au-delà. Bien qu'engagé en MotoGP pour le prochain cycle de cinq ans, le team doit donc encore confirmer la suite de son union avec le constructeur. "Nous avons un accord pour donner de la continuité au programme, y compris en 2022, aussi bien avec le projet Álex Márquez qu'avec le projet Idemitsu", indique Lucio Cecchinello, qui n'a pas encore ouvert le chapitre portant sur 2023 et au-delà. "Je n'ai pas encore discuté [avec Honda]. Pour le moment, nous avons un accord jusqu'en 2022. Nous aborderons sous peu les sujets liés à une collaboration sur une durée plus longue."

partages
commentaires

Related video

Morbidelli s'est tordu le genou dans un incident étonnant
Article précédent

Morbidelli s'est tordu le genou dans un incident étonnant

Article suivant

EL4 - Quartararo survit devant, les Honda glissent

EL4 - Quartararo survit devant, les Honda glissent
Charger les commentaires