Le podium de Viñales prive Suzuki de ses privilèges

partages
commentaires
Le podium de Viñales prive Suzuki de ses privilèges
Par : Léna Buffa
23 oct. 2016 à 16:45

Avec le podium de Viñales au Grand Prix d'Australie, Suzuki a dépassé la limite de résultats qui lui permettait jusqu'à présent de bénéficier de concessions réglementaires.

Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Davide Brivio, Suzuki MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Troisième place pour Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Davide Brivio, Suzuki Team Manager
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Podium : le troisième Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Aleix Espargaro, Team Suzuki Ecstar MotoGP, Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP
Maverick Viñales, Team Suzuki Ecstar MotoGP

Ironie du sort, en accompagnant le retour de Suzuki à la victoire, Maverick Viñales prive son employeur actuel d'avantages en vue de 2017, alors que le pilote sera passé à la concurrence. Peu lui importe, ce qu'il retient avant tout c'est sa volonté de récolter les fruits de leurs deux ans de travail commun, et il n'entend pas s'arrêter en si bon chemin.

"Je vais essayer de décrocher un autre podium pour les remercier de la confiance qu'ils m'accordent. Je suis très content de la façon dont se déroule cette saison et je vais essayer de me donner à 200% sur les dernières courses", assure le pilote espagnol.

Après Ducati, au tour de Suzuki

Le règlement MotoGP prévoit deux types de concessions : l'utilisation de neuf moteurs par pilotes pour l'ensemble de la saison, contre sept pour les autres marques, et le développement autorisé des dits moteurs, ainsi qu'un quota illimité d'essais privés pour les titulaires, contre les cinq jours de leurs collègues de chez Yamaha, Honda et Ducati.

Ces dérogations réglementaires concernent les constructeurs ne comptant pas de victoire sur le sec depuis 2013 ou ayant rejoint le championnat depuis 2013. Afin d'en limiter l'application, un système de points mis en place l'an dernier veut que l'on retire ces concessions à une marque si elle atteint un certain niveau de résultats.

Le barème est simple : une victoire vaut trois points, une deuxième place deux et une troisième place un. Si l'un des constructeurs concernés atteint un total de six points de concession pendant une saison, ses avantages prennent fin - avec effet immédiat dans le cas des essais privés, l'année suivante pour les moteurs.

Après Ducati l'an dernier, c'est donc au tour de Suzuki de perdre ces concessions. Ayant fait son retour au championnat en 2015 après trois ans d'absence, la marque bénéficiait cette année de ces fameuses concessions. Or, les progrès accomplis cette année ont mené la GSX-RR à signer trois troisièmes places (comptant pour trois points selon le barème expliqué ci-dessus) et une victoire (trois points).

Un bon signe pour Suzuki

La troisième place de Maverick Viñales en Australie a donc fait basculer Suzuki au-delà de la limite consentie de six points, ce qui placera le constructeur d'Hamamatsu sur un pied d'égalité avec Yamaha, Honda et Ducati l'an prochain. Par conséquent, Aprilia est à ce jour le seul constructeur encore concerné par les concessions, avant l'arrivée l'an prochain de KTM qui en bénéficiera également.

Avant même le départ de la course, Davide Brivio était conscient que son équipe était en position d'atteindre cette limite et il assurait vouloir voir la GSX-RR monter à nouveau sur le podium cette année, au risque de perdre ces concessions. "Il vaut mieux un podium plutôt que cet avantage dont nous pourrions disposer la saison prochaine. Nous préférerions avoir ce podium et perdre ces privilèges, parce que notre objectif est de nous mesurer aux top teams sur un pied d'égalité", expliquait le team manager à Motorsport.com.

"Le plus grand de ces avantages c'est que le développement du moteur ne soit pas gelé. Avoir neuf ou sept moteurs, c'est plus ou moins la même chose, et avoir moins de tests ne changera pas grand-chose non plus", détaillait Davide Brivio.

Avec Oriol Puigdemont

Prochain article MotoGP
Rossi veut voir la Yamaha progresser en 2e moitié de course

Previous article

Rossi veut voir la Yamaha progresser en 2e moitié de course

Next article

Rossi reprend 10 points à Lorenzo et leur duel se poursuit

Rossi reprend 10 points à Lorenzo et leur duel se poursuit

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Catégorie Dimanche - Course
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Maverick Viñales
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités