Lorenzo : Cohabiter avec Márquez rappelle les débuts auprès de Rossi

partages
commentaires
Lorenzo : Cohabiter avec Márquez rappelle les débuts auprès de Rossi
Par :
26 janv. 2019 à 09:15

Avoir été coéquipier d'un Valentino Rossi fin connaisseur de la Yamaha est une expérience qui pourrait servir à Jorge Lorenzo maintenant qu'il fait équipe avec Marc Márquez chez Honda.

Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Mick Doohan, Alex Criville, Marc Márquez et Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Podium : Jorge Lorenzo fête sa victoire aux côtés de Dani Pedrosa et Valentino Rossi
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Valentino Rossi, Fiat Yamaha Team, Jorge Lorenzo, Fiat Yamaha Team
Mick Doohan, Alex Criville, Marc Márquez et Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo et Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Le poleman Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, le troisième Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

Jorge Lorenzo se place volontiers dans la position d'outsider à l'heure de rejoindre l'équipe Repsol Honda. Bien qu'il n'ait pas à rougir de son palmarès et qu'il soit le seul à avoir pu battre Marc Márquez au championnat depuis l'accession de ce dernier à la catégorie reine, le Majorquin a bien conscience qu'il arrive sur un terrain conquis par son rival, où il va devoir faire face à une adversité redoutable.

Mais le numéro 99 a de la ressource. Il le répète volontiers : il croit en lui et sait sa valeur de "champion", terme par lequel il distingue les top pilotes des autres. Aussi n'est-il aucunement effrayé par l'ampleur de la tâche qui l'attend, et ce peut-être parce qu'il a connu dès ses débuts en MotoGP, en 2008, la confrontation la plus ardue qui soit.

"Durant ma carrière en MotoGP, j'ai partagé le stand de quatre pilotes : d'abord Valentino [Rossi], ensuite Spies, Dovi et maintenant je vais le partager avec Marc. La situation est assez similaire à celle que j'ai connue quand j'ai commencé en MotoGP en 2008, parce qu'à cette époque Valentino était à l'apogée de sa carrière : il n'avait pas gagné en 2006 et 2007, mais il se battait toujours pour le titre et il connaissait très bien la moto. C'est plus ou moins la même situation que celle que je vis maintenant que je rejoins une nouvelle équipe, avec Marc comme coéquipier très fort, Champion du monde, et qui connait très bien la moto."

Voir aussi :

Être coéquipier de Valentino Rossi, ça forme, et Lorenzo emmagasine année après année toute expérience bonne à prendre pour mieux pouvoir y puiser lorsque c'est nécessaire. Alors, pour réussir son nouveau challenge, sans doute pensera-t-il de loin en loin à la manière dont il a dû composer avec un environnement entièrement dévolu au Docteur lorsqu'il a rejoint Yamaha. Il pourra aussi s'inspirer de la force de caractère qu'il lui a fallu pour dompter une Ducati qui l'a pourtant longuement malmené, au sein de la deuxième équipe qu'il ait fréquentée en MotoGP.

"Il est très difficile de s'adapter à une MotoGP, comme j'ai pu le ressentir et le vivre avec la Ducati. Ça n'est pas si simple. Pour autant, même si je n'étais pas en parfaite condition, l'adaptation à la Honda s'est plutôt bien passée à Valence et Jerez", retient-il pour le moment. "Il est certain que Marc a un gros avantage dans ce domaine. J'ai toujours dit que c'était un phénomène, et j'ai beaucoup à apprendre de lui, alors je rejoins l'équipe avec beaucoup de joie et de fierté, mais aussi beaucoup d'humilité pour essayer petit à petit de tout comprendre et peu à peu d'obtenir des résultats."

Les résultats en question, il les espère élevés, à la hauteur des ambitions que peut nourrir un pilote de son calibre. Car entendre parler de "dream team" est une chose, mais le confirmer avec les performances à venir consistera son véritable défi. "Avant tout, me remettre à 100% ; voilà mon premier souhait. Et ensuite que tout se passe bien et qu'on puisse [être] en piste ce dream team dont on parle", énonce-t-il.

Lire aussi :

Lorenzo ne s'avancera pas à définir combien de temps il pourrait lui falloir avant de pouvoir battre Márquez à armes égales, mais sait pertinemment que ses performances seront passées à la loupe et pourront peser moralement sur ses adversaires, à commencer par son voisin de stand.

"Cela sera plus simple pour lui de me battre que l’inverse, vu que je suis nouveau dans l’équipe. Au final, ce qui met le plus de pression aux adversaires, c’est la rapidité en piste. S’ils te voient plus rapides, ils deviennent nerveux et tentent de te suivre et de te rattraper et peuvent commettre plus d’erreurs. Il faut donc que nous soyons tous les deux rapides", prévient-il.

Avec Charlotte Guerdoux

Article suivant
Le team Petronas Yamaha SRT, une naissance en 6 mois !

Article précédent

Le team Petronas Yamaha SRT, une naissance en 6 mois !

Article suivant

Diaporama - Les motos de Marc Márquez en Grand Prix

Diaporama - Les motos de Marc Márquez en Grand Prix
Charger les commentaires
Be first to get
breaking news