Lorenzo : "Je suis encore loin"

partages
commentaires
Lorenzo : "Je suis encore loin"
Par :
13 avr. 2019 à 12:00

Le pilote Honda continue de rencontrer des difficultés, et a terminé dans le fond du classement lors du premier jour du Grand Prix des Amériques. Il reste néanmoins objectif sur sa performance, et se concentre sur son adaptation à la RC213V.

Jorge Lorenzo avait prévenu juste avant le dernier Grand Prix, en Argentine, qu’il ne serait pas aux avant-postes avant l’arrivée du plateau MotoGP en Europe, en raison des deux pistes compliquées pour lui que sont l'Autodromo Termas de Río Hondo et le Circuit of the Americas, qui s’ajoutent aux blessures qui ont ralenti son adaptation à la Honda. Au terme de la première journée d’essais au Texas, ses propos se confirment.

Lire aussi:

Le Majorquin a en effet terminé très loin vendredi. D’abord 18e en EL1, il a progressé de six dixièmes pour se classer 16e en EL2, à toujours plus d’une seconde du meilleur temps. "Sur un circuit qui me convient bien, comme le Qatar, [ça va], j’y avais terminé deuxième lors des EL2. Mais aussi bien en Argentine qu’ici, c’est difficile. Nous sommes encore en train d’apprendre beaucoup de choses pour me rendre la vie plus facile", a-t-il déclaré lors de son point presse.

Une adaptation toujours en cours

En raison de sa fracture au scaphoïde en début d’année, puis de sa blessure à une côte au Qatar, le nouveau pilote Honda a perdu un temps précieux pour mieux découvrir sa RC213V, et cela joue en ce début de saison. En effet, de nombreux changements qui auraient dû être apportés à sa machine durant les tests hivernaux sont réalisés actuellement.   

"Je ne me sens pas encore à l’aise sur la moto. Nous sommes en train de changer l’ergonomie, mais nous travaillons aussi sur les réglages et mon style de pilotage afin que je m’adapte à cette moto", a-t-il expliqué. "C’est une situation qui n’est pas simple à digérer, mais il faut le faire car bientôt du positif arrivera, et à partir de là, cela ira mieux."

"La moto est très compétitive si on la pilote comme elle doit être pilotée", a-t-il ajouté. "Il est certain que c’est surtout Marc [Márquez] qui l’a faite évoluer, il l’a adaptée à son style. C’est une moto très petite, et tout est très compact. Je ne suis pas Michael Jordan, je ne mesure pas deux mètres, mais j’ai les jambes plus larges et je ne suis pas encore à l’aise sur la moto. J’ai du mal dans les changements de direction. Aujourd’hui nous avons testé un siège plus élevé, et nous allons continuer à essayer des choses afin que je finisse par me sentir à l’aise."

Le pilote espagnol est toujours très loin de son coéquipier, qui évolue pour sa part dans les premières places du classement depuis le début de la saison : "Je ne sais pas si le problème vient de l'avant, mais ce qui est clair c'est que Marc connaît la moto et en tire son potentiel maximal. Personnellement, en raison de beaucoup de choses, je ne le fais pas encore tout le temps. De façon générale, je suis encore loin." 

Lire aussi:

Du point de vue de sa forme physique, Lorenzo a tenu à insister sur le fait que ses blessures ne le gênent plus en piste, et que cela reste seulement "un inconvénient dans la préparation physique". À présent remis, il peut pleinement se concentrer sur son adaptation à la Honda, et tenter de viser un résultat convenable aux États-Unis.

Cela ne sera pas simple, car les positions du premier jour risquent de ne plus bouger en raison des orages annoncés ce samedi. Dans ce cas, le Majorquin devra passer par la Q1, mais pourrait réaliser la même performance qu’en Argentine et parvenir à passer en Q2. Quoi qu’il en soit, il prend son mal en patience avant le prochain Grand Prix de Jerez et l’affirme : "Il faut être positif".

 

Article suivant
Les Ducati officielles en difficulté

Article précédent

Les Ducati officielles en difficulté

Article suivant

Bien parti, Miller prend le temps d'observer Márquez

Bien parti, Miller prend le temps d'observer Márquez
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu