MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Vite fatigué au guidon de sa Honda, Lorenzo survit un peu

partages
commentaires
Vite fatigué au guidon de sa Honda, Lorenzo survit un peu
Par :
3 juin 2019 à 10:20

Le pilote espagnol continue de rencontrer les mêmes problèmes sur sa RC213V, et ne s’attendait pas à réaliser un Grand Prix d’Italie formidable. Sa 13e position finale a confirmé son ressenti, et il va donc travailler directement à l’usine, au Japon, afin de progresser en vue de Barcelone.

Le week-end a de nouveau été compliqué pour Jorge Lorenzo, qui ne trouve toujours pas les solutions pour se sentir totalement à l’aise sur la Honda. Loin tout au long des séances, il a conclu la course à la 13e place, à presque 21 secondes de son coéquipier, qui a pour sa part décroché un nouveau podium. Le Majorquin ne s’est pas montré surpris, mais a décidé de passer à la vitesse supérieure en se rendant à l’usine Honda, au Japon, afin de pallier ses problèmes.

"Je savais avant la course qu’elle allait être difficile en raison de mes sensations, de la façon dont je me sens sur la moto, de la chaleur et de ma place en grille", a déclaré Lorenzo au terme du Grand Prix d’Italie. Il est vrai que depuis le vendredi, aucune amélioration n’avait véritablement été visible, hormis lors des EL3 où il était parvenu à prendre le 12e temps, se contentant d’une position oscillant entre le 18e et le 20e rang. Sa 17e place en qualifications est venue confirmer ses résultats précédents. 

Lire aussi:

"La moto est ce qu’elle est, et pour le moment elle me fatigue, je ne peux pas attaquer. Je dois un peu survivre actuellement. Lorsque des pilotes me suivent et me doublent, je n’ai pas d’énergie pour répliquer. Les deux autres points sur lesquels la Honda doit progresser selon moi seront longs à mettre en place, mais déjà il faut qu’elle devienne plus facile afin que je ne rencontre plus ce problème de fatigue et que je puisse la piloter de façon plus précise", a-t-il expliqué.

Malgré les problèmes rencontrés, tout n’a pas été à jeter durant ce week-end italien, et notamment le début de course, qui a vu le numéro 99 progresser : "La chose la plus positive de la journée a été le départ. Je comprends bien mieux la façon de prendre un bon départ avec cette moto que lors des premières courses. J’ai plus ou moins eu le rythme que je m’attendais à avoir, et suis plus ou moins arrivé à la place à laquelle je pensais. Ni plus ni moins. Mais nous ne pouvons bien entendu pas être contents. Ma position en course et la distance qui me sépare du vainqueur sont moins bonnes qu’au Mans, mais nous nous y attendions."

Le plateau MotoGP a déjà disputé six courses du calendrier, et pour le moment aucun cap ne semble avoir été franchi du côté de Lorenzo. Grand Prix après Grand Prix, les mêmes problèmes persistent. "La volonté de Honda a toujours été présente", a-t-il souligné. "J’ai essayé différentes formes de réservoir, mais aucune ne m’a apporté la solution que j’attendais. J’ai besoin de relâcher mes bras et de dépenser moins d’énergie, mais il ne fait aucun doute que cela va bientôt se faire", a-t-il poursuivi. "Je crois vraiment que nous pouvons bien progresser sur ce point. La solution est de nous rendre au Japon et d’y passer quelques jours. Nous y allons afin de travailler très dur sur cet aspect et de voir si nous pouvons trouver une solution aussi vite que possible."

Jorge Lorenzo s’est donc envolé pour l’usine Honda, au Japon, et espère y trouver des solutions qui amélioreront ses résultats lors du prochain Grand Prix, qui se tiendra à Barcelone du 14 au 16 juin prochains. "Espérons qu’à Montmeló nous pourrons apporter des solutions à ma position sur la moto, et que petit à petit nous puissions nous rapprocher et améliorer notre résultat du Mans. C’est mon objectif, et c’est pourquoi je ne rentre pas chez moi mais continue de travailler très dur avec l’usine", a-t-il conclu.

 

Article suivant
Miller, un abandon au plus mauvais moment...

Article précédent

Miller, un abandon au plus mauvais moment...

Article suivant

Danilo Petrucci, l'émotion après les doutes

Danilo Petrucci, l'émotion après les doutes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Lieu Mugello
Pilotes Jorge Lorenzo Guerrero Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Charlotte Guerdoux