Lorenzo - "J'espère que Michelin travaille très dur pour progresser"

L'inquiétude qui entoure le retour de Michelin n'est plus un secret dans le paddock. Jorge Lorenzo en appelle au travail du manufacturier français pour régler les soucis de jeunesse de ses pneus 2016.

Leur partenariat actuel avec Bridgestone est censé leur interdire de parler du manufacturier qui prendra le relais l'année prochaine. Pourtant, après avoir exprimé publiquement à Brno leur frilosité à l'égard des pneus Michelin qu'ils utiliseront l'année prochaine, les pilotes semblent avoir ouvert les vannes.

Jorge Lorenzo en a remis une couche lors de son point presse de vendredi à Silverstone, répondant en toute franchise à un journaliste l'interrogeant sur son inquiétude.

"Je ne veux pas trop y penser en ce moment. Je pense que c'est une perte de temps parce que les progrès des pneus ne dépendent pas de nous. Et puis il reste sept courses importantes à disputer [avec Bridgestone]," a-t-il rappelé.

"Ceci dit, j'espère que Michelin travaille très dur pour progresser, en particulier avec le pneu avant. Pour le moment, il est moins précis et sa perte de grip est plus inattendue que celle du Bridgestone," pointe le leader du Championnat du Monde, victime de deux lourdes chutes lors des essais de développement de Sepang et du Mugello, toutes deux visiblement provoquées par une brusque perte de la roue avant.

Le pneu arrière semble poser moins de difficultés, malgré des rumeurs affirmant le contraire et que Jorge Lorenzo a démenties. "Quand je l'ai testé, il était ok. Peut-être que la dégradation était un peu plus forte au bout de quelques tours, mais le grip du pneu arrière était très bon dans le premier tour. Peut-être qu'il faudrait qu'ils équilibrent et qu'ils fassent en sorte que le pneu avant offre le même grip," suggère le pilote espagnol.

Besoin de changer de style de pilotage

Michelin reconnaît avoir développé ses nouveaux produits en s'inspirant de ceux qui étaient proposés il y a sept ans avant son départ du MotoGP et les premiers essais semblent avoir confirmé que les gommes clermontoises ont conservé leurs tendances du passé. "Historiquement, on sait que Michelin a un pneu avant beaucoup plus faible que Bridgestone, tandis qu'à l'arrière Michelin est beaucoup plus forte que Bridgestone," rappelle Carlo Pernat à Motorsport.com.

Manager historique et observateur avisé du MotoGP, Pernat nous confirme : "Les pneus, c'est un gros point d'interrogation pour tout le monde. Cela pourrait rebattre un peu les cartes, mais c'est un discours que l'on commencera à tenir à Valence." Valence où se terminera la saison 2015 et où les pilotes titulaires retrouveront les gommes Michelin pour entamer les essais hivernaux.

"Tout le monde est un peu inquiet. Márquez n'a jamais couru avec Michelin, idem pour Iannone ou les autres jeunes comme Redding ou Petrucci. En revanche, Dovizioso, Valentino, Lorenzo, Pedrosa, oui," rappelle Carlo Pernat. "Tout le monde pilote sur l'avant, mais certains le font avec plus de sensibilité que d'autres. Les pneus avant de Bridgestone ont toujours été exceptionnels et cela se voit : les pilotes en font ce qu'ils veulent."

"Il faudra changer de style de pilotage," prédit-il. "Márquez, par exemple, pilote beaucoup sur l'avant et il ne pourra pas le faire avec Michelin. Est-ce qu'il sera capable de faire ce qu'il fait aujourd'hui quand il sera en Michelin? La question se pose."

A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Jorge Lorenzo
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités
Tags bridgestone, critiques, michelin, pneus