Lorenzo mise sur sa capacité d'adaptation pour réussir avec Ducati

Jorge Lorenzo n'a plus que quatre Grands Prix à disputer avec Yamaha, avant de prendre le guidon de la Ducati Desmosedici pour ouvrir un nouveau chapitre d'une carrière jusqu'ici très stable.

Lorenzo mise sur sa capacité d'adaptation pour réussir avec Ducati
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team, le deuxième, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Le troisième Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Christian Sarron et Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Depuis son arrivée en MotoGP, le Majorquin avait fait preuve d'une fidélité absolue à la marque d'Iwata, remportant 43 victoires et trois titres au gré de ces neuf saisons. Ce qui l'attend à partir du mois prochain, c'est une moto qui, depuis son arrivée en 2003, n'a été menée vers la couronne mondiale qu'une fois, aux mains de Casey Stoner en 2007.

"Le défi est grand et je crois que beaucoup de monde s'attend à ce que j'essaye d'être Champion du monde avec cette moto. Je pense l'avoir fait au bon moment (…), car Dall'Igna est là et s'il y a une personne qui peut se battre contre les usines japonaises, c'est bien lui", assure Jorge Lorenzo sur le site officiel du championnat, lui qui connaît l'ingénieur pour l'avoir côtoyé en 125cc et 250cc.

Pour autant, le pilote espagnol souhaite minimiser l'importance du défi en question : "Le plus grand défi de ma carrière, je pense que c'est quand je suis arrivé en Championnat du monde, en 125cc. J'avais vraiment besoin d'obtenir des résultats pour rester dans ce milieu, la pression était donc réelle et c'était un vrai challenge. Maintenant que j'ai été Champion du monde cinq fois, je suis ici parce que j'aime ça et parce que c'est ma passion. Franchement, je n'ai pas vraiment de grosse pression."

"Je crois vraiment que l'un de mes points forts, c'est l'adaptation, ma rapide adaptation à la moto", affirme Lorenzo. "Alors, voyons voir comment ça se passera et si j'arrive à être rapide et compétitif avec la Ducati aussi, mais il est évident que le défi de gagner sur une moto avec laquelle seul Casey Stoner a été en mesure de gagner… Je pense pouvoir faire l'Histoire si cela arrive."

Les pneus continueront de peser dans l'équation

En attendant, Jorge Lorenzo tentera de terminer la saison en cours au plus haut niveau possible. Or, à quatre manches du tomber de rideau, il sent que le titre risque d'être une cible bien difficile à atteindre.

"L'année dernière, le championnat était possible ; cette année, il est possible, mais très compliqué, presque impossible. Il nous faudrait avoir beaucoup de chance et Márquez devrait être très malchanceux. Je pense que l'on a beaucoup plus de chances d'essayer de se battre pour la deuxième place plutôt que de gagner le championnat", suggère-t-il, alors qu'il compte aujourd'hui 14 points de retard sur Rossi et 66 sur Márquez.

"Je pense vraiment qu'avec les mêmes règles que l'an dernier, les pilote auraient affiché la même régularité [qu'en 2015], mais je crois que la régularité tient en grande partie aux pneus", souligne-t-il, conscient d'être trop souvent parti à la faute. "Quand vous perdez l'avant, il est très difficile de se rattraper et de ne pas tomber. Vous tombez peut-être 90% des fois où vous perdez l'avant, tandis que l'année dernière c'était l'inverse."

"C'est la raison pour laquelle les pilotes commettent plus de fautes et enregistrent plus de scores vierges. Márquez est tombé à de nombreuses reprises, mais uniquement en essais ; il termine toujours la course et cela, ajouté au fait que les pilotes Yamaha ont fait beaucoup d'erreurs, lui permet d'être en tête du championnat avec beaucoup de points d'avance."

Se trouvant particulièrement en difficulté avec le pneu avant pluie de Michelin, utilisé à de nombreuses reprises pendant l'été, Jorge Lorenzo craint que cela soit encore d'actualité l'an prochain, lorsqu'il aura changé de moto. "Il faudra voir si Michelin va changer son pneu pluie avant ou bien si je dois vraiment m'y faire pour être beaucoup plus compétitif, sans quoi à l'avenir je vais continuer à perdre beaucoup de points", pointe-t-il. "Et puis, on verra bien ce que ça donnera avec une autre moto, parce qu'il semble plus simple de sentir la limite sous la pluie avec la Ducati et les pilotes sont très rapides."

Porte-clés logo 99 Jorge Lorenzo 2016
Porte-clés logo 99 Jorge Lorenzo 2016, en vente sur Motorstore.com
partages
commentaires
Márquez n'a plus besoin de monter sur le podium
Article précédent

Márquez n'a plus besoin de monter sur le podium

Article suivant

Stoner a refusé de remplacer Iannone à Motegi

Stoner a refusé de remplacer Iannone à Motegi
Charger les commentaires