Lorenzo : "Forcer les choses ne les rendra pas meilleures"

partages
commentaires
Lorenzo : "Forcer les choses ne les rendra pas meilleures"
Par :
30 mars 2019 à 11:53

Le pilote Honda doit se montrer patient ce week-end, et devra l’être tout autant lors du prochain Grand Prix, sa convalescence n’étant pas terminée et ayant ralenti son apprentissage de la RC213V. Il affronte d’ailleurs avec calme ses mauvais résultats de ce premier jour en Argentine.

Jorge Lorenzo s’attendait à rencontrer des difficultés à l'Autodromo Termas de Río Hondo, un tracé qui ne lui a que très rarement réussi par le passé. Cela n’a donc pas été une véritable surprise de le voir loin tout au long de la première journée d’essais libres. Le Majorquin en tire même du positif et se montre très patient, bien qu'il ne puisse faire autrement pour l’instant.

Lire aussi:

Un manque d’expérience avec la Honda

La nouvelle recrue du team Repsol Honda a navigué bien au-delà du top 10 ce vendredi, avec un écart qui s’est néanmoins bien réduit, à l’inverse de la place qui a beaucoup baissé. Lors des EL1, il est en effet parvenu à se classer au 14e rang, à 1"513 du leader, tandis qu’il a réussi à faire passer son écart à 0"978 en EL2, en terminant cependant en 21e et avant-dernière position. Sa conclusion était claire et nette lors de son point presse : "Pour le moment je ne suis pas capable d’aller plus vite."

Il faut dire que le numéro 99 n’a pas encore totalement récupéré de sa fracture du scaphoïde de début janvier, et qu’il doit désormais faire avec la fissure d’une côte contractée lors du Grand Prix du Qatar. "Physiquement je suis assez bien", a-t-il cependant rassuré. "Le matin j’ai eu un peu mal, surtout dans le poignet, du fait d’avoir forcé. À présent je peux forcer un peu plus donc je provoque plus de pression sur mon poignet. L’après-midi j’ai pris des antidouleurs, ça a été un peu mieux. Nous avons probablement besoin de deux ou trois semaines pour être complètement remis, mais ce n’est pas un véritable problème d’être si loin, ou d’être à cette position."

Contrairement à ce qui avait été envisagé, ce n’est pas son état physique qui l’empêche d’être performant en Argentine. "C’est mon manque d’expérience avec la moto sur un circuit qui ne m’a jamais plu", a-t-il reconnu avant de préciser : "C’est difficile pour moi car l’adhérence est vraiment mauvaise, c’est très glissant. Je suis un pilote qui a besoin de grip pour tirer profit au maximum de son pilotage, donc j’ai toujours du mal ici. Mon manque de roulage et d’expérience avec la moto ainsi que mes blessures font que ma vie n’est pas très simple actuellement".

Une question de temps

Malgré sa 21e place finale à la suite de la première journée, Lorenzo se montre très réaliste : "Il faut rester calme et ne pas se stresser par rapport au classement, qui n’est évidemment pas celui que nous souhaitons. Il arrivera un moment où tout sera réuni et nous pourrons être forts, mais sur cette piste ça sera difficile", a-t-il expliqué. "Notre position est très mauvaise, mais la différence avec le plus rapide n’est pas si élevée donc nous continuons. Je reste concentré et ne perds pas patience car ce n’est qu’une question de temps avant d’être devant."

Le Majorquin affiche aussi cette décontraction car il savait à quoi s’attendre et s’est, de plus, rassuré à Losail il y a trois semaines : "Je m’y attendais un peu. Ma position en EL2 n’est pas bonne, mais nous avons besoin d’assembler plein de choses, de bien comprendre la moto. Pour l’instant je ne comprends pas encore, mais malgré ça je peux être devant lorsque les conditions sont bonnes, avec du grip, comme je l’ai montré lors des EL1 au Qatar." Il a donc l’esprit tourné vers l’arrivée du plateau MotoGP en Europe : "Je m’attends à être très compétitif lorsque nous arriverons à Jerez."

Pour l’heure, il va lui falloir affronter ce Grand Prix d’Argentine qui ne s’annonce pas simple. Ayant clairement affiché sa volonté de ne pas rechuter sans pour autant préciser la position qu’il vise, Lorenzo se fait discret sur ses attentions pour les qualifications et la course. Pour autant, il n’en reste pas moins objectif : "C’est difficile car beaucoup de personnes, ainsi que l’équipe, attendent beaucoup de moi car je suis un pilote officiel Honda, mais forcer les choses ne les rendra pas meilleures."

 
Article suivant
Zarco en confiance au terme du premier jour

Article précédent

Zarco en confiance au terme du premier jour

Article suivant

Des résultats en dents de scie pour un Viñales en mal d'adhérence

Des résultats en dents de scie pour un Viñales en mal d'adhérence
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Lieu Autodromo Termas de Rio Hondo
Auteur Charlotte Guerdoux
Soyez le premier à recevoir toute l'actu