Luca Marini fier d'avoir pris la décision de rester en pneus slicks

Aidé par ses entraînements au Ranch et par l'exemple que lui a donné Valentino Rossi en course, Luca Marini a décroché son meilleur résultat en MotoGP lors du Grand Prix d'Autriche, en faisant le pari réussi de rester en pneus slicks sous la pluie.

Luca Marini fier d'avoir pris la décision de rester en pneus slicks

Luca Marini s'est offert les honneurs des avant-postes pour son 11e Grand Prix dans la catégorie reine, et quel Grand Prix ! Avec Aleix Espargaró, Iker Lecuona ou son aîné Valentino Rossi, il a tenté le coup de poker d'une fin de course en pneus slicks alors que la pluie s'intensifiait au Red Bull Ring. Un pari risqué, mais qu'il assumait parfaitement à l'arrivée de la course, même si le podium qu'il a touché du doigt lui a finalement échappé.

Pilote le moins expérimenté à avoir fait ce choix, Marini s'est dit fier de sa capacité à prendre cette décision dans un moment de grande incertitude, tout en admettant que l'exemple de son frère n'y avait pas été totalement étranger. Tous deux étaient 13e et 14e juste avant que de premiers pilotes prennent la direction des stands pour changer de moto, et malgré un moment d'hésitation, Marini a choisi de rester en piste afin de ne pas compromettre sa place dans les points par cet arrêt. Il restait encore sept tours à boucler et le pire était à venir en termes de conditions…

"À un moment donné, je voulais rentrer au stand et changer de moto, avant que tout le monde s'arrête, parce que je me disais que c'était peut-être le moment ou jamais. Mais ensuite, alors que j'étais sur le point de prendre la pitlane, [Valentino] m'a passé et je me suis dit que j'allais rester moi aussi, qu'on allait la jouer comme ça et qu'on verrait bien", a raconté le jeune pilote italien.

"[Quand] j'ai commencé à rentrer, je me suis dit 'non, qu'est-ce que je suis en train de faire !' alors je suis resté en piste. Entre-temps, Vale m'avait passé. Ça a été un ensemble de choses", a-t-il poursuivi. "Mais pendant ce tour-là, je continuais à y penser. Ma décision, je l'ai aussi prise parce que j'étais dans une bonne position, j'étais dans les points, ce qui est toujours mon objectif à chaque course, et je n'avais pas envie de tout ficher en l'air, alors je me suis dit que j'allais rester dehors et qu'au pire si personne ne s'arrêtait je finirais 13e. Mais tous les autres se sont ensuite arrêtés et ça s'est finalement mieux passé."

"Je me suis mis derrière [Rossi] et au début ça allait assez bien. Mais j'étais un peu plus rapide, je pense qu'on était meilleurs aussi que Lecuona. J'évaluais la situation de la meilleure façon possible, parce que je voulais toujours rester dans le sillage d'un autre pilote pour avoir les pneus et les freins les plus chauds possibles pour le freinage suivant. J'ai essayé de tout jouer dans le dernier tour. Au final, ça a fonctionné car j'ai gagné dans ce petit groupe de pilotes en slicks."

"Malheureusement, je ne pensais pas que ceux qui avaient les pneus pluie allaient revenir aussi vite, mais dans le dernier tour il s'est mis à pleuvoir énormément. On a roulé en 1'51, donc on a perdu 20 secondes dans le dernier tour. S'il s'était mis à pleuvoir une minute plus tard, on aurait fait le podium ! Les courses sont comme ça et je me suis de toute façon énormément amusé."

Lire aussi :

Aperçu dans le trio de tête pour la première fois de sa jeune carrière dans la catégorie reine, Luca Marini a expliqué avoir été en quelque sorte épargné par son équipe, qui a peut-être préféré ne pas le mettre sous pression… "Sur mon panneau ils ne m'ont pas indiqué que j'étais troisième, mais je le savais, je le sentais. Il y avait un peu plus de pression, car il était important de ne pas commettre d'erreur dans une situation aussi critique, mais je le savais très bien en tout cas et j'ai essayé de rester froid, lucide, et de ne commettre aucune erreur."

Même s'il est passé tout près d'un premier podium, le pilote de VR46 s'est tout de même offert une solide cinquième place, son meilleur résultat à ce stade en MotoGP. "J'ai essayé, je me suis donné à 100% mais c'était vraiment mouillé, dans tous les virages, et la moto était vraiment difficile à piloter", a-t-il expliqué au site officiel du MotoGP, précisant que son entraînement l'avait finalement servi : "J'ai eu énormément de sensations proches de celles que j'ai au Ranch. Je me suis souvenu de sensations que j'ai là-bas, en particulier en entrée de virage quand la moto glisse beaucoup, et j'ai essayé d'utiliser mes capacités pour aller chercher le meilleur résultat. C'est une cinquième place, et c'est génial !"

"Ça me booste beaucoup. Je suis très content de ce résultat, il ne pourrait pas en être autrement. Mais je suis content aussi du week-end. On a très bien travaillé, y compris sur le sec, j'étais compétitif et on aurait pu faire une bonne course dans ces conditions-là aussi. Ensuite la pluie est arrivée et il fallait prendre la bonne décision, rester lucide dans un moment aussi critique car il restait peu de tours et qu'il était inutile de s'arrêter. J'en suis très content, je suis fier d'avoir pris la bonne décision."

partages
commentaires
Stats - Cinq pilotes et quatre constructeurs vainqueurs en cinq courses
Article précédent

Stats - Cinq pilotes et quatre constructeurs vainqueurs en cinq courses

Article suivant

Aux stands un tour trop tôt, Miller et Rins ont fait "une grosse erreur"

Aux stands un tour trop tôt, Miller et Rins ont fait "une grosse erreur"
Charger les commentaires