Marini en première ligne "en partie grâce aux conditions"

Pour la première fois depuis qu'il a rejoint le MotoGP, Luca Marini a obtenu, grâce à son troisième temps aux qualifications du Grand Prix d'Émilie-Romagne, une place sur la première ligne de la grille de départ. L'occasion pour lui de continuer à apprendre aux côtés des meilleurs pilotes.

Marini en première ligne "en partie grâce aux conditions"

Luca Marini a accueilli sa première qualification en première ligne avec humilité, bien conscient du fait que les conditions piégeuses dans lesquelles s'est déroulée la séance, samedi à Misano, ont contribué à le hisser ainsi parmi les places de tête. Mais le rookie italien, qui pilote une Ducati de deux ans d'âge, y voit néanmoins le signe des progrès accomplis tout au long de sa première saison, lui qui n'a pas caché avoir parfois fait fausse route dans ses efforts d'adaptation à la catégorie MotoGP.

"J'ai construit ces sensations avec la moto à chaque Grand Prix, chaque week-end, et maintenant je me sens mieux. Bien sûr, ce sont des conditions étranges, alors ce n'est pas mon réel niveau sur le sec, mais je pense que quand on pousse la moto et les pneus à la limite sur le sec, la différence entre les motos est plus grande. Or, dans ces conditions piégeuses, cet écart est moindre et le pilote peut faire la différence. Je voulais donc essayer d'exploiter cette opportunité pour me placer sur les deux premières lignes", a-t-il expliqué auprès du site officiel du MotoGP.

Directement qualifié pour la Q2 grâce à son dixième temps en essais libres, Marini n'y a utilisé qu'un seul train de pneus et enregistré une progression constante jusqu'à réussir, dans son dernier tour, à signer ses quatre meilleurs partiels. Il en a résultat un tour "presque parfait", dans lequel il a uniquement identifié un ultime virage perfectible, et à la clé le troisième temps derrière les pilotes officiels Ducati, Pecco Bagnaia et Jack Miller.

"J'ai juste essayé d'assembler tous les secteurs pour faire un tour propre. Au final, ça a été vraiment génial pour moi. Quand j'ai passé le drapeau à damier, je savais que j'avais fait un très gros tour, et j'ai regardé l'écran géant et j'ai vu que j'étais troisième. C'était vraiment une très grosse émotion et une super sensation", s'est-il réjoui.

Récemment éclipsé par son coéquipier Enea Bastianini, qui a enchaîné trois arrivées dans le top 6 et s'est même invité sur le podium, Luca Marini s'offre avec cette troisième place sur la grille une occasion de se mettre à son tour dans la lumière. Il ne se fait toutefois pas d'illusions : il rentrera dans le rang cet après-midi, la course étant annoncée sèche.

"La première fois qu'on part de la première ligne, c'est toujours une grande émotion, alors je vais essayer d'être préparé", a-t-il promis, ému de vivre cette première fois à domicile. "La course sera difficile, c'est certain, parce que sur le sec je pense que l'écart est un peu plus grand. On va voir, ce sont des conditions qu'on n'a jamais essayées durant ces deux jours. Je serais content si je peux finir dans le top 10. J'aimerais prendre cela comme une opportunité pour rester proche des meilleurs pilotes au monde et essayer de leur piquer certaines choses, de comprendre et d'apprendre des choses qui peuvent me faire grandir en tant que pilote et me faire avancer dans mon processus d'adaptation dans cette catégorie, qui est très difficile. La course est le domaine dans lequel j'ai le plus à apprendre."

"Si c'est sec, ce sera presque impossible de me battre pour [conserver] cette position, c'est certain, mais je veux exploiter cette opportunité d'un départ à l'avant pour comprendre comment les autres pilotent dans une situation de course. Ce sera génial, je pense. Je dois profiter de cette opportunité pour m'améliorer. Le résultat à l'arrivée n'a pas d'importance, on n'est pas concentré là-dessus aujourd'hui. Le plus important est de continuer à grandir."

Troisième temps pour Luca Marini, Esponsorama Racing, aux qualifications

Luca Marini, que son frère Valentino Rossi décrit parfois comme "le plus âgé de la famille" tant il apparaît sérieux, défend son travail d'adaptation au MotoGP, qu'il veut méticuleux et réfléchi.  Et cette troisième place sur la grille en est aussi une première récompense. "Je crois que, cette année, on a vraiment bien travaillé avec mon team. On est parti en étant assez loin des top pilotes et, au début, les sensations avec la moto n'étaient pas faciles à comprendre. Mais, quand j'ai de bonnes sensations avec la moto, je peux être fort et rapide dans toutes les situations, et j'en suis très fier."

"Je me rapproche des avant-postes, mais c'est en lien avec mes sensations sur la moto. Au début de la saison, il y a eu certaines pistes sur lesquelles j'étais assez à l'aise sur la moto, comme Portimão, mais à chaque fois il m'a manqué quelque chose en course. Alors j'ai sans cesse essayé de travailler là-dessus, et aussi de gagner en sensations pour être tout le temps meilleur en qualifs. Je pense qu'on a fait du super boulot au test de Misano, parce qu'on a trouvé une bonne solution sur la moto. L'ergonomie est désormais bien meilleure, les réglages aussi, et je peux donc piloter la moto comme j'aime. Et cela semble être la clé avec la Ducati."

"Je sais que j'ai obtenu ce résultat en partie grâce aux conditions, car si ça avait été complètement sec je pense que j'aurais au du mal à être là. Mais je gagne en confiance et je grandis beaucoup à chaque course. Je vais essayer de finir cette saison de la meilleure façon. [...] Je veux finir la saison du mieux que je pourrai, pour me préparer pour la saison prochaine, qui sera importante", a conclu Luca Marini, annoncé comme membre de la future équipe VR46.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Photos - Bagnaia et Ducati imposent leur loi dans une journée pluvieuse
Article précédent

Photos - Bagnaia et Ducati imposent leur loi dans une journée pluvieuse

Article suivant

Les chances de titre de Fabio Quartararo à Misano

Les chances de titre de Fabio Quartararo à Misano
Charger les commentaires