Marc Marquez a un moteur en moins après trois Grands Prix disputés

L'adversité a décidément décidé de se déclarer à tous les étages cette saison pour un Marc Marquez qui voguait l'an dernier sur un long fleuve tranquille. Enfilant les victoires comme d'autres les perles il y a un an, c'est une autre limonade qui lui est cette fois servie.

Une concurrence qui s'est affûtée et qui ne veut plus subir la leçon donnée en 2014, une blessure douloureuse à un auriculaire gauche alors que les Grands Prix vont s'enchaîner un week-end sur deux, la coupe était déjà bien remplie. Mais elle n'était cependant pas encore pleine. La technique vient ainsi de faire le complément puisque le double champion du monde a appris la perte d'un de ses cinq moteurs alloués pour le reste d'une campagne où chaque détail va compter.

On rappellera qu'en tant que pilote « Factory », Marc Marquez, comme les pensionnaires Yamaha, n'a droit qu'à cinq moteurs gelés dans leur évolution pour toute la saison. Ses collègues des clans « Factory2 », soit Ducati, Suzuki et Aprilia, et « Open », soit le reste des teams privés, bénéficient, eux, de douze moteurs sur lesquels des progrès sont possibles.

Vers des stratégies plus conservatrices durant les Grands Prix ?

A Austin, Marc Marquez avait dû abandonner en pleine séance qualificative sa moto contre le muret des stands avant de se ruer dans son box, prendre sa seconde machine, et se lancer dans la conquête d'une pole-position homérique. Le pilote avait été alerté par un signal lumineux d'un souci et avait suivi la consigne donnée par Honda de stopper en toute urgence. La mécanique est, depuis, partie à l'expertise au Japon. Et elle ne reviendra pas des ateliers du constructeur de Tokyo.

L'homme de Cervera se retrouve donc avec quatre moteurs après trois Grands Prix disputés. Ceci dit, il n'y a pas péril en la demeure. L'an passé, Alvaro Bautista, alors sur Honda, avait perdu deux mécaniques après quatre courses et avait fait dix courses en usant que deux moteurs. Mais il ne jouait pas le titre mondial tandis qu'une entaille dans l'allocation attribuée si tôt dans la saison oblige à penser à limiter le régime moteur et les tours passés en piste pour jouer la fiabilité.

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Actualités
Tags andrea dovizioso, ducati, espagne, honda, jerez, jorge lorenzo, valentino rossi, yamaha