Tombé deux fois, Márquez a perdu l'opportunité offerte par la pluie

Marc Márquez regrette particulièrement sa deuxième chute lors de la course du Mans, une erreur dont il prend la responsabilité et qui l'a privé d'une performance possiblement très forte.

Tombé deux fois, Márquez a perdu l'opportunité offerte par la pluie

Marc Márquez s'est dit en colère contre lui-même après être tombé deux fois pendant le Grand Prix de France, ce dimanche au Mans. Troisième course qu'il disputait depuis son retour de convalescence, l'épreuve organisée en Sarthe a largement subi les caprices de la météo. Mais alors que bon nombre de pilotes s'en sont plaint, le champion espagnol savait, lui, que la pluie lui offrait une opportunité à saisir, limitant l'exigence physique du pilotage. Ne pas avoir vu l'arrivée constitue donc une grosse déception, et ce d'autant plus qu'il se sent responsable de son deuxième accident.

Parti de la sixième position, Márquez s'est d'emblée battu aux avant-postes, au point même de prendre la tête au détriment de Jack Miller et Fabio Quartararo, lorsque tous sont passés par les stands à la fin du cinquième tour pour y changer de moto. Une fois équipé de pneus pluie, Márquez s'est détaché, gagnant une seconde et demie en deux tours. Mais ses espoirs se sont envolés lors d'une première chute survenue dans le huitième tour, dans le dernier virage du Circuit Bugatti.

De retour en course, le pilote Repsol Honda a affiché un rythme plus élevé que ses adversaires, de quoi lui permettre de potentiellement remonter depuis la 18e place qu'il occupait alors. Mais c'était sans compter sur une deuxième chute, survenue à La Chapelle, et qui cette fois a sonné la fin de sa course.

Lire aussi :

"Il est évident qu'aujourd'hui nous n'avons pas profité de l'opportunité que nous offrait la météo et j'en suis déçu", regrette-t-il. "Je savais que si j'étais patient pendant les trois ou quatre premiers tours, ce serait une bonne course pour moi − et je l'ai été, je pensais être dans la limite. Mais je suis tombé alors que je ne m'y attendais pas. Je ne poussais pas fort, mais c'est comme ça, ça peut arriver dans une course flag-to-flag. Elles comportent beaucoup de risques, et il y a beaucoup de chutes aujourd'hui. Je suis donc tombé. Ce qu'il y a de bien, c'est que j'ai repris la moto et j'étais le plus rapide en piste."

 

"Je suis en colère contre moi-même, parce que la deuxième chute n'était pas nécessaire. Je pensais plus à d'autres choses, à ma position sur la moto. Je roulais, sans penser aux conditions de la piste. Donc, cette deuxième chute, il aurait vraiment mieux valu que je l'évite", regrette Márquez, qui révèle qu'il était à ce moment-là sur le point de repasser par les stands pour reprendre sa machine réglée pour le sec. Alors 14e et homme le plus rapide en piste, il lui restait une dizaine de tours à parcourir et il aurait été le seul à suivre cette stratégie.

"C'était ma faute et je n'ai pas été capable de me contrôler. Je n'étais pas totalement concentré. Je roulais vite, peut-être trop vite, je ne savais pas que les pilotes de tête étaient plus lents que moi après ma première chute. Je roulais simplement, je pensais à mon bras et à d'autres choses. Dans ce tour, je venais juste d'informer mon équipe que j'allais rentrer au stand pour passer les slicks parce que je crois que la piste était prête. Mais bon, c'est comme ça. C'est pour ça que je suis déçu de la deuxième chute. La première, ça peut arriver. Beaucoup de pilotes sont tombés aujourd'hui, ça peut arriver."

J'ai senti une opportunité, j'ai essayé mais peut-être que j'ai exagéré.

Marc Márquez

Jugeant son week-end positif malgré tout, Marc Márquez sait que la pluie lui a permis de réduire son retard sur les pilotes les plus rapides, mais que sa faiblesse physique n'est pas encore résolue. Il sera de retour en piste dans deux semaines au Mugello, mais devra cette fois enchaîner directement avec un autre Grand Prix la semaine suivante, à Barcelone.

"Ce qu'il y a de bien, c'est que ce week-end nous avons montré à nouveau notre vitesse − certes, dans des conditions humides. Quand je ne suis pas limité par ma condition physique, la vitesse est là. C'est vrai que j'ai fait une erreur, mais ça fait aussi partie de mon retour. Aujourd'hui j'ai senti une opportunité, j'ai essayé mais peut-être que j'ai exagéré, que j'ai poussé trop fort et que j'étais trop rapide. En regardant maintenant le rythme qu'ont eu les autres pilotes, [je vois que] si j'avais roulé beaucoup plus lentement, ça aurait été bon. Mais quoi qu'il en soit, ce qu'il y a de bien c'est qu'on a progressé."

"C'est vrai que ma condition physique est toujours dans la même situation. Il faut comprendre que cela a été un week-end très spécial, avec des conditions humides et de la pluie, et cela m'aide beaucoup en ce qui concerne ma condition physique. Mais nous n'avons pas saisi l'opportunité que la météo m'a apportée."

"En termes de vitesse ici, au Mans, c'était plus proche. Maintenant il faut qu'on comprenne comment on peut gérer deux courses d'affilée, je vais avoir beaucoup de mal [quand on en fera], mais on verra. Maintenant, je vais rentrer à la maison, analyser ce week-end, continuer ma récupération et attendons les prochaines courses pour me sentir mieux."

partages
commentaires

Related video

Photos - Le succès de Miller et le double podium français au Mans
Article précédent

Photos - Le succès de Miller et le double podium français au Mans

Article suivant

"Encore une chute stupide" : Álex Rins dans une mauvaise passe

"Encore une chute stupide" : Álex Rins dans une mauvaise passe
Charger les commentaires