Courbaturé, Marc Márquez a dû interrompre ses essais

Marc Márquez n'a pu faire que sept tours lundi au test post-course de Jerez, subissant les effets de sa chute de samedi et d'un week-end de course éprouvant. De nombreux pilotes étaient diminués.

Courbaturé, Marc Márquez a dû interrompre ses essais

Se disant "détruit" physiquement à l'issue du GP d'Espagne et d'un week-end marqué par une lourde chute pendant les essais libres, Marc Márquez espérait être en mesure de boucler entre 30 et 40 tours lundi au cours du test post-course organisé sur le circuit andalou. Limité par sa condition, il n'a finalement fait que sept tours, ce qui ne lui a pas permis de véritablement faire les essais prévus par Honda.

Après une convalescence longue de neuf mois, le sextuple Champion de la catégorie n'a pas encore retrouvé une forme optimale et même s'il se sent mieux qu'après le GP du Portugal, qui marquait son retour en MotoGP, ce quatrième jour consécutif sur la RC213V était de trop pour lui.

"On n'a pas vraiment fait de tests, un seul relais parce que dans le second, mon corps était déjà bloqué", explique Márquez, déjà en proie à des douleurs à la nuque et au dos après son accident de samedi matin. "Mon cou et mon épaule droite étaient courbaturés, c'était similaire à l'après-Portimão mais je n'étais pas aussi bloqué qu'après le Portugal. La chute de samedi n'a pas joué en faveur de ma condition physique."

Lire aussi :

"Je pensais que ça irait mieux une fois échauffé, j'ai pu essayer mais j'ai pu dire immédiatement que je n'étais pas au bon niveau pour rouler. On a discuté avec l'équipe et on a décidé d'interrompre le test, il faut comprendre qu'on avance pas à pas et le prochain objectif sera Le Mans, où on va encore essayer de progresser."

Marc Márquez suit actuellement un programme d'entraînement limité, afin de ne pas trop solliciter son organisme et d'arriver en forme sur les courses. Son prochain contrôle médical, planifié pour demain, doit permettre d'évaluer s'il peut ou non intensifier ses exercices.

Il n'est pas le seul pilote à avoir été limité par sa condition physique lundi : Fabio Quartararo et Stefan Bradl, wild-card à Jerez, n'ont pas roulé en raison d'un arm-pump, et le Français va subir une petite intervention ce mardi.

Aleix Espargaró, lui aussi diminué par un syndrome des loges, a pu prendre la piste mais il s'est contenté de 12 tours, et le pilote Aprilia a prévu de s'enquérir d'un avis médical ce mardi. Quant à Álex Rins, auteur du deuxième temps, il a interrompu ses essais à la mi-journée pour passer des examens de l'épaule droite, endolorie après sa chute de samedi.

partages
commentaires

Related video

Álex Rins attribue sa chute à de la "malchance"
Article précédent

Álex Rins attribue sa chute à de la "malchance"

Article suivant

Team satellite 2022 : Ducati veut choisir avant le Mugello

Team satellite 2022 : Ducati veut choisir avant le Mugello
Charger les commentaires