Quelles différences entre la RC213V-S testée par Márquez et sa MotoGP ?

Pour la première fois en près de huit mois, Marc Márquez a fait mardi son retour au guidon d'une grosse cylindrée, possiblement la dernière étape avant de réinvestir la grille MotoGP. Mais qu'est-ce qui différencie la Honda RC213V-S qu'il a pilotée à Barcelone et la RC213V avec laquelle il court habituellement ?

Opéré pour la troisième fois des suites de sa fracture de l'humérus droit le 3 décembre dernier, Marc Márquez a récemment indiqué qu'il retrouvait depuis un peu plus d'un mois des sensations plus normales dans les gestes de la vie quotidienne. Les derniers examens de contrôle réalisés la semaine dernière ayant confirmé que sa récupération va bel et bien dans le bon sens, il a pu reprendre ces derniers jours le guidon d'une minimoto, d'un VTT et enfin d'une moto de grosse cylindrée.

Lire aussi :

Depuis sa tentative de retour avortée à Jerez, samedi 25 juillet, pendant les essais du Grand Prix d'Andalousie, 234 jours se sont écoulés, durant lesquels le champion espagnol s'est non seulement tenu éloigné des épreuves MotoGP mais aussi tout bonnement de toute moto puissante qu'il aurait pu souhaiter piloter. Mardi, quelques jours après avoir reçu ce feu vert des médecins, il enfourchait donc sur le Circuit de Barcelona-Catalunya la machine la plus à même de lui procurer des sensations proches de celles d'une MotoGP.

Les images du pilote espagnol dans les stands de la piste hôte du Grand Prix de Catalogne et au guidon d'une Honda RC213V-S indiquent que son calvaire touche bel et bien à sa fin. Les caractéristiques techniques de cette super sportive et son poids de 160 kg sont certainement pour beaucoup dans l'enthousiasme qui transparaissait chez Márquez, mais elles lui ont aussi à coup sûr permis de juger de l'état de son bras et de sa capacité à supporter l'effort requis pour piloter sa MotoGP.

Comparez visuellement les deux motos en bougeant le curseur.

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Márquez, Repsol Honda Team

La RC213V-S n'est évidemment pas une copie parfaite de la RC213V que Honda aligne en MotoGP, bien qu'elle en soit directement inspirée. Et cela n'est pas uniquement dû au fait que son prix, lorsqu'elle est dotée d'un kit course, atteint 200'000€, soit dix fois moins que la valeur de la RC213V.

Si sa puissance est impressionnante pour une moto de route, ses 215 chevaux ne sont toutefois pas comparables à ceux du bolide que Márquez utilise habituellement en Championnat du monde. Les constructeurs MotoGP ne précisent jamais la puissance exacte de leurs machines, mais on sait cependant qu'elle dépasse largement les 300 chevaux.

Le moteur de la RC213V-S, un V4 de 999cc, est bien entendu très différent et plus conventionnel que celui du prototype, doté du système de rappel pneumatique des soupapes. La cartographie moteur est également très basique sur ce modèle par rapport à une MotoGP, et l'électronique y est bien moins poussée.

"La RC213V-S possède beaucoup d'électronique, mais les niveaux de contrôle de la traction ou du frein moteur ne sont pas comparables à la version de course, de même que la boîte de vitesses", explique un expert technique à Motorsport.com.

D'autres différences fondamentales existent, comme les suspensions, les freins ou encore les pneus. Les suspensions "ne peuvent pas être comparées à celles de la MotoGP", nous explique cet expert. "Sur la version de route, vous pouvez y toucher un peu, mais pas beaucoup, et vous ne pouvez pas modifier la géométrie de la moto."

Autre question importante, celle des freins. Le règlement stipule en effet que les disques en carbone ne peuvent pas être utilisés en dehors des Grands Prix et des tests officiels. "En ce qui concerne les freins, selon le règlement ils ne peuvent pas être en carbone. Ils ont des disques en acier et des plaquettes qui ne sont pas les mêmes que celles de la compétition de haut niveau. Les freins souffrent beaucoup pour arrêter la moto quand on atteint des vitesses élevées et les sensations ne sont pas les mêmes."

Les pneus représentent également une différence importante, puisqu'ils n'ont rien à voir avec les pneus Michelin employés en MotoGP. "Évidemment, ils ont monté des slicks, mais ils n'offrent pas les mêmes performances que les pneus du Championnat du monde, la différence est assez grande."

Lire aussi :

Malgré ces éléments distinctifs notables, le roulage que Márquez a effectué mardi à Barcelone est, selon le technicien que nous avons consulté, un indicateur fiable pour évaluer sa condition physique après huit mois de restrictions. "La moto atteint des vitesses élevées, et pour ce qui est des références et des sensations dans le passage des virages, elle peut aider presque comme une Superbike, même si elle n'atteint pas non plus ce niveau-là. Mais en termes de force, d'inertie et de position sur la moto, cela peut l'aider à comprendre où il se situe actuellement sur le plan physique."

Bien que Honda n'ait pas dévoilé les conclusions de ce roulage, les sensations qui ont émergé sont plutôt positives, indiquant que le processus de récupération de Marc Márquez va dans la bonne direction. Après un aller-retour express à Doha pendant le week-end pour recevoir une première injection du vaccin anti-COVID-19, le pilote espagnol avait lui-même admis envisager un retour dès le Grand Prix du Qatar, prévu la semaine prochaine. Que cette option soit confirmée ou que sa reprise soit prudemment décalée de quelques semaines supplémentaires, il n'y a désormais plus beaucoup à attendre avant d'en savoir plus.

partages
commentaires
Le retard de KTM moins grave qu'il n'y paraît selon les pilotes
Article précédent

Le retard de KTM moins grave qu'il n'y paraît selon les pilotes

Article suivant

Andrea Dovizioso va faire un test avec Aprilia

Andrea Dovizioso va faire un test avec Aprilia
Charger les commentaires