Marc Márquez "impressionné" et "fier" de sa remontée

Le GP des Pays-Bas a dépassé les attentes de Marc Márquez. Contraint à un départ en fond de grille, l'Espagnol a réussi une belle remontée jusqu'à la septième place et pense que la Honda avait le potentiel pour le podium.

Marc Márquez "impressionné" et "fier" de sa remontée

Marc Márquez n'avait pas d'espoir particulier dans les instants précédant le GP des Pays-Bas. Touché au pied après une spectaculaire chute subie au cours de la première journée, à nouveau à terre en qualifications, le sextuple champion du MotoGP était conscient que reproduire le succès du Sachsenring, une semaine plus tôt, serait impossible et son objectif était avant tout de voir l'arrivée afin de récolter des données sur le châssis introduit par Honda dans ce week-end néerlandais. Sa remontée dans la hiérarchie a pourtant très vite débuté.

Parti 20e, Márquez était déjà 13e après les premiers virages et il s'est défait d'Iker Lecuona avant la fin du premier tour. Il a avalé Pol Espargaró dès la boucle suivante, avant de bénéficier des mésaventures d'Álex Rins et Jack Miller puis de la dégringolade dans la hiérarchie de Takaaki Nakagami. Le #93 a dû s'employer pour dépasser Aleix Espargaró, plusieurs échanges de positions ayant lieu entre les deux hommes, mais il a pris l'avantage et il était septième au moment de franchir la ligne d'arrivée, dans la roue de Pecco Bagnaia.

"Ce n'était pas facile d'aborder la course en partant en fond de grille, mais j'ai beaucoup attaqué au début, j'ai employé beaucoup d'énergie", a expliqué Márquez "Après, j'ai été impressionné par ma performance en course. Je suis fier parce que c'est le premier circuit avec pas mal de virages sur la droite où je finis plutôt bien. Évidemment, j'avais de l'arm-pump, je souffrais, mais cette piste est très exigeante physiquement. La moto avait les performances pour être sur le podium aujourd'hui. C'est une chose qui me satisfait."

Lire aussi :

"C'était la course idéale, la course de rêve", a ajouté le pilote espagnol auprès des chaînes de télévision de son pays. "La course parfaite aurait peut-être été de finir sixième, de doubler également Bagnaia, mais après être parti 20e je me suis vraiment fatigué dans les premiers tours. Puis quand j'étais huitième j'ai fait une erreur en doublant Aleix [Espargaró]. Je suis passé dans le vert et j'ai perdu beaucoup de temps, mais à part ça je suis très content, pas autant qu'en Allemagne, mais très content."

Márquez est convaincu que sans ses qualifications difficiles, la troisième place aurait été à sa portée, derrière les intouchables Yamaha de Fabio Quartararo et Maverick Viñales. "Le véritable potentiel de la moto était le podium", a-t-il estimé sur le site officiel du MotoGP. "En partant devant, la moto avait le potentiel pour jouer la troisième place. J'étais là, à regarder la troisième place de [Joan] Mir, mais il était trop loin. En tout cas je suis content. Maintenant c'est la pause estivale, c'est le temps de me reposer, de faire une pause, et aussi de travailler sur la deuxième partie de la saison."

Márquez ravi de la réaction rapide de Honda après sa chute

Marc Márquez doutait également de sa capacité à décrocher un tel résultat après la chute de vendredi, dans un premier temps inexplicable. Dès le lendemain, il a repris la piste avec des changements sur l'anti-patinage qui lui ont permis de reprendre confiance immédiatement : "Évidemment, le week-end n'a pas été facile avec la grosse chute de vendredi. Concernant ma condition physique, c'était assez difficile, surtout [samedi]. Mais quand je suis revenu au garage [après la course], j'ai d'abord remercié l'équipe et les ingénieurs du HRC parce que j'étais assez en colère de ce qu'il s'était passé vendredi, et en un jour, ils ont fait un excellent travail et ils ont modifié des paramètres électroniques."

"Mentalement, ça permet de retrouver la confiance plus facilement. Ça m'a beaucoup aidé et c'était une réaction rapide. La moto fonctionnait mieux et je me sentais plus en sécurité. [La chute] en qualifications était de ma responsabilité, plus que la moto, mais c'était une conséquence de vendredi [en devant passer par la Q1]."

Honda a pu réagir très rapidement au problème rencontré en début de week-end et qui semblait perturber les pilotes marque depuis plusieurs mois, Márquez ayant comparé sa chute à celle qui a provoqué sa fracture du bras l'an dernier, et d'autres highsides ayant été vus depuis, pour Álex Márquez à Valence en 2020 et à Portimão cette saison, et aussi pour Pol Espargaró au Portugal en début d'année. Chaque branche du HRC a fait des efforts pour corriger le tir, à Assen comme au Japon.

"Ce n'est pas qu'au niveau de l'équipe de course ici sur la piste. Ils ont eu une visioconférence avec les responsables de l'électronique au Japon et avec l'équipe de tests. Ils ont identifié des paramètres qui n'étaient peut-être pas adaptés. L'asphalte a été refait et il offre plus de grip, et parfois il y en a trop. C'est ce qui s'est passé vendredi. Dans ce cas, ils peuvent faire un ajustement depuis le circuit, mais ils ont aussi changé des réglages et ça fonctionne mieux, j'ai beaucoup plus de confiance. Je commence à bien rouler en pneus usés. En course, j'ai senti que c'était acceptable dans la première partie, je roulais bien mais je n'étais pas à l'aise. Mais dans la deuxième partie de la course, j'ai fait des progrès en sortie de courbe et c'était grâce à ces changements électroniques."

Lire aussi :

partages
commentaires
Zarco : "Viñales n'a pas conscience de sa chance"

Article précédent

Zarco : "Viñales n'a pas conscience de sa chance"

Article suivant

Aprilia espère "convaincre" Maverick Viñales pour 2022

Aprilia espère "convaincre" Maverick Viñales pour 2022
Charger les commentaires