Márquez a pensé "plus au risque qu'à la performance" en qualifs

Alors que, pour la première fois, il a commencé à sentir sa moto, Marc Márquez a fait un choix de pneus qui a gâché ses qualifications. C'était la conséquence directe de sa lourde chute du matin.

Márquez a pensé "plus au risque qu'à la performance" en qualifs

Il avait beau être marqué par sa lourde chute samedi soir, à l'heure de dresser le bilan de sa journée, Marc Márquez n'a pas mis longtemps à s'agacer de la performance qu'il a livrée par la suite. Il faut dire que la 14e place qu'il occupera sur la grille de départ du Grand Prix d'Espagne, cet après-midi, constitue la plus faible qualification de sa carrière en MotoGP. Passé par la Q1, il n'a pas réussi à accéder à la Q2, ce qu'il n'avait expérimenté qu'une fois jusqu'à présent.

Sans s'appesantir sur sa condition physique, qui reste imparfaite et pourrait à elle seule expliquer qu'il ne soit pas aux avant-postes, le pilote espagnol a mis sa contre-performance sur le compte de la stratégie vers laquelle son accident du matin l'a orienté. Très attaché aux pneus durs à l'avant de sa Honda, il a cette fois choisi l'option tendre, espérant ainsi éviter une dérobade inopinée de sa roue et une autre chute, cependant il a vite compris que cette gomme ne lui convenait décidément vraiment pas.

"J'ai bien roulé en EL4, mais cette chute [en EL3] m'a affecté en qualifs, dans la façon dont j'ai choisi le pneu tendre à l'avant à cause de la chute. Ça n'est pas parce que je me sentais de prendre le soft, mais plus parce que [je me suis dit que] je me serais peut-être senti sûr [en l'utilisant] dans les virages à gauche. Mais on a fait une erreur. On a choisi le pneu en pensant plus au risque qu'à la performance. Dès que j'ai commencé les qualifs, j'ai vu que ma limite venait du pneu avant, et ensuite on n'avait plus le temps d'en changer."

Lire aussi :

Outre sa chute, on a pu voir Márquez réaliser quelques sauvetages in extremis et s'éviter ainsi d'autres accidents. À ceux qui s'enthousiasment de revoir dans ces images le funambule extraordinaire qu'il est au meilleur de sa forme, il répond que c'est justement le signe qu'il n'était pas à l'aise.

"Je me suis fait quelques chaleurs l'après-midi, mais toutes se sont passées quand j'utilisais le pneu avant tendre, car je n'arrêtais pas [bien] la moto, je ne tournais pas [bien]. On se demande vraiment pourquoi j'ai utilisé le pneu avant tendre alors que je suis un pilote qui prend toujours le dur. Mais comme je l'ai dit, j'ai choisi le soft parce que je pensais plus à la chute du matin qu'à la performance de l'après-midi."

Je me sens fort ce week-end. C'est le premier jour où je commence à sentir la moto et où je pilote bien.

Marc Márquez

"C'est un peu dommage, parce que je me sens fort ce week-end et c'est le premier jour où je commence à sentir la moto et où je pilote bien", poursuit Marc Márquez. Revenu en piste il y a deux semaines seulement, il avance progressivement. Jusqu'à présent, il assurait ne pas faire de commentaires fiables à son équipe au sujet des modifications à apporter à sa machine, précisément car il n'avait pas retrouvé de sensations normales. Parti des réglages de Stefan Bradl au Portugal, il semble à présent pouvoir peu à peu apporter sa patte.

"C'est le premier jour où j'ai commencé à sentir où étaient les problèmes. On va faire des changements pour [la course] : même si je ne vais pas faire beaucoup de tours au warm-up, on va d'emblée faire des changements, parce qu'on croit qu'il nous manque quelque chose. On va commencer à adapter les réglages à mon style. On utilise une moto complètement différente de l'année dernière. [En 2020] j'étais rapide ici, mais la moto que je pilote actuellement est moins physique, et c'est ce dont j'ai besoin maintenant pour bien finir la course."

Alex Marquez, Team LCR Honda, Marc Marquez, Repsol Honda Team

"On roule avec un set-up très différent par rapport à l'année dernière, et même un châssis différent", rappelle-t-il. "Même s'il a des points forts sur ce châssis et sur ce set-up, il me manque encore beaucoup de choses, surtout dans la manière de faire tourner la moto et de jouer avec le pneu arrière, et puis je force trop l'avant. Il faut donc qu'on comprenne comment jouer avec le pneu arrière, car redresser la moto et glisser est un de mes points forts, mais je n'arrive pas à le faire. C'est donc là que l'on travaille le plus."

Et maintenant, il va falloir dépasser

Au terme de cette journée mouvementée, Márquez était donc partagé, soulagé d'avoir échappé à toute blessure malgré une chute et un choc violents, mais aussi agacé de s'être compliqué la vie en s'étant positionné en cinquième ligne. Et ce d'autant plus que son retour en course à Portimão lui a montré quelles étaient ses limites dans les confrontations directes et les dépassements.

"On sait où est le problème. On connaît et on accepte notre erreur. Je ne suis donc pas très content. Je suis heureux d'être là après cette chute, mais je ne pas content parce qu'on ne s'est pas donné à 100%, on a plus de potentiel. On peut faire une bonne course", assure-t-il au site officiel du MotoGP, en garantissant qu'il est bel et bien prêt à attaquer.

"Le corps passe avant les courses, mais quand j'ai pris la piste en EL4 j'étais dans le même rythme. Quand on a une grosse blessure, il faut prendre soin de soi. Mais quand on court il faut tout donner, et c'est ce que je fais, je donne tout. Pour le moment, je ne suis pas à 100% mais je vais tout donner, tout ce que j'ai à l'heure actuelle, et on verra. Partir de la 14e place sera difficile, mais je vais essayer de gagner des positions."

"Il y a deux questions. La première, c'est comment ça va se passer sur 26 tours. Est-ce que je finirai en pilotant bien ? C'est le principal objectif, essayer d'être stable et d'avoir un bon rythme pendant toute la course. Et l'autre chose, c'est qu'en partant 14e, on perd beaucoup de temps dans les premiers tours. Comment dépasser les autres pilotes ? À Portimão, ils m'ont dépassé, mais moi je n'ai jamais dépassé un autre pilote. J'espère donc changer ça et dépasser quelqu'un, mais c'est vrai qu'après autant de temps, c'est difficile."

partages
commentaires

Related video

GP d'Espagne MotoGP - Programme et guide d'avant-course

Article précédent

GP d'Espagne MotoGP - Programme et guide d'avant-course

Article suivant

Officiel - Tech3 demeure l'équipe satellite KTM jusqu'en 2026

Officiel - Tech3 demeure l'équipe satellite KTM jusqu'en 2026
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Marc Márquez Alentà
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa