Marc Márquez submergé par l'émotion pour son retour

Même s'il ne s'est pas senti à sa place dans les bagarres des premiers tours, Marc Márquez a atteint son objectif et l'émotion était particulièrement forte à l'arrivée du Grand Prix du Portugal, qui marquait son retour à la compétition après neuf mois de convalescence.

Marc Márquez submergé par l'émotion pour son retour

Marc Márquez a bouclé dimanche sa première course depuis la fin du championnat 2019, qu'il avait conclu avec une nouvelle couronne et un record de point au classement. Accidenté lors du premier Grand Prix de la saison dernière, le sextuple Champion du monde MotoGP a été absent des pistes neuf long mois, pour soigner une fracture de l'humérus et les conséquences délicates de cette blessure, avant de finalement retrouver la discipline pour ce troisième Grand Prix de la saison.

De retour au guidon de sa MotoGP après 265 jours d'absence, le Catalan a réussi à réaliser des performances encourageantes au cours des essais, notamment en se qualifiant en deuxième ligne, mais il restait prudent quant à sa capacité à voir l'arrivée de la course, conscient que l'effort requis pendant 25 tours sur une piste, qui plus est, particulièrement physique, pouvait être au-dessus de ses capacités. Finalement, il a tenu bon, avant de fondre en larmes à son retour au stand.

"Je suis une personne qui aime garder ses émotions à l'intérieur, mais quand je suis arrivé dans le stand, avec tous mes mécaniciens, j'ai tout simplement explosé et je n'ai pas pu contrôler mes émotions", explique Marc Márquez. "Ça faisait très longtemps que je rêvais de ce jour, de finir une course MotoGP, et c'est la plus grande étape dans ma récupération. Me sentir à nouveau pilote MotoGP, c'était mon rêve et c'est ce que j'ai fait aujourd'hui. Alors, quand je suis arrivé dans le stand, bien sûr j'étais fatigué et épuisé, mais c'était une explosion d'émotions que je n'ai pas pu contrôler."

Ça faisait très longtemps que je rêvais de ce jour, de finir une course MotoGP. Alors, quand je suis arrivé dans le stand, c'était une explosion d'émotions que je n'ai pas pu contrôler.

Marc Márquez

Bien parti depuis la sixième place sur la grille, Márquez s'est frotté aux leaders actuels, et notamment Joan Mir, qui lui a succédé au championnat, avant de rapidement rentrer dans le rang. Il estime qu'il n'était pas à sa place pendant ces coude-à-coude des premières minutes et que sa course n'a véritablement pu commencer que lorsqu'il s'est trouvé en dernière position du premier groupe, sans n'avoir plus à mener de confrontations directes contre des pilotes aujourd'hui plus affutés.

"Le plus dur, ça a peut-être été les premiers tours parce que je n'étais pas à ma place. Vous savez, c'est comme à l'école quand vous jouez au foot avec les plus grands, ils vous dépassent où ils veulent ! Alors dans les premiers tours, je ne me sentais pas à ma place, je n'avais pas le rythme, je n'avais pas le contrôle de la moto et tout le monde a commencé à me dépasser."

"C'était mon premier départ avec ce holeshot device et c'était un bon départ, mais avant la fin du premier tour je me suis dit que je n'avais pas le rythme. Je n'étais pas à l'aise et tout le monde m'a passé. Mais après si longtemps, il a aussi été très difficile de comprendre où freiner derrière les autres, comment jouer quand ils me passaient, comment sortir de la trajectoire. Ça, ça a été très dur, car dès que j'entrais dans un virage je n'arrivais pas à prendre une autre trajectoire."

"[À un moment donné] j'ai regardé combien de tours il restait, et je me suis dit qu'il en restait dix ou 12, mais il y en avait encore 18 ! Alors je me suis dit qu'il était temps de respirer, sinon je n'allais pas finir la course. Je me suis donc détendu, et dès que j'ai trouvé ma place j'ai commencé ma course", poursuit le pilote espagnol. "Je suis resté calme, je ne me suis pas battu, je ne suis pas rentré là-dedans, et j'ai juste trouvé ma place. Dès que je l'ai trouvée, j'ai commencé ma course. J'ai commencé à augmenter petit à petit mon rythme et j'ai pu faire mon meilleur tour personnel à la fin de la course."

Lire aussi :

Longtemps neuvième, Marc Márquez a finalement rallié l'arrivée en septième position à la faveur des chutes aux avant-postes, à 13 secondes du vainqueur, et premier pilote Honda classé. Acclamé par son équipe à son retour au stand, il a également reçu une ovation (à distance) lors du point presse qu'il a livré en visioconférence après l'arrivée.

"À la fin, je me sentais mieux et j'essayais de rattraper Espargaró, et puis soudain mon corps m'a dit 'maintenant, ça suffit'. Pendant les six derniers tours, j'étais juste assis sur la moto pour essayer de finir. Le plus important c'était de finir la course. Après, si on regarde, je termine à seulement 13 secondes de Quartararo, et c'est quelque chose d'incroyable !" se réjouit le champion espagnol.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

partages
commentaires
La chute de Johann Zarco provoquée par un souci de boîte
Article précédent

La chute de Johann Zarco provoquée par un souci de boîte

Article suivant

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia
Charger les commentaires