Marc Márquez utilise le troisième des cinq moteurs autorisés

L'image a fait le tour du monde : Marc Marquez arrêtant sa machine en pleine ligne droite à la fin des qualifications d'Austin, puis courant vers son stand pour enfourcher sa seconde moto et boucler in-extremis un dernier tour d'anthologie lui permettant de rafler la pole position.

Si elle témoigne du talent du pilote espagnol pour donner le meilleur de lui-même malgré la pression, elle révèle également un possible problème moteur sur lequel le HRC ne s'est pas étendu, le pilote ayant simplement indiqué s'être arrêté par précaution après avoir vu des alertes sur son tableau de bord.

Interrogé sur la question durant la conférence de presse qui suivait sa victoire dimanche, Márquez s'en est tenu à une communication très cadrée, se refusant comme à son habitude à entrer dans un domaine réservé aux directeurs de son équipe. "Je ne peux pas parler de ça," a-t-il d'abord déclaré, en proie à une gêne visible qui a provoqué l'hilarité générale de l'assistance.

"Aujourd'hui on a utilisé notre troisième moteur," a tout de même précisé le pilote espagnol. "Ils (le HRC, ndlr) veulent bien contrôler si quelque chose est endommagé à l'intérieur du moteur, mais pour le moment ça a l'air d'aller. Mais bon... demandez-leur!"

Inscrits en tant que Factory, Honda et Yamaha sont limités à cinq moteurs pour l'ensemble de la saison et ne peuvent y apporter de développement. L'utilisation d'un bloc supplémentaire engendrerait un départ de la pit-lane pour le pilote concerné. En revanche, les Open et les Factory bénéficiant de concessions (Ducati, Suzuki et Aprilia) ont droit à douze moteurs et sont autorisés à les développer.

 

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Actualités
Tags honda, hrc, marc marquez, moteur, motogp