Márquez ne se voit "absolument pas favori" pour 2023

Malgré des résultats prometteurs en fin de saison, Marc Márquez sent que des progrès restent nécessaires, sur son bras et surtout sur la Honda, pour pouvoir jouer le titre en 2023.

Márquez ne se voit "absolument pas favori" pour 2023

Après une saison blanche en 2020 et deux années marquées par un bras affaibli et plusieurs absences, Marc Márquez semble enfin sur la bonne voie. L'opération pratiquée avant l'été a permis à l'octuple Champion du monde de retrouver la mobilité qui lui manquait et si certaines limites subsistent, elles se résument à un manque de force, peu à peu réduit grâce à l'enchaînement des courses et l'entraînement physique.

Cette amélioration s'est concrétisée par six courses prometteuses depuis son retour à la compétition, avec quatre qualifications en première ligne dont une pole, obtenue sur les terres de Honda au Japon, mais aussi trois arrivées dans le top 5 en course, avec comme moment fort le podium de Phillip Island. Ces résultats ont détoné dans une saison noire pour Honda : Márquez ne comptait que deux top 5 avant de s'absenter pour son opération et les autres représentants du constructeur n'en ont obtenu qu'un sur l'ensemble de l'année, celui de Pol Espargaró au Qatar.

En sus, Márquez disposait d'une moto expérimentale pour les dernières courses de l'année, avec plusieurs pièces testées en vue de la saison 2023, et les résultats encourageants laissent penser qu'il pourrait redevenir un prétendant au titre l'an prochain. Mais le sextuple champion du MotoGP calme les ardeurs : son bilan 2022 reste à ses yeux bien trop faible et des progrès sont encore nécessaires avant de rêver de couronne mondiale.

"Je n'ai pas gagné à Valence, je ne suis absolument pas le favori pour l'an prochain, je n'ai remporté aucune course cette année, j'ai fait un podium", a résumé Márquez. "Il faut qu'on continue à progresser, de mon côté en me donnant à 100% pour être dans ce groupe de pilotes qui se battront pour le titre, mais ça ne dépend pas que de moi et il y a le facteur 'moto' qu'il faut améliorer si on veut se battre pour le titre."

Pour jouer le titre en 2023, je dois franchir un cap personnellement et Honda doit en franchir deux.

Marc Márquez

La RC213V a en effet affiché ses limites en 2022 : sur les six constructeurs engagés, Honda est le seul à ne pas avoir connu la victoire et Márquez estime donc que des progrès sur son bras ne seront pas suffisants pour décrocher un septième sacre en MotoGP. "Pour jouer le titre en 2023, je dois franchir un cap personnellement et Honda doit en franchir deux", a résumé l'Espagnol en conférence de presse à Valence.

"On a vu des premières lignes à Valence et en Malaisie, mais en rythme de course, j'ai trop de mal. On voit que les autres pilotes Honda ont du mal, on tombe trop souvent. Mais je l'accepte et je crois beaucoup en Honda, donc ils peuvent le faire. J'essaie de donner tous les commentaires possibles."

Une confiance intacte mais un premier test décevant

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez n'a pas été pleinement convaincu par les nouveautés apportées au test de Valence

Sur les deux caps à franchir pour améliorer sa moto, Márquez espérait en ressentir un premier dès le test de Valence et le second en découvrant la version définitive de la moto en février 2023 à Sepang. De son propre aveu, il attendait plus de progrès à Valence, dont le test l'a déçu, et il a incité Honda a redoubler d'efforts pendant les prochaines semaines. Seule certitude : le #93 est convaincu que son équipe, la seule qu'il a connue en MotoGP, a la capacité de retrouver le sommet.

"J'ai pleinement confiance en Honda, ils m'ont apporté beaucoup de joie durant ma carrière et je suis certain qu'ils m'en apporteront l'an prochain. C'est pour ça que je suis chez Honda, que je me suis fait opérer, que je suis revenu, que j'attaque, que [j'ai essayé] de terminer sur le podium à la dernière course malgré les problèmes. J'ai confiance en ce qu'il y a derrière et je sais qu'ils sont capables."

"Mais actuellement, on ne peut pas faire partie du groupe de favoris. Premièrement, parce qu'on est derniers au championnat constructeurs, et deuxièmement parce que je n'ai gagné aucune course cette année. Ça ne dépend pas seulement de moi et pas seulement de la moto, on dépend mutuellement l'un de l'autre et on doit s'aider mutuellement. De mon côté je ferai tout mon possible pour passer ce petit cap, et je suis certain que Honda travaille et réagit."

"Quand on voit qu'une usine comme Honda réagit, on ne peut rien dire. Ça peut être meilleur ou pire mais espérons que ça sera le meilleur possible, c'est entre leurs mains."

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Johann Zarco : une pointe de déception et beaucoup de motivation
Article précédent

Johann Zarco : une pointe de déception et beaucoup de motivation

Article suivant

KTM milite pour interdire les innovations lancées par Ducati

KTM milite pour interdire les innovations lancées par Ducati