Marc Márquez sait qu'il n'aura "jamais un bras normal"

Marc Márquez se rapproche peu à peu d'une condition physique optimale mais a fait une croix sur l'idée de retrouver les sensations qui étaient les siennes avant sa fracture du bras droit.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

L'année 2022 se termine et pour Marc Márquez, elle a pour la troisième fois été très liée à la condition de son bras droit, fracturé à l'été 2020 sur le circuit de Jerez. Victime de complications, opéré trois fois et resté éloigné des circuits jusqu'au début de l'année 2021, le pilote Honda devait encore composer avec un manque de mobilité mais au printemps, les chirurgiens qui l'avaient opéré ont jugé une nouvelle intervention opportune afin de repositionner l'humérus dans le bon axe.

Cette quatrième opération a été un succès et dans les six courses qu'il a disputées depuis son retour, Márquez a senti de nets progrès. Ces derniers devraient néanmoins rester relativement limités et après avoir enchaîné les galères, le sextuple Champion du MotoGP est conscient qu'il ne retrouvera jamais l'intégralité de ses sensations. "Naturellement, on pense souvent au bras et régulièrement, c'est dur de réaliser ou d'accepter cette blessure", a confié Márquez dans une interview accordée à Motorsport.com"Mais au final, il faut se dire 'Ok, c'est comme ça'."

"Le fait est que j'ai eu la quatrième opération, le fait est qu'on l'a ouvert quatre fois et qu'il ne sera jamais un bras normal, parce qu'il y a certaines limitations. Mais après il faut les accepter, qu'on essaie de les compenser avec son corps, avec différentes choses. Je n'y pense pas beaucoup, je cherche plus des façons de progresser, des manières de gérer ça, de m'adapter."

Cette adaptation a atteint son paroxysme en 2021 et au début de la saison 2022, quand Márquez était limité dans ses mouvements. Afin d'étudier l'ampleur du mal, son équipe médicale a fait une impression 3D des os du bras et ne comprenait pas comment il pouvait piloter sa moto avec de telles limitations. L'opération pratiquée au mois de juin a permis à Márquez de retrouver sa mobilité mais les tissus mous ne sont pas encore dans une condition optimale.

"Le bras avait beaucoup changé, surtout parce qu'il avait tourné de 34 degrés. Ça a beaucoup changé maintenant et il fonctionne comme un bras normal. Quand je dis [normal, je veux dire] sur le plan mécanique. À ce niveau c'est normal, mais le côté 'logiciel' – c'est-à-dire les muscles, les nerfs, toutes ces choses – continue à progresser, elles continuent à s'adapter. Ce n'est pas seulement le bras mais aussi l'épaule où j'ai eu une opération auparavant, et tout était un peu comme ci comme çà. Mais tout s'améliore."

La bonne décision pour 2023

Cette opération a contraint Márquez a faire une croix sur ses espoirs en 2022, entre les six courses manquées et une condition encore imparfaite quand il a fait son retour, mais l'Espagnol reste satisfait d'être passé entre les mains des chirurgiens dès que ces derniers lui ont conseillé de le faire, puisque cela lui permet maintenant d'aborder 2023 dans les meilleures conditions possibles.

"Si je me penche sur la saison, j'en viens à cette phrase : j'ai pris la bonne décision parce que j'aurais pu finir la saison et attendre de voir. Mais maintenant, en me disant qu'il y aurait pu avoir Valence, puis une opération et un hiver entier de convalescence, je n'étais pas prêt à ça, sur le plan mental également. Donc j'ai pris la bonne décision avec l'opération, en 'cassant' mon bras à nouveau pour le remettre droit. Je vois qu'à l'avenir je vais avoir plus de puissance, suffisamment de force, suffisamment de possibilités de jouer le championnat. Ma vie est meilleure, elle se normalise. J'ai repris l'entraînement à motocross donc ça se passe bien."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Les cicatrices sur le bras de Marc Márquez

Márquez se rapproche peu à peu de la condition qui était la sienne avant 2020, quand il dominait la catégorie et excellait pour compenser les potentielles faiblesses de la Honda. Le #93 a encore réussi à décrocher trois succès en 2021, malgré les limites qui étaient les siennes. Mais avec une machine de plus en plus en difficulté, Márquez a eu plus de mal dans cette tâche en 2022, restant malgré tout de loin le meilleur représentant de la marque, ce qui ne fait qu'entretenir le flou sur les progrès à faire, tant sur la moto que sur son bras.

"On parle toujours de ma condition physique mais je suis le meilleur pilote Honda au championnat après avoir manqué sept ou huit courses, je ne sais pas. Donc quel est le niveau de la moto et quel est le mien ? Je sais que je peux progresser, mais pour jouer le championnat la moto a de plus en plus d'importance parce qu'on a plus de choses : l'aérodynamique, le holeshot [device], le device à l'arrière..."

"Et ils [Honda] le savent, ils réalisent et acceptent qu'ils doivent changer quelque chose et ils savent qu'ils ne doivent pas franchir un cap mais deux, parce que les autres constructeurs en franchiront un et qu'on resterait un cran derrière. Il faut en faire deux pour être à leur niveau, donc on travaille énormément pour y parvenir."

Propos recueillis par Lewis Duncan

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Ces champions auto et moto qui se sont essayés à la F1 (partie 2)
Article suivant Ils nous ont quittés en 2022

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse