Márquez convalescent quatre hivers : "Je ne souhaite ça à personne"

Quand ses problèmes aux épaules et au bras ont semblé derrière lui, c'est à l'œil que Marc Márquez s'est blessé. Contraint au repos une nouvelle fois, le champion espagnol admet avoir vécu "l'un des moments les plus difficiles de [sa] carrière".

Márquez convalescent quatre hivers : "Je ne souhaite ça à personne"

Marc Márquez a beau être à la tête du plus riche palmarès de la dernière décennie en MotoGP, avec six titres conquis au cours de ses sept premières saisons dans la catégorie reine, les dernières années ont été rudes pour lui. Le temps où ses épaules se déboîtaient paraît bien loin à présent, mais ce sont ces délicatesses de l'épaule droite, puis gauche qui lui ont le plus posé problème jusqu'en 2019, au point de lui imposer deux opérations réalisées à l'époque dès le début de l'intersaison afin d'optimiser son temps de repos.

Le plus gros coup d'arrêt, on le sait, est arrivé dès l'entame du championnat 2020, où une chute alors qu'il remontait brillamment le peloton après une excursion hors-piste depuis la tête de la course, lui a valu une grave blessure du bras qui allait le plonger dans le marasme d'une convalescence interminable. Trois opérations plus tard, il est revenu à la compétition lors du troisième Grand Prix de 2021 et a réussi à peu à peu retrouver de sa superbe, au point de remporter trois courses en 14 participations… avant le coup de grâce.

Accidenté à l'entraînement fin octobre, le pilote espagnol a dû stopper sa saison, manquer les premiers essais d'intersaison sur lesquels sa présence était tant attendue, et retrouver l'ennui teinté d'angoisse d'un long repos. "Mentalement ça a peut-être été l'un des moments les plus difficiles de ma carrière", a-t-il décrit vendredi lors d'une conférence de presse, "parce que ça fait déjà le quatrième hiver que je suis [blessé]. D'abord l'épaule droite, puis l'épaule gauche, puis le bras… J'ai beaucoup souffert du bras, et maintenant que tout semblait aller de mieux en mieux, une autre blessure arrive."

"Quand j'ai gagné à nouveau à Austin et Misano, je me sentais bien. Mais dans la vie, on ne sait jamais. Il faut rester positif. C'est vrai que c'est dur et je ne souhaite à aucun pilote ou à quiconque de ressentir ça", assure-t-il, d'autant plus inquiet par cette blessure qu'il n'a pas oublié que sa carrière a vacillé en 2011 lorsqu'il a été touché exactement sur le même nerf, près de l'œil droit. Soigné par le même médecin qu'il y a dix ans, il s'est engagé dans "un processus très long" dont il voit aujourd'hui le bout.

"Mentalement, comme vous le voyez sur les réseaux sociaux, j'ai essayé de tout oublier et d'avoir juste une vie normale avec mes proches et de rester à la maison. J'ai essayé d'oublier ce que je faisais et ce que j'allais faire, surtout la première semaine après ma blessure. Mais évidemment, c'est dur, et surtout quand on a un problème de vue. Pendant le premier mois, je ne pouvais pas avoir une vie normale. J'étais dans le canapé, je me levais et j'essayais d'aller à la salle mais c’était impossible. Mes sensations n'étaient pas géniales. C'est difficile, mais quand on pilote à nouveau une moto les sensations sont encore meilleures et encore plus belles. C'est pour cette raison que je dis que je ne souhaite à personne d'avoir ce genre de problèmes et de blessures, car c'est long, et tout le monde a besoin d'une passion dans sa vie."

Grâce à l'amélioration récente de ses sensations, Marc Márquez a fini par obtenir le feu vert des médecins pour remonter à moto, et il ne s'est pas fait prier. Au-delà du plaisir évident qu'il a eu à piloter à nouveau, le champion espagnol pense aux prochaines échéances, à commencer par les essais de pré-saison qui débutent le 5 février, avant le premier Grand Prix un mois plus tard.

"Je me sens mieux à présent. Depuis que je me suis blessé, mon objectif était d'être présent au premier test ou à la première course. On semble être en [bonne] voie, mais avant toute chose il faut que j'essaye [de rouler] sur un circuit de Grand Prix avec une vitesse élevée," rappelle-t-il, la décision quant à sa présence à Sepang n'étant pas prise pour le moment. "La vision c'est quelque chose de très sérieux, donc je sais que je vais suivre les conseils de mon médecin et de mon groupe. Pour le moment, je me sens très bien, c'est le plus important."

Qu'en est-il de son bras, qu'il continuait à soigner lorsque cette nouvelle chute a stoppé sa saison ? "Je n'ai pas connu une pré-saison parfaite pour le moment. Durant ces trois mois, on a travaillé très dur sur l'épaule, mais on s'est plus concentré sur la vision", souligne-t-il. "On prévoit maintenant de trouver la façon parfaite [d'avancer], car mon épaule va beaucoup mieux, le bras va beaucoup mieux, mais il faut qu'on comprenne comment travailler pendant la saison pour que je n'aie pas les mêmes problèmes que l'année dernière, ce genre d'irritation et ces choses-là qui ensuite font venir la douleur et qui font que tout devient plus difficile. Il faut donc qu'on se prépare pour tout ça."

Lire aussi :
partages
commentaires
Incertain de sa guérison, Marc Márquez a connu un hiver difficile
Article précédent

Incertain de sa guérison, Marc Márquez a connu un hiver difficile

Article suivant

LIVE - Suivez la présentation de Gresini Racing

LIVE - Suivez la présentation de Gresini Racing
Charger les commentaires