Márquez déçu mais le regard déjà tourné vers Jerez

Après une séance de qualification dominée sans difficulté évidente, Marc Marquez partait favori pour la course en Argentine, sur le circuit de Termas de Río Hondo. Avec une avance d'une demie-seconde sur ses plus proches adversaires, l'on pouvait s'attendre à un cavalier seul du pilote espagnol.

Le double Champion du Monde en titre avait opté pour une gomme arrière dite "hard", mais qui était toutefois plus tendre que l' "extra-hard", à laquelle avaient notamment recours les deux pilotes officiels Yamaha, Valentino Rossi et Jorge Lorenzo. Dès lors, il devenait clair que le départ serait crucial pour lui, afin de creuser un bon écart en début de course et de s'éviter toute bagarre en fin de course lorsque son pneu commencerait à donner des signes de faiblesse.

Un début de course efficace avant de se trouver en difficulté

Cette mission semblait bien partie, lorsque Márquez s'emparait très tôt du commandement et creusait l'écart tour après tour pendant la première partie de la course, jusqu'à posséder une avance de quatre secondes sur un duo italien composé de Rossi et Andrea Dovizioso, sur sa Ducati.

Mais par la suite, et plus précisément à dix tours de la fin, le Catalan commençait à voir Rossi grignoter son retard, dixième après dixième, sans sembler en mesure de retourner la tendance en sa faveur. A deux tours de la fin, lorsque la bataille avec le pilote Yamaha démarrait réellement, il semblait en mesure de répliquer, mais au final, le leader du HRC a légèrement trop insisté au virage 5, et plus encore à la sortie de ce virage, jusqu'à toucher la moto de son rival et perdre le contrôle de sa machine, jusqu'à se trouver obligé de jeter l'éponge et de concéder un 25-0, ce qui n'est jamais une bonne affaire.

Lire aussi - Le résumé de la course

Forcément déçu, mais pas abattu

Márquez a expliqué son ressenti après la course: "Ce qu'il s'est passé est dommage, car nous réalisions une bonne course! C'était intéressant, car notre choix de pneu était différent de celui de Valentino étant donné que je sentais que nous n'étions pas si compétitifs avec le pneu le plus dur. La stratégie fonctionnait bien pour nous, ce qu'il s'est passé en fin de course est dommage. Lorsque j'ai vu qu'il revenait sur moi, j'ai décidé d'économiser un peu les pneus. Lors des derniers tours, j'ai commencé à tourner à nouveau en gros 1'39 afin de m'assurer que les pneus étaient toujours en bonne forme, et j'ai compris que nous allions nous battre jusqu'à la fin."

Il évoque ensuite le contact avec Rossi: "Quand il m'a rattrapé, nous nous sommes battus pendant quelques virages et malheureusement, nous nous sommes touchés et je suis tombé. J'ai toujours dit qu'il était mon idole et ma référence, donc l'on peut toujours apprendre de lui. Maintenant, nous devons penser à Jerez et commencer à récupérer des points."

En effet, avec 36 points "seulement" après trois courses, le pilote espagnol compte désormais 30 points de retard sur Rossi au classement du Championnat du Monde, mais aussi 24 sur Dovizioso, auteur lui aussi d'un excellent début de saison. Cinquième après la manche latino-américaine, il va devoir sortir le grand jeu pour battre un Rossi habituellement à son aise sur la piste espagnole.

Lire aussi - Les classements après l'Argentine

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Sous-évènement Course
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Valentino Rossi , Andrea Dovizioso , Jorge Lorenzo , Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Résumé de course
Tags argentine, honda, marc marquez, motogp