Une deuxième place "surprise" pour Márquez

Deuxième à l'issue de la première journée du Grand Prix de France, Marc Márquez a testé, comme son équipier Dani Pedrosa, le nouveau carénage proposé par Honda.

Une deuxième place "surprise" pour Márquez
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Un carénage qui a déjà pu faire ses débuts lors de ces essais libres manceaux grâce à une journée d'essais au Mugello plus tôt dans la semaine, où l'équipe Repsol Honda a pu récolter des données assez utiles sur son fonctionnement.

"On a fait un peu comme à Jerez, d'abord on a travaillé sur les réglages de la moto, et ensuite on a commencé à tester les packages aérodynamiques. L'après-midi on avait un autre plan mais il a commencé à pleuvoir mais on n'a pas pu. Mais on a obtenu de bonnes informations, ce qui fait qu'on a déjà utilisé notre carénage 'joker' ici."

Le "joker", associé au carénage déjà utilisé par Honda lors des quatre premières épreuves du championnat, devrait offrir à l'écurie japonaise une certaine flexibilité quant aux choix aérodynamiques à utiliser sur le reste du championnat.

"On a utilisé le joker car on croit que ça peut aider en piste. Avec ces deux carénages différents, celui qu'on utilisait jusque maintenant et celui que l'on introduit ici, on peut être compétitif toute la saison", explique Marc Márquez, qui a également indiqué que la nouvelle solution aérodynamique avait porté ses fruits tant sur la gestion des wheelings, que sur la vitesse de pointe.

"Ça améliore certains domaines, surtout dans le domaine du wheeling, il y en a un peu moins. On s'est un peu amélioré dans les lignes droites du Mugello [en vitesse de pointe], ici [au Mans] on ne peut pas vraiment sentir la différence."

Sur un circuit où les Honda ont traditionnellement plus de difficulté, le Champion du monde en titre s'est immédiatement montré à son aise, une "surprise" qui est la bienvenue pour l'Espagnol, dithyrambique quant au comportement de sa machine.

"C'était une surprise pour nous parce que nous souffrons ici d'habitude. L'après-midi nous étions bien, nous nous sommes concentrés sur la course et la bonne chose est que nous avons fait le tour le plus rapide à la fin et avec la gomme dure à l'arrière."

"Je suis dans une bonne dynamique avec la moto. Je me sens comme en 2014, mais il y a plus d'adversité qu'à l'époque, le niveau est plus élevé", ajoute-t-il, en faisant référence à l'incroyable saison où il s'était imposé à 13 reprises, dont dix fois d'affilée sur les dix premières manches.

partages
commentaires
Zarco : "Tout de suite dans le coup" au Mans
Article précédent

Zarco : "Tout de suite dans le coup" au Mans

Article suivant

Rossi : "Sur le papier, ce n'est pas un circuit pour les Yamaha"

Rossi : "Sur le papier, ce n'est pas un circuit pour les Yamaha"
Charger les commentaires