Márquez - "Je n'ai rien senti d'étrange" lors de la chute

partages
commentaires
Márquez -
Par : Medhi Casaurang-Vergez
30 oct. 2016 à 12:15

Classé 11e, Márquez n'a pas vécu un Grand Prix de tout repos à Sepang, entre un audacieux choix de frein en carbone et une chute.

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Pour la deuxième course consécutive, Marc Márquez est allé à terre. Depuis l'obtention de la couronne au Japon, il n'a inscrit que cinq points, ceux de la 11e place en Malaisie aujourd'hui. "Heureusement que le titre est dans la poche", se rassure l'Espagnol en conférence de presse.

Qualifié sur la deuxième ligne (une première depuis Misano), Márquez était d'humeur vaillante ce matin. Il fut en effet le seul pilote à prendre part à la course humide avec un frein avant en carbone. "L'équipe me conseillait de prendre le disque classique [en acier], car il y avait beaucoup d'eau sur la piste." Malgré le risque de ne pas monter en température son frein, le porteur du numéro 93 a foncé. "J'ai dit à Santi [Hernandez, l'ingénieur du Catalan] que je voulais le carbone. Je dois avoir le dernier mot sur les réglages."

Une décision qui est selon lui judicieuse. "Je savais que je perdais du temps à l'accélération, et grâce à ce disque je pouvais refaire mon retard au freinage. Si on perd du temps en sortie de virage, et qu'on ne peut pas revenir sur les freins, on n'a alors aucun avantage. C'est la principale raison pour avoir choisi ce matériau de frein, et c'était un bon choix", certifie-t-il. Néanmoins, Márquez a été contraint à la prudence. "Le carbone était vraiment limite en début d'épreuve, mais à mesure qu'il y avait moins d'eau, ça allait mieux."

"On pouvait finir sur le podium"

De meilleures sensation qui n'ont pas anticipé la chute dans un virage aux alentours de la mi-course. "C'est une erreur totalement différente de Philip Island ; j'essayais d'être calme sur la moto et de faire une course normale, comme plusieurs fois cette saison. J'étais capable de rester dans le groupe de tête, et j'attendais d'attaquer dans le final. Malheureusement, je suis tombé en remettant les gaz et j'ai perdu l'avant."

Les circonstances de cette chute rappellent celle vécue par Valentino Rossi à Motegi, qui était tombé sans avoir senti la moto lui filer entre les gants. "Je n'ai rien senti d'étrange. Je prenais la trajectoire habituelle."

Après un bref passage aux stands, Márquez pouvait continuer l'épreuve pour marquer quelques précieux points pour le classement par équipes. "Je devais finir la course pour le team. J'ai essayé de revenir, j'allais de plus en plus vite. Terminer 11e n'est pas bien, mais d'être à 36 secondes du vainqueur avec ce qui m'est arrivé, ce n'est pas mal", estime-t-il. "Sans cette chute, je pense que l'on pouvait finir sur le podium, à la 2e ou 3e place. Andrea Dovizioso allait trop vite !"

Enfin, quand on lui demande si un pilote pourrait devenir le 10e homme à lever le trophée du vainqueur en 2016, le triple champion du monde répond : "Un des frères Espargaro, ça serait bien… Enfin non, car je veux gagner (rires) !" 

Casquette Marc Marquez
Casquette Marc Marquez, sur Motorstore.com
Prochain article MotoGP
Lorenzo a "prié pour que la pluie vienne" avant le départ

Previous article

Lorenzo a "prié pour que la pluie vienne" avant le départ

Next article

Dovizioso - "Je ne m'attendais pas à creuser un écart" avec Rossi

Dovizioso - "Je ne m'attendais pas à creuser un écart" avec Rossi

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Malaisie
Catégorie Course
Lieu Sepang International Circuit
Pilotes Marc Márquez Shop Now
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Medhi Casaurang-Vergez
Type d'article Réactions