Márquez - "Je n'avais pas compris ce qu'était la pression"

partages
commentaires
Márquez -
Par : Léna Buffa
17 oct. 2016 à 15:11

Marc Márquez a conquis dimanche son troisième titre de Champion du monde en quatre saisons de MotoGP. L'aboutissement d'une année passée à chercher sa voie, après une fin de saison 2015 chamboulée et un début 2016 marqué du sceau du doute.

Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team fête sa victoire avec l'équipe
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le casque de Marc Marquez, Repsol Honda Team
Podium : le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team fête sa victoire avec l'équipe

Montré du doigt et accusé de tous les maux il y a un an, le jeune Espagnol a eu les épaules solides, c'est le moins que l'on puisse dire. Car, outre les difficultés morales qu'il a pu rencontrer et sur lesquelles il ne s'étend pas, il lui a fallu composer avec une RC213V qui semblait bien mal engagée.

"Une saison difficile… Vous pouvez me dire 'Ah, mais tu as gagné le titre à trois courses de la fin'. Mais franchement, il a été vraiment très difficile à remporter", assure Marc Márquez, qui a découvert de nouvelles difficultés à gérer.

"Chaque année, c'est très dur et vous faites votre maximum, mais cette année en particulier, la pression que j'ai ressentie, surtout en début de saison, a été très élevée", souligne-t-il. "L'année dernière, on a fait quelques erreurs et la fin du championnat avait été dure. Alors je ressentais plus de pression mais aussi un surplus de motivation. Cette combinaison [de sentiments] m'a poussé à rester très concentré et du jeudi au dimanche je n'étais concentré que sur la moto et sur le team."

"Je ne peux pas dire que je suis plus heureux qu'en 2014", explique l'Espagnol, titré dès sa première saison en 2013, puis à nouveau en 2014 au terme d'une campagne très dominatrice. "Je ne peux pas expliquer la pression que j'ai ressentie. Je n'avais peut-être pas compris ce qu'était la pression avant cette année. Même mon team m'a parfois dit que je n'étais pas le même Marc. J'ai parfois oublié de prendre du plaisir, parce que la pression était trop élevée. Quand la première victoire, puis la deuxième sont arrivées, cette pression a commencé à baisser."

Les efforts de toute une équipe

Marc Márquez et son team n'ont pas chômé, contraints de faire progresser une moto apparemment mal née. "Le début de la saison a été le moment le plus difficile de la saison, et ça a peut-être été la pré-saison la plus difficile de ma carrière. J'avais une montagne à gravir", résume le pilote, qui a passé les essais hivernaux à chercher la bonne direction à prendre avec Honda.

"Peu à peu, on y a cru", poursuit-il. "Je me souviens avoir dit à tous mes ingénieurs 'Je crois en vous' alors je vais changer de mentalité pour la première partie de la saison, mais pour la seconde partie j'ai besoin de votre aide. Cette aide est arrivée sur la seconde moitié de la saison. Ils ont fait du très bon travail, en particulier avec l'électronique, on a amélioré l'accélération et on a désormais une moto compétitive."

Malgré les difficultés du début de saison, le pilote espagnol a tout de même gardé espoir. "Après l'Argentine et Austin (où il a signé ses deux premières victoires, ndlr), je me suis dit que c'était possible. Les autres pilotes aussi sont humains…", suggère-t-il, et ce à juste titre, puisque ses rivaux de l'équipe officielle Yamaha ont effectivement commis des erreurs qui ont pesé lourd.

Lui n'a connu qu'une seule chute en course, au Mans, où malgré les trois points sauvés, il admet aujourd'hui avoir cru le championnat perdu. Il s'est toutefois rattrapé avec trois deuxièmes places consécutives, qui lui ont permis de prendre les rênes du championnat, puis il a fait en Allemagne son retour à la victoire. "Après l'été on a commencé à établir une sorte de stratégie", pointe-t-il.

Après sa victoire au Sachsenring, il a dû attendre plus de deux mois avant de s'imposer à nouveau. "On a gagné en Allemagne, mais quand on a entamé la seconde moitié de la saison - l'Autriche, Brno, etc - je faisais des podiums, mais j'étais parfois aussi en dehors. J'ai commencé à devenir un peu nerveux, cependant [mon team] m'a toujours dit 'Garde ton calme, tu as une grosse avance… Aragón va arriver !' Alors j'attendais la course d'Aragón et quand on y est arrivé, je me suis dit 'Allez, c'est le week-end sur lequel il faut retrouver la victoire !' J'étais très concentré là-bas."

"Si le groupe, le team, a la même mentalité que vous, tout est plus facile", souligne le pilote Repsol Honda, rappelant sans réserve l'importance de son équipe pour la conquête de ce titre. Un troisième titre en quatre saison qui peut paraître répétitif, mais qui n'est autre que le fruit d'une campagne à part entière, de nouveaux défis relevés avec réussite.

Polo Marc Márquez sur Motorstore.com
Polo Marc Márquez sur Motorstore.com
Prochain article MotoGP
Les moments-clés dans la saison du nouveau Marc Márquez

Previous article

Les moments-clés dans la saison du nouveau Marc Márquez

Next article

Iannone forfait pour l'Australie, Barberá poursuit l'interim

Iannone forfait pour l'Australie, Barberá poursuit l'interim

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Lieu Twin Ring Motegi
Pilotes Marc Márquez Shop Now
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités