Márquez avait un objectif cet hiver : être en forme cette semaine

partages
commentaires
Márquez avait un objectif cet hiver : être en forme cette semaine
Par :
5 mars 2019 à 15:41

Tout l'hiver de Márquez aura été orienté vers un seul et même but : être pleinement remis de ses soucis physiques pour le Grand Prix du Qatar. Désormais, le verdict approche, pour le Champion du monde en titre comme pour la version 2019 de la Honda.

C'est un binôme encore un peu amoché qui s'apprête à prendre forme cette semaine à Losail au sein de l'équipe officielle Honda. Tenant du titre, Marc Márquez semble toutefois avoir réussi son pari en profitant de la pause hivernale pour se soumettre à une opération délicate, rendue nécessaire par les soucis répétés que lui causait son épaule, et récupérer à temps pour la reprise du championnat.

Lire aussi :

Cet hiver "sacrifié" a poussé le pilote espagnol à suivre un programme de soins strict, avant de pouvoir reprendre l'entraînement en salle début janvier, puis d'aller crescendo jusqu'à retrouver la piste il y a à peine plus d'un mois. Resté prudent durant les essais menés ces dernières semaines en Malaisie et au Qatar, il a réussi à ne manquer aucune séance tout en s'assurant de ménager son épaule afin d'être en pleine possession de ses moyens lorsque cela comptera réellement, c'est-à-dire cette semaine.

"C'est enfin l'heure de reprendre la course !" s'enthousiasme à présent le numéro 93. "Cet hiver a été différent, compte tenu de mon opération. J'ai travaillé dur, avec cinq heures de physio par jour et un seul objectif : arriver à la première course de l'année dans la meilleure condition possible."

Après avoir inscrit 105 tours à son compteur à Sepang, Márquez est monté en puissance à Losail, où ses 144 tours ont fait de lui le septième pilote le plus actif du plateau MotoGP sur cette ultime répétition générale avant le premier Grand Prix. Il a beau ne pas avoir pu évaluer sa résistance sur de longs runs, il a coché suffisamment de cases pour se rassurer. "Au test du Qatar, je me sentais bien mieux qu'à celui de la Malaisie, et je peux désormais dire que j'arrive ici en étant quasiment à 100%", assure-t-il.

Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

De l'autre côté du stand, Jorge Lorenzo aura sans doute besoin d'un peu plus de temps pour être à la hauteur de ses ambitions, lui qui après avoir fini de soigner ses blessures de l'automne dernier a dû repasser par l'infirmerie pour une fracture du scaphoïde dès les premiers jours de l'année. Un temps de roulage limité pendant cet hiver ne l'aide pas à se présenter dans les meilleures conditions sur cette manche, cependant le Majorquin garde un esprit combatif à toute épreuve.

"M'aligner sur la grille de départ du Qatar, c'est quelque chose que j'ai imaginé durant toute l'intersaison", admet le numéro 99. "C'est une nouvelle ère pour moi et pour l'équipe, courir pour le Repsol Honda Team est un moment particulier. Je suis prêt à tout donner pour obtenir les meilleurs résultats possibles sur la Honda. Malheureusement je ne suis pas encore à mon maximum avec la moto, mais je crois malgré tout qu'on peut obtenir un bon résultat ici, au Qatar. Comme chaque année, le MotoGP s'annonce très compétitif et on aura assurément le package dont on aura besoin pour se battre avec les meilleurs au bout de quelque temps. Je sais qu'on peut faire de grandes choses."

Besoin de travailler sur les réglages

Le package, Márquez aimerait le voir se peaufiner encore un peu plus au fil du temps, bien que les résultats des essais de pré-saison aient globalement donné satisfaction. "Honda a fait beaucoup pour améliorer la moto et pendant les essais on s'est senti forts, surtout sur un circuit qui n'est habituellement pas le meilleur pour nous, mais il faut qu'on continue à progresser", prévient-il.

Losail n'est en effet pas la piste la plus favorable à la RC213V, sur le papier, mais un bon terrain de test pour une moto qui a tenté d'améliorer son accélération et sa vitesse de pointe pendant l'intersaison, afin de rivaliser avec Ducati sur ses points forts. Au-delà des pièces fournies par l'usine, ce domaine requiert toutefois un travail pointilleux qu'il faudra poursuivre en marge des Grands Prix.

"Notre vitesse n'a pas été mauvaise [lors des tests], elle a été constante et c'était un des objectifs que nous voulions atteindre", se félicite Santi Hernández, chef mécanicien de Márquez, auprès du site officiel du MotoGP. "Mais au final il ne s'agit pas que de vitesse de pointe, parce qu'il faut ensuite gérer la puissance : vous pouvez avoir une bonne vitesse de pointe et ne pas réussir à gérer [la moto] en milieu de virage car vous avez beaucoup de puissance et elle devient nerveuse, elle ne tourne pas et vous avez beaucoup de wheelie. Il faut qu'on travaille plus sur les réglages."

Lire aussi :

À l'issue de cette intersaison perturbée, difficile donc de savoir où placer Honda. "Si la question est de savoir où se situe notre moto, je ne peux pas encore le dire", ajoute Santi Hernández. "Pour nous c'est encore très difficile, parce que les pilotes Honda n'étaient pas à 100% et nous ne savons pas exactement où nous nous situons. […] Mais les petites choses que nous avons testées, nous en sommes plutôt contents."

Le Grand Prix du Qatar, que Honda n'a gagné que deux fois sur les dix dernières éditions (en 2014 avec Márquez et en 2011 avec Stoner), a beau ne pas être un juge de paix déterminant pour le championnat, il apportera de premiers éléments de réponse quant à la hiérarchie du plateau, notamment lorsque Marc Márquez pourra complètement dévoiler son jeu. On saura très vite si l'Espagnol a bel et bien réussi son pari.

Article suivant
Le programme du Grand Prix du Qatar

Article précédent

Le programme du Grand Prix du Qatar

Article suivant

Deux nouveautés parmi les pneus proposés au Qatar

Deux nouveautés parmi les pneus proposés au Qatar
Charger les commentaires
Be first to get
breaking news