MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
16 jours
16 oct.
Prochain événement dans
23 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
30 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
44 jours
13 nov.
Prochain événement dans
51 jours
20 nov.
Prochain événement dans
58 jours

Une concurrence multiple pour Márquez, qui n'en sort que plus fort

partages
commentaires
Une concurrence multiple pour Márquez, qui n'en sort que plus fort
Par :

L'Espagnol ne s'est certes pas imposé en Italie, mais qu'importe pour lui : il a de nouveau creusé l'écart sur son plus proche poursuivant au championnat. Une conséquence directe du nombre important de pilotes à même de viser la victoire cette année.

Difficile d'affirmer que Marc Márquez est un adepte de la maxime "diviser pour mieux régner" dans le sens où il ne joue pas un rôle actif dans le processus, mais force est de constater que l'Espagnol tire pleinement profit en ce début de saison de l'opposition pour le moins dispersée en face de lui. Le numéro 93 totalise trois victoires en six courses, ce qui en soi constitue un premier bilan que peut lui envier l'ensemble du plateau, mais le fait est que le concurrence, si elle a gagné en pluralité, ne parvient pas à faire émerger un nom plus qu'un autre en mesure de concurrencer le pilote Honda sur le long terme.

Lire aussi :

Andrea Dovizioso a été le premier à s'illustrer lors de la manche d'ouverture au Qatar, comme cela avait d'ailleurs déjà été le cas en 2018, avant qu'Álex Rins ne signe sa première victoire à Austin, puis Danilo Petrucci le week-end dernier. Tous deux, inscrits par définition dans une dynamique positive au moment de leur victoire respective, et bénéficiant des faibles écarts au championnat impliqués par le peu de courses disputées ainsi que la chute de Márquez à Austin, font pour l'heure figures de candidats au titre crédibles.

Quant à Dovizioso, sa régularité lui permet d'occuper la place de dauphin au classement, à seulement 12 unités du tenant du titre, et ce alors qu'il n'a plus fini devant lui à la régulière depuis Losail et ce qui est justement sa seule victoire jusqu'ici cette année. Mais peut-être l'Italien saura-t-il profiter du tracé spécifique du circuit de Barcelone, théâtre de la prochaine manche, et qui devrait à l'instar du Mugello souligner les qualités de sa Desmosedici ?

Pour Márquez, il s'agira surtout de faire le dos rond, comme il a su si bien le faire en Italie, et ce bien sûr sans partir perdant. Ce n'est pas son genre. "Nous verrons, et surtout nous allons essayer d'être rapides dès le début, et compétitifs !" a-t-il ainsi prévenu sitôt la course terminée en Italie, au micro du site officiel du MotoGP. "L'an dernier à Barcelone nous avons eu un peu de mal au début mais en course nous étions là, donc on verra. Nous n'étions pas si loin de Jorge, qui était le plus rapide, Dovi a chuté... Nous allons essayer de comprendre comment aborder la course, mais là on profite de la deuxième place. Montmeló est bien sûr une course spéciale, mais elle ne donne que 25 points, pas plus !"

Lire aussi :

À défaut de viser la victoire à tout prix, le Catalan pourrait de nouveau jouer placé sur ses terres, et accroître encore un peu plus son avance au championnat. Conscient d'avoir plusieurs pilotes face à lui en mesure de lui contester le leadership, il préfère ainsi ne pas s'éparpiller et se concentrer pour l'heure sur ses propres problèmes, dans l'attente d'y voir plus clair chez ses concurrents. "Au championnat, il y a bien sûr de nombreux adversaires. Mais sur cette partie du championnat, je me concentre juste sur mon garage, sur mes courses, et j’oublie parfois où sont mes adversaires", a-t-il assurée. "Le plus important, c’est que quand nous nous sentons bien nous sommes en mesure de creuser l’écart, et à l’inverse quand nous sommes en difficulté nous sommes capables de finir quelques secondes derrière."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Márquez de nouveau en mode limitation de dégâts en Catalogne ?

En 2017, Dovizioso avait fait coup double à Barcelone après un premier succès au Mugello. Le même scénario s'était reproduit pour son ancien coéquipier chez Ducati l'année suivante, Jorge Lorenzo, avec une double victoire en Italie puis en Catalogne. Et si Petrucci en faisait de même en 2019 ? Cela renforcerait à coup sûr son statut de prétendant au sacre cette saison, bien que son rôle, assumé, soit de servir la quête du titre menée par son coéquipier.

D'ailleurs, Márquez reste vigilant vis-à-vis du numéro 9, malgré un matelas de sécurité équivalent à plus d'une victoire. "Actuellement, Petrucci a plus de vitesse que Dovizioso et il n’est qu’à 33 points", constate sans fard l'Espagnol. "Pour moi, c’est un autre rival au championnat. Au Mans il était plus rapide, même s’il n’est pas parvenu à le passer, à Jerez il avait été très proche. Les deux Ducati sont rapides et je ne crois pas qu’ils vont commencer à s’aider mutuellement. Ils le feront comme ils l’ont fait jusqu’à présent, mais si l’un des deux peut gagner en course, il le fera, et si l’autre peut gagner, il le fera aussi. Si Petrucci était à 80 points il [l’aiderait] peut-être, mais il n’est qu’à 33 points."

Lire aussi :

Plus proche encore que Petrucci, il y a Rins. Le pilote Suzuki, après avoir été pressenti comme l'homme en mesure de remettre en cause l'hégémonie de Márquez, sort de deux Grands Prix plus difficiles, où il n'a pas été en mesure de grimper sur le podium. Mais pour le pilote Honda cela ne fait aucun doute, il faudra compter sur son compatriote lors des prochaines manches. "Il sera là à Montmeló, mais surtout à Assen, où il a été très rapide l’an dernier", a-t-il assuré. "Là où le moteur importe moins, il sera très rapide. Il a un châssis incroyable."

Devant cette diversité d'aspirants à la première place, bien malin celui qui sera en mesure de diagnostiquer avec précision l'identité du prochain vainqueur.

Avec Michaël Duforest et Charlotte Guerdoux

Abraham voit Brno menacé, faute d'investissement du gouvernement

Article précédent

Abraham voit Brno menacé, faute d'investissement du gouvernement

Article suivant

Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"

Rins troisième du championnat : "La saison est encore longue"
Charger les commentaires