MotoGP
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Márquez vainqueur malgré une alerte au niveau de l'essence

partages
commentaires
Márquez vainqueur malgré une alerte au niveau de l'essence
Par :
20 oct. 2019 à 09:00

Marc Márquez a contrôlé le Grand Prix du Japon MotoGP pour s'offrir sa dixième victoire de l'année, mais cela n'a pas été sans une petite frayeur qui l'a vu tomber en panne d'essence dans le tour d'honneur !

Pour la première fois depuis son incroyable début de saison 2014 (avec dix victoires consécutives), Marc Márquez s'est imposé pour la quatrième fois de suite cette année en remportant le GP du Japon. Celui qui a déjà décroché le titre de Champion du monde en Thaïlande il y a deux semaines continue de marquer de son empreinte la catégorie reine. L'Espagnol a devancé Fabio Quartararo de huit dixièmes sur la ligne d'arrivée, mais son avance a culminé à deux secondes et demie en milieu d'épreuve.

De l'extérieur, cette dixième victoire de la saison, synonyme de titre constructeurs pour Honda, a pu sembler très simple à décrocher pour Márquez. Mais comme le numéro 93 l'explique, son rythme fut si bon en début d'épreuve que cela lui a causé bien des soucis au niveau de la consommation d'essence ! Sa RC213V est en effet tombée en panne sèche dans le tour d'honneur...

Lire aussi :

"C'était assez difficile ! Bien sûr, j'avais le rythme, mais nous avons calculé un rythme avec l'équipe, en 1'46 bas, mais finalement j'étais en 1'45 haut ! C'était une bonne nouvelle, mais pas pour la consommation d'essence ! C'est pour ça que j'ai un peu ralenti, sinon je me disais que je ne finirais pas la course", a-t-il expliqué au micro du site officiel du MotoGP. "J'ai essayé de tout contrôler pendant la course, d'être doux, d'être en 1'46, et quand j'ai pris deux secondes [d'avance], je me suis dit que j'allais gérer la distance [restante]. J'ai eu de la chance car l'alarme s'est allumée à un tour et demi de la fin ! En général, quand elle s'allume, il ne reste que trois tours d'essence. J'ai essayé de gérer, et c'était suffisant pour passer la ligne en première position."

Alors que sur certaines des dernières courses, Marc Márquez avait plutôt endossé le costume du chasseur, notamment derrière Fabio Quartararo, il a directement pris la poudre d'escampette. L'Espagnol a confirmé que c'était bien le plan préférentiel, mais qu'il aurait tout aussi bien adopter une autre stratégie si jamais le Français se montrait encore plus à son aise que ce qu'il a montré en course aujourd'hui.

"Aujourd'hui, je pensais à la stratégie de la course. Soit j'allais suivre quelqu'un et attaquer à la fin, ou alors tenter de m'échapper. Je me suis senti bien durant le warm-up, donc j'ai décidé que j'allais attaquer dès le départ. C'est pour ça que j'ai passé Fabio très vite, c'était la stratégie. J'ai commencé à attaquer, je voyais qu'il était rapide car il avait le soft à l'arrière, mais j'ai continué et pas à pas j'ai augmenté l'écart. Quand j'ai eu 2"5 d'avance, j'ai commencé à gérer. Il était très rapide sur quelques tours mais tout de suite je suis revenu en 1'46 bas et voilà, pour bien contrôler. Toute l'équipe a fait du très bon travail car vendredi nous étions loin, et hier nous nous sommes beaucoup améliorés."

"Dans mon esprit, il y avait deux courses, les 12 premiers tours, et les 12 derniers. J'ai essayé de mener dans les premiers, de creuser l'écart, et si c'était possible, c'était le plan. Mais si ce n'était pas possible, le plan était de suivre quelqu'un, économiser de l'essence, car nous savions que nous serions à la limite, et attaquer à la fin. L'option A a finalement bien fonctionné ! Mais il y aurait eu l'option B si besoin, on ne l'a pas utilisée, mais on ne sait jamais à l'avenir."

Lire aussi :

Jamais avare d'une petite surprise, le numéro 93 a effectué un tour de reconnaissance avec des gommes... pluie ! Pas d'humidité en piste non, mais là aussi un plan savamment orchestré, au cas-où la météo japonaise aurait décidé de pimenter l'épreuve... Pas surprenant de voir l'un des meilleurs pilotes de courses "flag-to-flag" se préparer à toutes les éventualités !

"Sur les pneus pluie, c'était juste pour préparer la course. Il faisait un peu nuageux, on ne sait jamais ce qui peut se passer, donc on a rôdé les pneus car en cas de flag-to-flag, ils auraient été bons à partir dès le début. C'était l'objectif principal. Sur la grille, j'ai vu que beaucoup de pilotes étaient avec le soft à l'arrière, mais j'ai cru au medium."

Avec ce dixième succès de l'année, Marc Márquez égale Mick Doohan en catégorie reine, en signant sa 54e victoire en MotoGP. Un point historique important pour l'Espagnol, qui ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : "Mick Doohan est le premier nom que j'avais dans la tête, et mes premiers souvenirs en moto, Doohan contre Crivillé, Crivillé contre Doohan. Ce sont mes premiers souvenirs en regardant les 500cc à l'époque. C'est un nombre incroyable, il faut juste continuer avec la même mentalité et profiter en piste."

Article suivant
Rookie de l'année, Quartararo peut viser encore plus haut !

Article précédent

Rookie de l'année, Quartararo peut viser encore plus haut !

Article suivant

Dovizioso déçu : "On ne vit pas pour les records, on veut gagner"

Dovizioso déçu : "On ne vit pas pour les records, on veut gagner"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Lieu Twin Ring Motegi
Pilotes Marc Márquez Alentà Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Michaël Duforest