Márquez vise le podium, peu importe la météo

partages
commentaires
Márquez vise le podium, peu importe la météo
Par : Medhi Casaurang-Vergez
25 mars 2017 à 19:43

Le pilote Honda estime que le retard le séparant de Viñales est trop important à combler, et table sur un podium. Malgré les conditions climatiques dantesques, il se veut optimiste.

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3; Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, et Santi Hernandez
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team

Dans le paddock des Grands Prix, tout le monde est logé à la même enseigne, a fortiori quand la météo fait des siennes. Les conditions climatiques désastreuses des dernières heures ayant obligé la direction de course à annuler toutes les séances prévues aujourd’hui, Marc Márquez n’a pas mis le nez dehors.

Un jour pour rien pour l’Espagnol qui semblait pourtant motivé à combler le retard le séparant du leader Maverick Viñales. "Hier, on a préparé plein de choses sur la moto, et aujourd’hui il était temps de se préparer, de revenir fort et de travailler en vue de la course", confiait-il en conférence de presse. "Malheureusement, une pluie forte est arrivée sur le circuit la nuit dernière et ce matin."

Les conditions climatiques ont radicalement modifié la piste de Losail, les orages inondant de nombreuses parties du tracé. "Le problème, c’est que nous avons eu des conditions vraiment extrêmes. Au Qatar c’est inhabituel. Le souci sur le circuit, ce sont les zones de dégagement : de petits lacs se sont formés, ce qui est dangereux. Il y avait aussi des rivières qui traversaient la piste. Il faut regarder, mais la météo pour dimanche semble meilleure."

Márquez fait également preuve d’optimisme quant à l’adhérence de la piste. Totalement lessivé par les averses, le circuit a perdu les traces de grip laissées par les concurrents jeudi et vendredi. "Je ne sais pas si le grip changera vraiment. Avant [notre course], il y aura eu le Moto3, puis le Moto2, donc je pense que l’adhérence ne sera pas différente par rapport au début de week-end", poursuit-il.

Concernant ses chances pour la course, le pilote Honda n’a pas modifié d’un iota son discours de la veille. Le podium reste l’objectif, lui qui s’élancera en troisième position, aux côtés de Maverick Viñales et Andrea Iannone. "Démarrer depuis la première ligne sur la grille est un bon résultat, demain on tentera de se battre sur le podium. Cela serait un bon résultat pour nous. On veut se donner à 100 %, mais je sais que Maverick [Viñales] a un meilleur rythme que tout le monde", reconnaît le porteur du numéro 93.

"Si Capirossi dit qu'il y a une chance, il faut essayer"

Avec cette décision exceptionnelle d’annuler les qualifications, Márquez a été contraint de ronger son frein. Le bon sens a finalement prévalu selon lui. "Bien entendu, ce n’est pas habituel d’avoir cette météo, aujourd’hui les conditions étaient extrêmes. Je sais que les responsables du circuit de Losail réfléchissent à refaire le tarmac, peut-être pour l’an prochain, j’espère qu’ils seront prêts à l’avenir."

Avant de quitter la salle de presse, le tenant du titre souhaitait apporter un éclaircissement sur les déclarations de Loris Capirossi, quant à la possibilité de rouler même sous la pluie cette fin de semaine. "Je pense qu’il y a eu un malentendu. Il a roulé sous une sorte de pluie artificielle, et a dit que c’était possible [de rouler], mais que la décision importait aux pilotes. Il a beaucoup d’expérience [représentant de la Dorna à la Direction de course, il compte 328 départs en GP], hier on en a parlé en Commission de sécurité. Si Capirossi dit qu’il y a une petite chance, il faut essayer, mais le niveau de pluie était extrême ce soir", jugeait le Catalan.

Une nouvelle séance d’essais ne serait pas de trop en cas de pluie abrupte entre le warm-up et l’épreuve. "S’il pleut directement en course, mais que le warm-up se déroule sur piste sèche, il faut évaluer la piste avant la course. On ne peut pas arriver en course comme ça, tout le monde est d’accord."

En cas de course sous la pluie demain, scénario encore non rejeté par le paddock, Márquez liste deux préoccupations. "Tout d’abord, il faut voir comment les projecteurs se reflètent sur l’asphalte. Puis il y a le grip ; si vous ne roulez pas, vous ne pouvez pas savoir le niveau d’adhérence. Par exemple en Argentine il y a deux ans, la piste était glissante aux essais, nous nous étions dit qu’il serait impossible de rouler sous la pluie. Des averses sont arrivées pendant le warm-up, et finalement le grip était meilleur", concluait-il, sourire malicieux aux lèvres.

 

Veste à capuche Honda Marc Marquez
Veste à capuche Honda Marc Marquez
Article suivant
L'absence de drainage à l'origine du fiasco des qualifications

Article précédent

L'absence de drainage à l'origine du fiasco des qualifications

Article suivant

Rossi : annuler les qualifs, "le bon choix à faire"

Rossi : annuler les qualifs, "le bon choix à faire"
Charger les commentaires