Réactions
MotoGP GP de Grande-Bretagne

Márquez a volontairement laissé passer Mir

Certain qu'il ne pourrait rien tirer de la course sprint de Silverstone, Marc Márquez a tout bonnement décidé de laisser Joan Mir passer devant pour mieux observer les difficultés de la Honda.

Joan Mir, Repsol Honda Team

Marc Márquez a semblé accueillir assez paisiblement sa 18e place à l'arrivée de la course sprint de Silverstone, en dépit du gouffre de près de 30 secondes qui le sépare du vainqueur. Peut-être cette sérénité est-elle due au fait que c'est son propre frère qui a remporté cette course, une première pour lui en MotoGP. Mais peut-être aussi est-elle influencée par le peu d'attentes que nourrissait l'octuple Champion du monde au départ.

Il faut dire que le #93 a parfaitement compris qu'il n'a plus grand-chose à espérer de cette saison, lui qui n'a marqué que 15 points jusqu'à présent contre 194 pour le leader du championnat. Les résultats du clan Honda sont mauvais et ses propres sensations ne lui laissent guère d'espoirs. Et si elle peut parfois être salvatrice, l'arrivée de la pluie, ce samedi, n'a en rien allégé ces difficultés.

"On ne s'attendait pas à avoir autant de mal", admet-il. "Cependant au Sachsenring déjà, quand on avait eu des essais sur le mouillé, j'avais été en tête mais mes sensations n'étaient pas bonnes, et aujourd'hui on a reconfirmé qu'on a beaucoup de mal sur le mouillé."

"Franchement, aujourd'hui, quand j'ai vu autant de chutes et que j'ai vu que mes sensations n'étaient pas bonnes… C'est vrai que j'ai poussé en Q1 mais pas comme un dingue, je suis resté calme", explique Márquez, qui a même décidé de transformer sa course. Treizième après le premier tour, il a ensuite régressé, et ce de façon volontaire.

"Pendant la course sprint, j'ai essayé d'évaluer mes sensations dans les deux premiers tours, j'ai vu qu'elles n'étaient pas bonnes. J'ai décidé de garder mon calme. À un moment donné, j'ai regardé derrière et j'ai vu que Mir arrivait, alors j'ai décidé de l'attendre pour le suivre dans les trois derniers tours et comprendre depuis l'extérieur, de derrière, ce qui se passe sur la moto", explique-t-il. "Demain, je vais essayer de faire ma course, mais aujourd'hui mes sensations n'étaient pas bonnes et j'ai donc décidé d'en tirer une utilité afin de donner des informations à l'équipe."

En six courses, je me suis cassé trois os, un ligament… Maintenant, mon approche doit être différente.

Marc Márquez

Qu'a-t-il appris de ces quelques tours dans la roue de son coéquipier ? "En suivant les autres, je perds à l'accélération. En suivant Mir, je n'ai jamais perdu à l'accélération", résume-t-il. "On était sur les mêmes trajectoires et j'arrivais à bien le suivre. Par contre, en suivant les autres, tout devient plus difficile parce qu'on perd à l'accélération, et ensuite on se rattrape en entrée de virage."

C'est indéniable, le Marc Márquez compétiteur que tout le monde connaît a complètement changé d'attitude en tant que pilote. "Oui, mais pendant la première partie de la saison, en six courses je me suis cassé trois os, un ligament… Maintenant, mon approche doit être différente", justifie-t-il.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez a terminé une seconde devant Fabio Quartararo.

Est-ce à dire que tout le reste de ce championnat bascule sur une vaste séance de test pour lui ? "Non, au moins cette première course", précise-t-il. "Bien sûr, hier j'ai pris des risques sur le tour lancé, aujourd'hui aussi en Q1, et je prendrai des risques dans certains tours de la course de demain. On peut toujours tomber, mais si on tombe une seule fois dans le week-end on a moins de chance [de se blesser] que si on tombe quatre fois !"

"J'essaye de travailler de la meilleure façon. Aujourd'hui aussi, j'ai essayé d'attaquer, mais à un moment donné pendant la course sprint, alors qu'il restait six tours, je me suis demandé ce que je pouvais faire pour apporter des informations. Alors j'ai essayé de faire ça, de suivre une autre Honda, pour essayer de comprendre ce qui se passe en étant derrière."

Le champion espagnol n'affiche aucun regret, convaincu qu'il n'aurait de toute façon pas pu attraper de points dans cette course, qui ne récompensait que les neuf premiers pilotes. "Si j'avais pris des risques, j'aurais fait 14e, pas mieux. J'aurais peut-être fait la course cinq secondes plus vite, mais pas mieux. […] Ça n'est pas comme si j'avais eu deux ou trois secondes dans la manche. J'avais une demi-seconde ou trois dixièmes, pas plus."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent En grande difficulté, Bagnaia soupçonne des dégâts sur sa moto
Article suivant Álex Márquez : "Je dormais au début de la course !"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse