Réactions
MotoGP GP de Saint-Marin

Martín ne croit pas que Bezzecchi et Bagnaia paient leurs blessures

Jorge Martín s'attendait à ce que Marco Bezzecchi et Pecco Bagnaia représentent une plus grande menace en course sprint au Grand Prix de Saint-Marin, mais ne pense pas qu'ils "sentent trop" les effets de leurs blessures.

Jorge Martin, Pramac Racing

Jorge Martín a vécu un samedi parfait à Misano. Auteur de la pole avec une confortable avance, il a passé toute la course sprint en tête. Pecco Bagnaia n'a pas pu le suivre dans le premier tour et son principal rival a finalement été Marco Bezzecchi, qui est un temps revenu à moins d'une demi-seconde avant de perdre le contact.

"J'ai apprécié ce samedi", a déclaré Martín au site officiel du championnat. "Les qualifications ont déjà été incroyables aujourd'hui et en course, je pensais que ce serait un peu plus serré entre Pecco, Marco et moi. J'ai fait une grosse différence immédiatement. Après, j'ai adopté un très bon rythme, c'était assez dur de faire mieux que ce 1'31"7 puis j'ai vu qu'il avait repris trois dixièmes en un tour donc j'ai eu un peu peur à ce moment-là."

"J'ai essayé de garder mon rythme, je ne pouvais pas aller plus vite et j'ai vu qu'il perdait le contact et réduisait son rythme. J'ai essayé de maintenir cet écart jusqu'à la fin et j'ai gagné, donc je suis content."

Martín semble avoir été aidé par les limites physiques de Bezzecchi et Bagnaia, tous deux amoindris après les chutes du départ au GP de Catalogne, mais il ne pense pas que les deux Italiens sont véritablement ralentis par la douleur : "Je ne pense pas qu'ils le sentent trop parce qu'avec les chronos que j'ai vus en qualifications...", a précisé Martín lors de sa rencontre avec les journalistes. "C'est sûr qu'ils ont mal mais on a tous battu le record. Sinon, c'est impossible de le faire."

Quelles qu'en soient les raisons, Martín a été l'homme fort de la journée et Bagnaia s'est dit particulièrement impressionné par ses performances dans le dernier secteur. L'intéressé ne sait pas véritablement pourquoi il fait la différence dans cette partie du circuit.

"Je suis peut-être très confiant sur le côté gauche. J'ai vu que dans les premiers tours, je faisais une grosse différence et je pense que c'était dans les virages à gauche. Je ne fais rien de bizarre. Je suis assez bon dans l'avant-dernier et le dernier virage."

Jorge Martin, Pramac Racing

Jorge Martín

"Je suis super concentré", a-t-il ajouté. "Je sens qu'on a trouvé un équilibre dans le travail avec l'équipe, sur la moto aussi. Tout fonctionne donc je suis super content. J'espère qu'on pourra progresser demain. Je ne me concentre pas sur les autres pilotes, je me concentre sur moi et j'espère qu'on pourra le refaire demain."

Pour réitérer un succès, Martín sera encore confronté à Bezzecchi et Bagnaia, et peut-être à Brad Binder, auteur d'une belle remontée après deux premiers tours difficiles, mais il ne craint pas vraiment la KTM sur ce circuit : "J'ai vu que Binder revenait rapidement mais il a pris quatre secondes en 12 tours. C'est dur de gagner trois ou quatre dixièmes au tour, je pense que ce sera dur pour lui."

Je suis un pilote satellite. Ce n'est pas à moi de remporter le championnat.

Jorge Martín

Le succès de ce samedi a permis à Martín de reprendre cinq points à Bagnaia mais il accuse encore un retard de 45 points et assure ne pas faire du titre mondial un véritable objectif cette année : "Je suis un pilote satellite. Ce n'est pas à moi de remporter le championnat. Si j'ai une chance de le faire, je la saisirai, mais ça revient aux pilotes d'usine."

"Je ne dis pas que je ne veux pas être [Champion du monde], je dis que ce n'est pas mon gros objectif", a-t-il précisé. "Je gagne juste des courses et j'essaie de faire de mon mieux."

Martín a impressionné dès sa première saison en MotoGP en 2021, avec un premier succès, mais il a dû attendre le mois de juin dernier et le GP d'Allemagne pour s'imposer à nouveau le dimanche. Souvent parti à la faute en 2022, il pense avoir gagné en maturité mais assure ne pas avoir véritablement modifié son pilotage, et se sentir surtout plus en confiance avec la version actuelle de la Ducati.

"J'étais très bon il y a deux ans [à Misano]. J'étais troisième, pour ma première saison, quand je suis tombé. Je pense que c'est la moto de l'an dernier [qui me mettait en difficulté]. En arrivant ici, je pensais que j'allais souffrir et c'est mon meilleur week-end pour le moment. Je suis plus rapide qu'au Sachsenring alors que c'est un circuit que j'adore. Il y a une grosse différence sur la moto."

"Je crois à 100% que ça ne vient pas de moi", a-t-il insisté. "Je pilote de la même façon et tout vient plus facilement. C'est sûr que je suis un pilote plus expérimenté maintenant et que ça aide beaucoup mais la moto m'aide beaucoup à faire ce que je fais."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Bagnaia s'offre un "excellent résultat" supérieur à ses attentes
Article suivant Pedrosa accorde plus de "valeur" au succès de Rossi à 37 ans

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse