Avoir pris la mauvaise direction il y a 2 ans, l'erreur de Yamaha

partages
commentaires
Avoir pris la mauvaise direction il y a 2 ans, l'erreur de Yamaha
Par : Willy Zinck
28 nov. 2018 à 07:57

Pour Lin Jarvis et ses pilotes, le constructeur japonais a payé le prix ces deux dernières saisons de choix peu opportuns opérés fin 2016.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Jack Miller, Pramac Racing, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
La moto de Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Si 2017 avait été en bien des aspects une saison décevante pour Yamaha, 2018 n'a guère été plus brillante, pour ne pas dire pire. Le constructeur japonais a en effet de nouveau terminé l'année à la troisième place du championnat, mais avec 40 points de moins.

La marque aux trois diapasons aurait même pu connaître un exercice vierge de toute victoire sans un succès de dernière minute de Maverick Viñales, à Phillip Island. Un bilan comptable bien éloigné des quatre victoires obtenues l'an passé. 

Lire aussi:

Les maux de la M1 sont connus depuis longtemps désormais, et découlent pour une bonne part de choix techniques hasardeux entrepris à la fin 2016, et qui se sont avérés délétères pour les performances.

Yamaha toujours en retrait par rapport à Honda et Ducati

"Ne pas avoir vraiment compris le problème il y a deux ans, ça a été l'erreur", affirme ainsi Lin Jarvis, le directeur exécutif de Yamaha Racing. "Tout ce qui est arrivé cette saison a été la conséquence de ne pas avoir pris les bonnes décisions dans le passé, puis en milieu de saison, ce que nous devions faire est devenu très clair et nous devons maintenant nous rattraper. Nous sommes derrière nos adversaires, nous sommes considérablement derrière Ducati, je pense, et aussi Honda."

Plus précisément, c'est la concentration des efforts et l'allocation des moyens au niveau du châssis qui se sont révélées être des erreurs, alors que les points faibles de la M1 se situaient (se situent toujours) au niveau de l'électronique et du moteur. 

Lire aussi:

En cela Valentino Rossi, qui a connu en 2018 sa première saison sans victoire avec Yamaha, sa troisième seulement sans le moindre succès dans la catégorie reine (les deux autres étant celles où il a roulé sous les couleurs de Ducati en 2011 et 2012), s'accorde avec son employeur pour dire que la direction technique retenue il y a deux ans n'était pas la bonne.

"Pour moi, à l'issue de la saison 2016, nous avions quelques problèmes, quelques soucis", se remémore le Docteur. "Nous étions forts mais nous souffrions déjà au niveau des pneus, et dans le même moment il semble que certains constructeurs aient réalisé de grandes avancées. Nous avons essayé de résoudre ces problèmes, mais pas de la bonne façon. Nous avons travaillé sur le châssis, sur la répartition des masses, alors que pour moi nous aurions dû davantage travailler sur l'électronique et sur le moteur." 

Regain de forme à partir de la tournée outremer

Un sursaut a tout de même eu lieu en toute fin de saison, lors de la tournée outremer. Passée la victoire de Viñales en Australie, Yamaha avait déjà fait son retour au premier plan un peu plus tôt, à l'occasion du premier Grand Prix de Thaïlande de l'Histoire, avec plusieurs tours en tête de Rossi et un podium de Viñales.

"Depuis la Thaïlande, environ, nous pouvons enfin dire que la donne a changé", reprend Jarvis, sur le regain de forme de ses troupes en fin de saison. "Je pense que nous avons accompli de légers progrès, juste de petits progrès réguliers. La victoire que nous avons obtenue à Phillip Island était très, très importante pour nous, pour Maverick mais aussi pour le team, pour l'usine, pour tout le monde, car cela a enfin donné l'indication qu'il y avait peut-être une lumière au bout du tunnel. Alors, je ne suis pas du tout heureux de la saison, néanmoins il est bon de voir que nous progressons et nous espérons être à nouveau pleinement compétitifs l'année prochaine." 

Lire aussi:

Pour ce faire, il faudra bien négocier les essais hivernaux, et les rentabiliser à plein. Les débuts ont pour l'instant été prometteurs, Viñales ayant signé la référence absolue à l'issue des deux jours de tests à Valence la semaine dernière.  

"Nous devons prendre des décisions clés durant les deux ou trois mois à venir", poursuit Jarvis. "Nous devons décider des éléments essentiels pour la moto de l'année prochaine, pour la base de la moto, nous devons faire les bons choix. L'hiver dernier, nous n'avons pas pris les bonnes décisions ou nous n'avons pas pu corriger nos problèmes. Nous en avons besoin, nous devons faire les bons choix cette année, c'est très important."

Avec Guillaume Navarro

 
Article suivant
La quête de Petronas pour reproduire en MotoGP ses succès de la F1

Article précédent

La quête de Petronas pour reproduire en MotoGP ses succès de la F1

Article suivant

Jerez, mi-journée : Les deux Ducati en tête devant Viñales et Márquez

Jerez, mi-journée : Les deux Ducati en tête devant Viñales et Márquez
Charger les commentaires