Viñales pas encore totalement à l'aise sur l'Aprilia

Maverick Viñales a amélioré ses sensations au freinage au test de Jerez mais il lui manque encore "beaucoup de choses" pour se sentir pleinement en confiance sur l'Aprilia.

Viñales pas encore totalement à l'aise sur l'Aprilia

Aprilia n'avait pas sa nouvelle moto au test de Jerez, seules quelques nouveautés ayant été introduites au niveau de l'échappement, de l'embrayage et du châssis. Maverick Viñales en a profité pour se concentrer sur son pilotage, n'ayant eu que six courses et quatre journées d'essais sur la RS-GP avant de se rendre en Andalousie.

L'Espagnol avait confié son besoin de s'adapter à une Aprilia plus agressive et physique que la Yamaha qu'il a pilotée jusqu'à l'été. Aidé par un nouveau réservoir lui permettant de se positionner plus en avant sur la moto italienne, il a senti des progrès au cours des deux jours passés à Jerez.

"On n'a rien testé de particulier, on a juste essayé d'améliorer les sensations, surtout au freinage", a expliqué Viñales. "C'est un domaine où j'ai beaucoup de mal, surtout dans les courses. Mais ici, on a fait de gros progrès sur la moto et avec l'électronique. Au final, c'était l'objectif du test donc on est satisfaits et contents du fonctionnement de la moto, surtout au freinage."

L'Aprilia permet de prendre des trajectoires plus serrées que la Yamaha et de freiner avant un angle plus important et Viñales a donc dû s'adapter à une façon totalement différente d'aborder les virages. Il commence à se sentir plus à l'aise, notamment grâce à de nouveaux réglages.

"C'est surtout que j'étais habitué à une moto qui freine différemment. Je dois juste me réadapter. Les gars m'ont aidé, surtout au niveau du frein moteur, pour que la moto soit plus douce et que ce soit plus confortable en entrée de courbe. C'est sur ça qu'on a travaillé ici : plus de stabilité, plus de confort et je peux freiner beaucoup plus tard, donc c'est fantastique."

Mais même si les 154 tours, soit 681 km, bouclés à Jerez font de Maverick Viñales le pilote qui a le plus roulé lors de ce test, il ne sent pas que l'Aprilia est "sa" moto à ce stade : "Pas encore. Il faut encore beaucoup de choses. Il faut plus de tours, plus de tests."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le MotoGP confirme sa série documentaire sur Prime Video
Article précédent

Le MotoGP confirme sa série documentaire sur Prime Video

Article suivant

Gardner a encore beaucoup à apprendre mais s'attendait "à pire"

Gardner a encore beaucoup à apprendre mais s'attendait "à pire"
Charger les commentaires