Les images qui pourraient pousser Viñales hors de Yamaha

Le MotoGP a publié la vidéo des derniers tours de Maverick Viñales au GP de Styrie, où l'on entend son moteur atteindre des régimes élevés. Les éléments avancés par Yamaha pour le suspendre sont si graves qu'il est difficile de croire à son retour dans l'équipe japonaise.

Les images qui pourraient pousser Viñales hors de Yamaha

Fabio Quartararo est l'unique représentant de l'équipe Yamaha officielle au GP d'Autriche, son coéquipier Maverick Viñales ayant été suspendu pour ce week-end. Le constructeur a pris cette mesure drastique après avoir analysé les données du GP de Styrie, qui montraient une utilisation anormale de la M1. Selon Yamaha, cette attitude aurait pu endommager le moteur de la machine mais aussi générer un risque pour le pilote et ses rivaux.

Dans les derniers tours, Viñales a perdu des poignées de secondes à chaque boucle par rapport à son chrono moyen : cinq secondes lâchées au tour 24, six au tour 25, cinq au tour 26 et 12 au tour 27, le dernier, au terme duquel il est immédiatement revenu dans son garage. Le site officiel du MotoGP a publié une vidéo montrant les derniers tours et dans laquelle on entend la moto de Viñales atteindre des régimes élevés à plusieurs instants. Un extrait plus court a été publié sur les réseaux sociaux.

 

Plusieurs sources, dont des pilotes, ont indiqué à Motorsport.com que le pilotage de Viñales était anormal, fait d'accélérations incompréhensibles. "Il roulait avec l'embrayage enclenché et le moteur était au rupteur", ont précisé ces témoins. Selon nos informations, Viñales aurait remarqué un dysfonctionnement sur son moteur au cours du week-end mais son équipe technique aurait décidé de ne pas le remplacer.

Après le drapeau rouge, interruption au cours de laquelle l'embrayage de la Yamaha a été remplacé sans qu'il le souhaite, l'Espagnol n'a pas pu s'élancer quand le tour de formation a débuté, le contraignant à un départ depuis l'allée des stands. Distancé, il a ensuite été à la peine, recevant une pénalité pour dépassement des limites de la piste, et selon Yamaha, Viñales ne s'en est pas pris qu'à sa moto de course mais aussi au scooter avec lequel il se déplaçait dans le paddock.

Lire aussi :

Trois jours avant cette course chaotique, celui qui a remporté le GP du Qatar en ouverture de la saison présentait pourtant ses excuses pour son attitude mais la relation avec son équipe s'est tellement dégradée qu'elle semble avoir atteint le point de rupture. Yamaha a précisé qu'une "analyse détaillée de la situation" reste nécessaire avant d'envisager un retour à Silverstone, ce qui signifie que Viñales pourrait ne jamais retrouver la moto développée à Iwata, après avoir déjà écourté son contrat pour l'interrompre au terme de l'année 2021, un an plus tôt que prévu.

Le #12 est resté à Spielberg en spectateur, des images lunaires le montrant même en train d'encourager des pilotes en bord de piste en EL1, en tenue officielle, mais il ne s'est pas encore exprimé sur la polémique, ayant simplement promis "d'expliquer les détails de ce qui s'est passé dès que possible" à travers une story publiée sur Instagram. Sur le circuit où il y a trois ans, Kouji Tsuda, grand responsable du projet de Yamaha, avait présentés à excuses à Viñales et Valentino Rossi pour le niveau de leur machine, l'attitude montrée dimanche par le pilote est intolérable aux yeux de la marque car son honneur est attaqué et dans le paddock, ils sont nombreux à croire à une fin immédiate de l'aventure.

 

"Après ça, il est dur d'imaginer Maverick remonter un jour sur la Yamaha", a confié à l'auteur de ces lignes un membre de Yamaha en sortant du garage. "C'est triste parce que c'est quelqu'un de bien, mais il ne s'est pas entouré des bonnes personnes", a ajouté un proche du pilote. "Je ne comprends pas comment il pourrait revenir", a ajouté une personnalité influente du paddock, faisant écho au GP de Malaisie 2012, quand Viñales avait claqué la porte de l'équipe Avintia en Moto3 et décidé de rentrer chez lui.

Maverick Viñales a depuis longtemps initié des changements dans une incessante quête de stabilité, élément qui semble toujours lui faire défaut. Ces dernières années, il a déménagé trois fois, passant par l'Andorre, le Qatar et finalement sa ville natale, Roses, où il est devenu père il y a quelques mois. Sur les circuits, Viñales a travaillé avec plusieurs chefs mécaniciens depuis son arrivée chez Yamaha en 2017 : d'abord Ramón Forcada, avec qui la relation était très tendue, puis Esteban García, dont il est très proche, et finalement Silvano Galbusera, un choix imposé par l'équipe en début de saison.

Le début de l'année 2020 a coïncidé avec un nouveau changement quand il s'est séparé de son manager Paco Sanchez. Viñales s'est associé à Giovanni Balestra, un dirigeant d'Oakley, sponsor de Yamaha et de plusieurs équipes et pilotes du paddock. L'une des premières tâches de l'Italien a été de rompre le contrat liant Viñales à son équipe avant de travailler à son arrivée chez Aprilia en 2022.

Mais avant, Balestra va probablement avoir à gérer la patate la plus chaude de sa carrière, à savoir gérer la meilleure sortie possible de Yamaha, une tâche difficile face à tous les éléments qui jouent contre un pilote probablement tenté par l'idée de percevoir malgré tout les près de huit millions d'euros promis dans son contrat pour l'année 2021.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

EL1 - Zarco fait tomber les barrières ; Viñales reste derrière le grillage

Article précédent

EL1 - Zarco fait tomber les barrières ; Viñales reste derrière le grillage

Article suivant

Brad Binder : "Je pense qu'on peut aller loin" avec les pneus plus durs

Brad Binder : "Je pense qu'on peut aller loin" avec les pneus plus durs
Charger les commentaires