Viñales sent qu'il avait le rythme pour le podium à Misano

Maverick Viñales a réussi une belle remontée jusqu'à la huitième place à Misano mais pense qu'un podium aurait été possible avec une meilleure position de départ.

Viñales sent qu'il avait le rythme pour le podium à Misano

Forfait au GP des Amériques, Maverick Viñales a retrouvé le plateau du MotoGP au GP d'Émilie-Romagne. Son week-end s'est conclu sur une huitième place, le meilleur résultat et le premier top 10 du pilote espagnol avec Aprilia, équipe qu'il a rejoint cet été. La remontée de Viñales a été facilitée par les nombreuses chutes mais il a également réalisé de nombreux dépassements et pense même qu'il avait le rythme pour jouer le podium.

"Je pense que si on était parti de la première ou la deuxième ligne, on aurait pu finir dans le top 3 ou le top 4", a exprimé le pilote Aprilia, qui s'est surtout senti limité par sa position de départ. Parti 19e, celui qui avait remporté l'édition 2020 de cette course a eu du mal à rouler à son rythme en début d'épreuve, ne pouvant pas employer les trajectoires qu'il souhaitait derrière des pilotes moins performants.

"La première partie de la course est toujours compliquée quand on part derrière. Je dois dire que je ne suis pas habitué à partir de là donc c'est difficile pour moi. Je dois m'y habituer mais j'espère que ça ne se produira pas souvent. Mais oui, c'est difficile. C'est dur de choisir les trajectoires, de pouvoir doubler rapidement et de ne pas perdre trop de temps derrière les autres."

"Je pense que mon potentiel était encore plus gros dans cette course, parce que j'aurais pu être beaucoup plus rapide dans les premiers tours", a ajouté Viñales."J'ai perdu beaucoup de temps. J'ai perdu au moins 10 à 15 secondes. On essaie de doubler parce qu'on est derrière les autres, on avance petit à petit mais je suis content de cette progression."

Des réglages inconnus et une arrivée dans la roue d'Aleix Espargaró

La tâche de Viñales a également été compliquée par les séances d'essais disputées sur piste humide, qui l'ont obligé à aborder la course avec des réglages totalement inconnus pour lui. Il lui a fallu un certain temps d'adaptation mais le choix était le bon : "On a fait un gros changement sur la moto. On sent qu'on doit tester des choses. On utilise la course comme un test et je suis très content parce qu'on a fait le choix au dernier moment mais ça a très bien fonctionné."

"Dans la deuxième partie de la course, je pouvais rouler dans la fenêtre moyenne des 1'32 et je pense que c'était un très bon chrono dans les conditions de piste que nous avions. Donc on veut travailler. C'est dur de découvrir une moto quand tout le monde a fait beaucoup de kilomètres, beaucoup de courses. C'est encore plus difficile."

"C'est toujours sympa d'être dans le top 10. Je pense qu'on se rapproche au fur et à mesure. Je suis content parce qu'à la fin, j'étais très rapide et je n'ai pas fait la moindre erreur. Donc il faut travailler, travailler. On est sur la bonne voie."

Je suis encore dans cette situation où je ne suis pas à l'aise mais où j'arrive à être performant. Donc je suis curieux de voir ce que je pourrai faire sur cette moto quand je serai à l'aise.

Maverick Viñales

La performance de Viñales à Misano est d'autant plus remarquable qu'il a franchi la ligne d'arrivée seulement 0"139 derrière son coéquipier Aleix Espargaró, parti huit places devant lui et surtout bien plus expérimenté sur l'Aprilia. Mais battre Espargaró n'est pas encore le véritable objectif de Viñales, avant tout concentré sur la découverte de la RS-GP.

"Je n'ai pas pu le doubler, j'ai passé trop de temps derrière Marini et donc je suis pas revenu vite sur Aleix. Mais sincèrement, je ne me concentre pas sur Aleix ou les autres. Je me concentre sur mes sensations. Je sais que je dois trouver une bonne connexion avec la moto parce que je sens vraiment qu'on a du potentiel. Je ne suis pas suffisamment à l'aise pour faire le deuxième ou troisième meilleur temps de la course. Je suis encore dans cette situation où je ne suis pas à l'aise mais où j'arrive à être performant. Donc je suis curieux de voir ce que je pourrai faire sur cette moto quand je serai à l'aise."

Et pour trouver cette aisance, Maverick Viñales devra notamment améliorer son équilibre sur l'Aprilia. L'Espagnol est encore en quête de la meilleure position et doit apprendre à gérer les phases de freinage : "J'essais de trouver ma place sur la moto. Parfois je suis à l'aise, parfois non. Et ce week-end a été difficile parce que les conditions ont changé tout le temps, c'est dur de progresser personnellement dans ce genre de conditions."

"On a modifié l'équilibre de la moto, la répartition des masses, et c'est beaucoup mieux. Je dois progresser sur les freins, c'est très différent [de la Yamaha]. La façon de freiner des deux machines que j'ai pilotées cette année est très différente et je dois encore gagner en confiance mais [en course], on a fait de gros progrès côté confiance."

Viñales n'a piloté l'Aprilia que sur deux pistes, au MotorLand Aragón, théâtre de sa première course avec cette machine, et à Misano, où il a fait un premier test en août avant d'y disputer deux épreuves. Il veut maintenant prouver son niveau sur d'autres pistes : "C'est vrai qu'on a fait beaucoup de tours à Misano mais ça n'a pas d'importance, tout le monde a fait beaucoup de tours et tout le monde peut être rapide à Misano. Maintenant, pour Portimão, avec les modifications qui ont été faites dans les réglages, je suis assez confiant."

Lire aussi :

partages
commentaires
Carlos Checa va faire ses débuts sur le Dakar en auto
Article précédent

Carlos Checa va faire ses débuts sur le Dakar en auto

Article suivant

Álex Rins frustré d'avoir vu l'arrivée "très loin du premier"

Álex Rins frustré d'avoir vu l'arrivée "très loin du premier"
Charger les commentaires