MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Meregalli : Si on courait aujourd’hui, Rossi serait devant

partages
commentaires
Meregalli : Si on courait aujourd’hui, Rossi serait devant
Par :
4 mars 2019 à 09:17

Le directeur de l’équipe Yamaha officielle en MotoGP revient pour Motorsport.com sur une pré-saison marquée, pour sa part, par la vitesse affichée de Maverick Viñales et les problèmes que semble avoir Valentino Rossi.

Lire aussi :

Quel bilan faites-vous de la pré-saison de Yamaha ?

Nous avons réalisé deux tests très positifs, aussi bien à Sepang qu’au Qatar, surtout du côté de Maverick, qui a été très rapide et régulier. La moto a évolué, mais sans rien de nouveau. Les améliorations qui ont eu lieu ont apporté un peu plus de puissance au moteur. Le frein moteur s’est également amélioré. C’était une chose que Maverick demandait avec insistance. Celui lui a donné la confiance dont il avait besoin pour être aussi rapide que nous l’avons vu. Ensuite, les changements réalisés de son côté du box, avec l’arrivée d’Esteban García et de Julián Simón, ont créé une très bonne synergie. Il est également vrai que nous ne pouvons pas connaître le niveau réel de Honda à cause des problèmes physiques de Marc et de Jorge, il y a donc des questions encore sans réponses.

Et Rossi ?

Pour ce qui est de Vale, disons que je ne m’inquiète pas tant que cela qu’il n’ait pas été aussi rapide et qu’il n’ait pas réalisé de bons temps, car nous savons par expérience qu’ensuite, le dimanche, lorsque la course démarre, il est devant. Quoi qu’il en soit, il partage l’avis de Maverick sur la moto, même si de son côté il se plaint un peu plus du manque de vitesse de pointe. C’est un point négatif de notre moto.

Le fait que Viñales se sente aussi bien et pas Rossi ne peut-il pas devenir un problème ?

Yamaha essaye toujours de suivre les indications de ses deux pilotes. Si Maverick est content avec ce package et que Valentino préfère prendre une autre voie, Yamaha essayera de trouver des solutions afin qu’il se sente à l’aise.

Lire aussi :

La pré-saison de Yamaha a beaucoup de similitudes avec celle de 2017, durant laquelle Viñales avait été beaucoup plus rapide que Rossi et avait remporté les deux premières courses, avant que les problèmes ne commencent. Avez-vous peur que cela se répète ?

Nous n’avons pas peur car nous savons ce qu’il s’est passé en 2017, et la situation d’alors n’est pas la même que celle d’aujourd’hui.

Comment Rossi a-t-il vécu ce manque de vitesse ?

Les commentaires de Valentino ont été en permanence constructifs. Si la course avait lieu aujourd’hui, je parie qu’il serait devant.

Quelle influence les changements effectués par Yamaha cet hiver ont-ils eu au niveau de l’organisation ?

Lorsque nous avons appris la nomination du nouveau Project Leader [Takahiro Sumi], nous avons pensé que cela ne changerait rien du point de vue de la méthodologie de travail. Mais Sumi a en réalité introduit une nouvelle façon de travailler, aussi bien dans l’équipe qu’au Japon. Depuis son arrivée, il a augmenté la communication avec les pilotes et la partie technique.

Pouvez-vous nous donner un exemple de cette nouvelle philosophie ?

En ayant identifié et admis les points faibles de notre moto, il a analysé l’information et est arrivé à la conclusion qu’il ne fallait pas faire une nouvelle machine, mais essayer d’améliorer les parties dans lesquelles nous avions des problèmes, afin de tirer le maximum du potentiel de la M1. Tout ce qu’il a proposé a été très bien reçu par les pilotes. Il faut améliorer le passage en courbe et leur permettre d’accélérer plus tôt. C’est la direction à suivre.

Lire aussi :

Le box a également été réorganisé, comme cela peut se voir avec la création de cette zone à l’avant dans laquelle les ingénieurs travaillent.

Nous souhaitions améliorer la communication en général. L’an dernier, les ingénieurs étaient derrière. Ce changement a été demandé au Japon avant l’arrivée de Sumi. En étant cachés dans la partie arrière, il y avait un risque qu’ils n’aient pas toutes les informations données par les pilotes. Dans le box il y a un peu plus de bazar, car il y a plus de personnes qu’avant, mais je crois que c’est un changement positif.

 

Article suivant
Top 10 : les pistes les plus rapides du MotoGP

Article précédent

Top 10 : les pistes les plus rapides du MotoGP

Article suivant

Avec Rabat et deux GP18, la confiance règne chez Avintia

Avec Rabat et deux GP18, la confiance règne chez Avintia
Charger les commentaires