À mi-saison, le championnat MotoGP prêt à repartir (presque) à zéro

Durant la première moitié de la saison, personne n'est parvenu à combler le vide laissé par Marc Márquez. Avec quatre pilotes en quatre points au sommet du championnat et des écarts minimes qui s'étendent sur l'ensemble du top 10, la lutte pour le titre repart pratiquement à zéro cette semaine et les prétendants en ont bien conscience.

À mi-saison, le championnat MotoGP prêt à repartir (presque) à zéro

Au cœur d'une saison étrange, Marc Márquez est perplexe et se demande lui-même si, au fond, quelqu'un a véritablement envie de lui succéder au championnat. Jamais de mémoire de passionnés on n'avait vu des prétendants aussi frileux, le plus en réussite n'ayant cumulé que 84 points en sept courses, soit 12 points de moyenne par Grand Prix, ce qui équivaut à un petit top 5 à chaque course…

Admettant être "très surpris" d'être en tête du championnat, Andrea Dovizioso sait qu'il ne réalise pas de performances dignes d'un titre, lui qui a fait bien mieux ces trois dernières saisons et qui attend plus de ses performances personnelles. "Mis à part l'Autriche et Jerez 1, je n'ai jamais été vraiment fort ni aussi rapide que par le passé. Je suis donc un peu surpris d'être en tête du championnat, mais c'est un championnat dingue car à chaque course quelqu'un est en difficulté. C'est la raison pour laquelle le score moyen est très bas car personne n'a été vraiment régulier ou fort à chaque course", observe-t-il.

Lire aussi :

Le pilote Ducati, qui assure ne pas baisser les bras et chercher inlassablement la clé d'un gain de compétitivité essentiel avec le nouveau pneu arrière, aimerait croire que l'entrée dans la seconde moitié du championnat, cette semaine, va relancer la machine. "On a plus ou moins l'impression que la saison commence maintenant, car on est très proches. Malheureusement mes sensations avec la moto ne sont pas les meilleures", regrette-t-il. "Je pense que ce qu'on a besoin de changer est clair depuis quelques courses, mais il m'est très difficile de changer ça en ce moment. Je pense cependant que ce sont de petites choses, et qu'elles peuvent fortement impacter le résultat final de la course."

Sous le feu des projecteurs depuis quelques semaines, Joan Mir, quatrième du classement général, partage cette impression d'un championnat qui démarrerait à peine, et pour cause : les écarts sont quasi inexistants entre les prétendants, lui-même n'étant qu'à quatre points de la première place. Seulement le pilote Suzuki a un atout : c'est lui qui est au sommet de la vague actuellement, ayant engrangé le plus de points sur les quatre dernières courses.

"Je ressens que je me bats pour le championnat, mais honnêtement je ne regarde pas trop tout ça parce qu'il reste beaucoup de points à prendre. Mais c'est vrai qu'alors que nous sommes à mi-distance, on dirait que la saison commence maintenant car les quatre premiers pilotes ont plus ou moins le même nombre de points. On a l'impression de commencer ici, maintenant !" s'étonne le Majorquin. Une chose est certaine le concernant : s'il parvenait à remporter cette semaine la première victoire après laquelle il court, il passerait automatiquement en tête du championnat, quels que soient les résultats de ses adversaires, de quoi donner encore une nouvelle dynamique à cette saison.

Lire aussi :

Dernier vainqueur en date, Maverick Viñales veut aussi croire qu'il peut capitaliser sur cet élan positif, mais le pilote de Roses le sait : le titre ne se jouera pas cette semaine et la lutte restera intense durant les deux mois à venir jusqu'au verdict final, au Portugal. Et si le patron du programme d'Iwata nourrit quelques regrets à mi-saison, le fait est que la Yamaha est la machine qui s'est le plus imposée à ce stade. Un atout à exploiter ?

"Je pense que le championnat restera ouvert jusqu'au deux dernières courses, alors on verra", prévient Viñales. "On va essayer d'être intelligents et réguliers, c'est le plus important pour continuer sur cette lancée. Il est important pour nous de faire un autre bon week-end, puis on passera à des pistes que j'aime beaucoup comme Le Mans, Aragón et Valence. Montmeló est une piste où il faut qu'on essaye d'extraire le maximum."

Actuellement troisième, à un point seulement de Dovizioso et à égalité de Quartararo (qui entame le week-end malade), Viñales ne veut rien laisser filer : "Je pense que la régularité est très importante. Jusqu'aux dernières courses on ne saura pas exactement ce qui va se passer sur ce championnat. On va essayer de tirer le maximum de notre moto, à savoir le tour lancé et la constance dans les chronos, et on va essayer de donner le maximum avec les points forts de notre moto."

"La régularité sera la clé, c'est clair", renchérit Dovizioso, "mais dans le pire cas il faut se battre pour le top 5. Or, c'est quelque chose que je n'ai pas pu obtenir jusqu'à présent, alors on se concentre là-dessus. Il faut le faire si on veut se battre contre tous ces pilotes, car il n'y en a pas juste un. Jusqu'à la fin du championnat, ce sera un mélange de différentes motos."

L'heure des regrets pour Pol Espargaró

C'est en effet l'une des particularités de cette campagne 2020, qui en sept courses a vu six pilotes différents s'imposer, représentant trois marques : Yamaha a gagné quatre fois, KTM deux et Ducati une. Au bilan des podiums, Suzuki enrichit les statistiques avec trois réalisations, contre huit pour Yamaha, six pour Ducati et quatre pour KTM, tout ceci défendu par 12 pilotes différents.

Le yo-yo permanent des performances d'une piste à l'autre fait que Fabio Quartararo n'a plus réussi à gagner depuis Jerez, mais sa domination sur les deux premières courses lui permet d'être deuxième à un point du leader. D'un autre côté, Brad Binder, l'un des vainqueurs de 2020, n'occupe actuellement que la 11e place du championnat, lui qui était quatrième il y a deux courses. Distancé de 31 points, il paye le prix de plusieurs chutes, au même titre que son coéquipier, Pol Espargaró, qui le devance de quatre points.

"On n'a pas beaucoup de points de retard sur le leader… C'est là qu'on est vraiment en colère d'avoir perdu des points avec des chutes stupides", regrette Espargaró. "Il faut qu'on aille de l'avant. Comme l'ont dit mes collègues, on n'est qu'au début de ce nouveau championnat que sera la seconde partie de la saison."

Si le pilote KTM garde une once d'espoir c'est que la grande variation des performances observée jusqu'à présent démontre que le passif de pistes favorables ou défavorables aux uns et aux autres n'a plus vraiment lieu d'être cette saison. "Cette course de Barcelone n'est clairement pas l'une des meilleures pour nous, c'est l'une de celles où KTM a connu pas mal de difficultés ces quatre dernières années. Mais tout a changé cette année", constate Pol Espargaró. "On a vu que les performances de la moto ont été bien meilleures, les pneus nous conviennent un peu mieux que par le passé et la moto est un peu plus compétitive, alors pourquoi ne pas nous montrer aussi performants qu'en République Tchèque, où nous avons pu obtenir de très bons résultats alors que c'est une piste sur laquelle nous avons été en difficulté par le passé."

Andrea Dovizioso rejoint son adversaire sur ce point. Car s'il s'attend à de bonnes performances des pilotes espagnol sur ce Grand Prix de Catalogne, il veut avant tout faire fi des prévisions et se concentrer sur sa propre performance qui, quelle que soit la course, doivent s'améliorer. "Je suis très content d'être à Barcelone, je pense que c'est une piste merveilleuse, et c'est le cas aussi du Mans. Sur le papier, le problème ce ne sont pas les pistes, ce sont plus mes sensations avec le pneu et il faut que je fasse mieux. Il y a trop de courses sur lesquelles je ne me suis pas battu pour une bonne position et c'est ça le problème. [Les pilotes espagnols] vont être très rapides, c'est certain, mais la question c'est plus ma vitesse. Il faut que je me mette devant et ensuite on pourra se battre."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Joan Mir ne veut pas rêver du titre tant qu'il n'a pas gagné de course

Article précédent

Joan Mir ne veut pas rêver du titre tant qu'il n'a pas gagné de course

Article suivant

EL1 - Quartararo domine la première séance et contient Dovizioso

EL1 - Quartararo domine la première séance et contient Dovizioso
Charger les commentaires