MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Michelin : le manque d'expérience de Quartararo a joué à Sepang

partages
commentaires
Michelin : le manque d'expérience de Quartararo a joué à Sepang
Par :
13 nov. 2019 à 15:45

La trop forte pression du pneu avant du pilote français lors de la course de Sepang aurait pu être gérée en modifiant les trajectoires, selon le manufacturier clermontois.

Fabio Quartararo ne cachait pas sa déception à l'arrivée du Grand Prix de Malaisie, il y a dix jours, décrivant cette course comme "la plus frustrante" de sa jeune carrière en MotoGP. Impressionnant durant deux jours en essais libres comme en qualifications, le Français avait en effet vu ses espoirs d'une première victoire s'évaporer dans un mauvais départ et un premier tour qu'il qualifiait de "désastre total", le faisant rétrograder à la huitième place. Il allait ensuite n'en regagner qu'une seule.

Lire aussi :

En proie à de mauvaises sensations avec l'avant de sa M1 et en difficulté pour stopper sa moto à l'approche des virages, Quartararo s'était plaint de mouvements et avait rapidement émis l'hypothèse qu'une trop forte pression du pneu pouvait être en cause. Une hypothèse que confirme aujourd'hui Piero Taramasso, toutefois le responsable deux-roues de Michelin Motorsport estime que ces désagréments auraient pu être contournés.

"En course, la température et la pression du pneu avant ont fortement augmenté. Ce sont des choses qui arrivent aussi aux autres pilotes, particulièrement quand ils se trouvent longuement dans le sillage [d'une autre moto] parce que le pneu n'arrive pas à se refroidir. La température et la pression peuvent donc facilement augmenter, surtout en début de course, quand le réservoir est plein", explique Piero Taramasso à Motorsport.com.

"Étant donné qu'il a pris un mauvais départ, il s'est retrouvé dans le peloton et il a tout de suite essayé d'attaquer, si bien que le voyant indiquant une pression trop haute s'est allumé. C'était la première fois que cela lui arrivait depuis qu'il court en MotoGP, alors que les pilotes qui ont plus d'expérience savent que c'est normal et savent comment gérer cela : ils essayent de sortir de l'aspiration, de ralentir un peu le rythme et de moins forcer sur l'avant. Lui, en revanche, a eu des difficultés pour gérer cela, mais seulement parce que c'était la première fois que cela lui arrivait. C'est dommage, parce qu'il avait le rythme pour faire une bonne course, mais cela lui servira sûrement d'expérience pour l'avenir."

Sa septième place, à 12 secondes du vainqueur, a été le plus faible résultat obtenu par Fabio Quartararo lors des courses dont il a vu l'arrivée depuis Brno. Grâce aux neuf points empochés, il s'est tout de même encore rapproché de la cinquième position du championnat, occupée par Danilo Petrucci. Il tentera de se l'approprier cette semaine à Valence, théâtre de la dernière manche de la saison, de même que le titre de meilleur pilote indépendant, classement qu'il domine avec 23 points d'avance sur Jack Miller.

Propos recueillis par Matteo Nugnes

Article suivant
Un GP de Hongrie en projet à partir de 2022

Article précédent

Un GP de Hongrie en projet à partir de 2022

Article suivant

Honda 2020 : Márquez veut des progrès à l'avant, mais aussi à l'arrière

Honda 2020 : Márquez veut des progrès à l'avant, mais aussi à l'arrière
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Malaisie
Catégorie Course
Lieu Sepang International Circuit
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Léna Buffa