Michelin promet des "réponses" après les soucis de Silverstone

Michelin pense que le manque de données avant le GP de Grande-Bretagne a pu provoquer les soucis rencontrés par différents pilotes. Piero Taramasso répond également aux "fantasmes" selon lesquels Fabio Quartararo serait favorisé par la marque.

Michelin promet des "réponses" après les soucis de Silverstone

Depuis la reprise après la pause estivale, de nombreux pilotes se sont étonnés de différences de performance entre des pneus de spécification identique. Jorge Martín, Pecco Bagnaia, Marc Márquez ou encore Valentino Rossi ont rapporté le problème lors des manches du Red Bull Ring, après lesquelles Michelin a entamé des analyses qui ont montré que la cause provenait probablement de la configuration du tracé, sur lequel l'utilisation d'un pneu assez rigide était nécessaire.

Des pilotes ont encore eu des soucis à Silverstone, dans des conditions pourtant différentes, avec des températures très fraîches. Jack Miller s'est plaint de ses pneus en Q2 tandis qu'en course, son coéquipier Pecco Bagnaia a dégringolé dans la hiérarchie à cause d'une usure de son pneu arrière, comme Valentino Rossi, tandis que Joan Mir a connu un problème similaire sur sa gomme avant.

Michelin veut comprendre pourquoi ces pilotes ont eu des soucis en Grande-Bretagne. Les analyses ne font que commencer mais Piero Taramasso rappelle qu'il était difficile d'anticiper la situation, entre un asphalte refait avant l'édition 2019 et qui a depuis évolué, et l'annulation de l'épreuve prévue en 2020, ce qui signifie que la course de dimanche était la première avec la carcasse lancée la saison passée.

"Je n'aime pas parler dans le feu de l'action, parce que cela induit souvent en erreur", a déclaré le responsable de la compétition deux-roues de Michelin à l'édition italienne de Motorsport.com. "Non seulement nous n'avons retrouvé notre base que depuis hier, mais globalement nous avons constaté une usure plus élevée dimanche que lors du reste du week-end, pour les pneus avant comme arrière. Et c'est ce qui a causé la perte de performance des pneus. Nous l'avions anticipée à partir du dixième tour et elle est arrivée bien plus tôt, parce que certains pilotes l'ont sentie après cinq ou six tours."

"Le circuit de Silverstone sollicite beaucoup les pneus et nous avons toujours été confrontés à des difficultés pour avoir des performances constantes là-bas. Nous n'avions pas été sur cette piste depuis deux ans et nous sommes arrivés avec la carcasse introduite l'an dernier, que nous n'avions pas encore pu tester sur cette piste. Cette usure, qui dans certains cas a été un peu irrégulière, a été constatée avec certains pilotes et pas avec les autres. Ce n'est pas lié à une moto particulière, parce que six marques différentes étaient dans le top 6."

Lire aussi :

Après les problèmes rencontrés en Autriche, plusieurs équipes s'estimaient sans solution puisque les problèmes rencontrés par les pilotes sont souvent liés à leur ressenti et ne sont visibles dans aucune donnée. Ces dernières vont néanmoins être épluchées par les ingénieurs de Michelin pour comprendre les problèmes rencontrés à Silverstone.

"Ce sont les premières analyses que nous avons pu faire, mais nous allons les poursuivre pour voir ce qui a pu causer cette situation. Il y a beaucoup de choses à analyser et les équipes peuvent beaucoup nous aider en nous fournissant leurs données. Quand nous aurons une idée plus claire, nous pourrons fournir des réponses aux pilotes qui attendent des explications."

Miguel Oliveira a dû abandonner à cause de trous dans son pneu avant lors de la première manche du Red Bull Ring, ce qui a poussé Michelin à modifier son allocation pour la deuxième course, mais les problèmes récemment rapportés sont différents puisque les pneus n'ont pas de problème aussi net. Taramasso reconnaît un besoin de mieux anticiper les différentes situations possibles, ce qui passe par une meilleure approche des essais.

"Il est clair que nous devons progresser dans ce que nous anticipons des courses si la température évolue, si le rythme est plus rapide ou plus lent, ou si on change de pneu au dernier moment sur la grille. Nous devons surtout mieux travailler en EL4, avec le réservoir plein, et enchaîner autant de tours que possible. Nous savons que ce n'est pas facile parce que le timing est toujours serré mais nous avons des idées pour progresser dans ce domaine et éviter des mauvais choix."

Michelin ne peut favoriser aucun pilote

Piero Taramasso souhaite enfin écarter toute idée de favoritisme envers Fabio Quartararo, Français comme l'est Michelin. Même si le manufacturier clermontois avait connaissance d'un problème sur l'un de ses pneus, il ne pourrait pas décider de le confier à un pilote précis en raison de procédures en place depuis plusieurs saisons.

"Quand ces choses arrivent, il y a beaucoup de fantasmes dans le paddock, comme celui selon lequel Quartararo n'a jamais ces problèmes parce qu'il est Français et qu'il a toujours de bons pneus. Mais il est impossible de favoriser un pilote ou de désavantager un autre, parce depuis plusieurs saisons, ça fonctionne comme une loterie et les pneus sont attribués de façon aléatoire aux pilotes."

"J'ai également entendu qu'il y avait une baisse dans le budget de Michelin, mais c'est également faux, parce qu'heureusement, notre entreprise a très bien géré la crise du Covid et elle est dans une situation saine, la direction a été exemplaire. Nous n'avons pas eu la moindre coupe budgétaire et nous avons tous les moyens nécessaires pour comprendre ce qui provoque ces changements soudains et retrouver un bon niveau de compétition, sans plaintes des pilotes."

Lire aussi :

Propos recueillis par Matteo Nugnes

partages
commentaires
Morbidelli reprend le guidon pendant que Viñales découvre l'Aprilia
Article précédent

Morbidelli reprend le guidon pendant que Viñales découvre l'Aprilia

Article suivant

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais
Charger les commentaires