Oliveira : "Celui qui gagne ici est celui qui perd le moins" des pneus

Miguel Oliveira a obtenu son meilleur résultat 2021 en qualifications, ce qui lui permet d'espérer une bonne course de gestion en évitant les batailles roues contre roues qui pourraient s'avérer coûteuses pour les pneus en fin de Grand Prix.

Quelques jours seulement après avoir reçu un bon coup de boost moral en concluant la course du Mugello sur la seconde marche du podium depuis la septième position de la grille, Miguel Oliveira peut grandement se satisfaire du fait d'avoir décroché la quatrième place au terme des qualifications catalanes, lui valant un départ depuis la seconde ligne derrière le trio Quartararo-Miller-Zarco.

Sur une manche sur laquelle la gestion des pneumatiques pourrait encore plus compter qu'en Italie, le pilote KTM sait disposer d'une force pouvant lui permettre d'envisager un nouveau dimanche après-midi solide. Le jeune Portugais demeure cependant terre-à-terre et sait que la partie sera longue, avec 25 tours au menu ce dimanche.

"Ce fut une journée positive : jusqu'à présent, ce sont mes meilleure qualifications de la saison", ne manque-t-il pas de faire remarquer. "Nous avons réussi à réaliser de très bons EL3 dans la matinée [de samedi], puis dans l'après-midi, les conditions étaient un peu plus difficiles mais nous avons néanmoins réussi à répéter le temps au tour. Il est certain que j'ai eu le sentiment que j'aurais pu aller plus vite sans le drapeau jaune dans le virage 10, mais il nous faut nous satisfaire du fait d'être sur la deuxième ligne de la grille pour la course. J'espère juste prendre un bon départ et bien terminer la course ce week-end."

Lire aussi :

Éviter les bagarres coûteuses en vue de la la fin de course

Oliveira se donne comme mission de réaliser une course "intelligente" et de ne pas se laisser embarquer dans le faux-rythme pouvant être imposé par des batailles à différents stades intermédiaires de la course. Le point de mire du pilote KTM se trouve sur la dernière partie de celle-ci. "Il est dur de prédire la course ici", estime-t-il. "Ce que l'on sait est que ce sera très long et dur pour les pneus. Je pense qu'ici, celui qui gagne est en général celui qui en perd le moins en course. Il est mieux d'être constant avec [une telle] usure pneumatique. C'est ce qu'il faut faire demain : être très précis, intelligent au niveau des manœuvres que l'on fait en course et la manière dont on gère notre position de piste. Peut-être que cela nous permettra de connaître une fin de course solide."

Habituellement solide au départ cette saison, Oliveira ne pense pas que le fait de devoir envisager la gestion de la course dans son ensemble dispense de devoir se montrer très efficace dans les premiers mètres de course. En MotoGP, un bon départ demeure une garantie de course bien moins pénible, quel que soit le circuit.  "Dans cette catégorie, le départ est toujours important", opine-t-il. "La manière dont ça se décante, c'est une autre histoire. Mais je pense que la position de piste est bien entendu très importante dès le départ. C'est aussi le fait de ne pas se retrouver dans trop de bagarres qui aidera à préserver un peu les pneus et à ne pas être trop agressif. Mais tout cela n'est que de la théorie, et lorsque les feux rouges s'éteignent, tout commence et l'on espère juste prendre les bonnes décisions !"

Miguel Oliveira occupe actuellement la dixième place du championnat du monde des pilotes, respectivement quatre et six points derrière Brad Binder (huitième sur la grille) et Franco Morbidelli (qualifié cinquième). Au tableau par équipes, l'équipe KTM souhaite enchaîner à Barcelone sur la très belle moisson de 31 points du Mugello, il y a une semaine, pour contribuer à relancer une saison mathématiquement jusqu'alors terne.

Lire aussi :

partages
commentaires
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Article précédent

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Article suivant

Mir s'inquiète de l'absence de progrès chez Suzuki

Mir s'inquiète de l'absence de progrès chez Suzuki
Charger les commentaires