MotoGP
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
24 jours
16 avr.
Prochain événement dans
38 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
51 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
79 jours
03 juin
Prochain événement dans
86 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
100 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
156 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
170 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
184 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
205 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
226 jours
28 oct.
Prochain événement dans
233 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
247 jours

Oliveira attend une "réalité plus difficile" dans le team KTM factory

Miguel Oliveira pense que sa vie de pilote KTM officiel sera plus exigeante que ses deux premières saisons chez Tech3, avec désormais la responsabilité de développer la moto. Le double vainqueur en MotoGP croit aux chances de titre de la marque autrichienne cette année.

Oliveira attend une "réalité plus difficile" dans le team KTM factory

Miguel Oliveira fait partie des pilotes qui vont découvrir la vie dans une équipe d'usine cette année, comme Fabio Quartararo chez Yamaha ou Jack Miller et Pecco Bagnaia chez Ducati. Le Portugais connaît déjà bien la KTM, avec laquelle il a disputé ses deux premières saisons et conquis ses deux premiers succès en MotoGP, mais il s'attend à changer d'univers en quittant l'ambiance familiale de Tech3 pour le bras armé d'un constructeur à l'ambition débordante, avec autant d'aspects positifs que négatifs.

"Je pense que ma découverte du MotoGP avec Tech3 a été très bonne parce que c'était un environnement avec très peu de pression", souligne Oliveira. "Tout le monde était très amical donc je me suis vite senti chez moi dans l'équipe française. Je m'attends à rejoindre une équipe et un monde où la réalité est un peu plus difficile. Je sens que dans une équipe d'usine, je peux travailler plus sur les détails et au moins être plus constant. Je sens que ce sont les outils que l'équipe d'usine va me donner. Évidemment, ma responsabilité n'est pas la même parce que je vais tester plus de pièces, c'est normal, et qu'on va un peu donner la voie, avec l'équipe d'usine, dans le développement de la moto."

Lire aussi :

Au lieu d'hériter d'une moto fournie par KTM, Oliveira devra en effet apprendre à guider la marque dans ses choix techniques, un avantage mais aussi un poids qu'il doit apprendre à gérer : "Je pense que c'est plus du sur-mesure. Il s'agit de plus savoir ce que l'on aimerait avoir sur la moto, plutôt que s'adapter à ce que l'usine donne. Je pense que c'est un rôle difficile dans une équipe d'usine, parce qu'on est responsable de donner un feedback précis à l'usine pour développer une bonne moto. Le poids de cette responsabilité doit être très bien géré pour ne pas le ressentir quand on pilote la moto. Il faut quand même pouvoir se concentrer sur le développement, sur le package et sur ce qu'on peut faire."

"Je pense que le projet KTM est très bien organisé. On sait clairement ce qu'on aimerait voir sur les prochaines moto donc je pense qu'on est sur la bonne route pour développer la moto et le projet. C'est une position très privilégiée pour un pilote. Si on veut être au sommet, il faut passer par une équipe d'usine et je suis ravi d'avoir cette opportunité pour les prochaines saisons."

Oliveira rêve du titre cette année

Les ressources supplémentaires d'une équipe d'usine permettent en effet à Miguel Oliveira de revoir ses ambitions à la hausse pour sa troisième saison en MotoGP. Et alors que les dirigeants de KTM refusent de faire de la marque l'une des prétendantes au titre, le #88 pense à l'inverse que tous les éléments sont réunis pour viser le sommet, à condition de trouver une régularité dans les premières positions. 

"Je pense que pour nous, un succès serait d'être Champions du monde. C'est une réalité pour moi. Évidemment, c'est très ambitieux parce qu'il faut associer beaucoup de choses, mais en ayant les outils, les bonnes personnes et la détermination dans ce projet, nous sommes vraiment capables de décrocher un tel résultat. Pour être Champion du monde, il faut associer de nombreux détails et pour y parvenir, selon la façon dont la saison se déroulera, il est possible de mener le projet à la victoire. Dans ce processus, une quatrième place sera parfois un très bon résultat, et une deuxième pourrait ne pas correspondre totalement à nos attentes mais il faut passer par ces étapes."

Oliveira reconnaît que son ambition est renforcée par le déroulement de la saison 2020, avec de nombreux prétendants au titre en l'absence de la référence du plateau, Marc Márquez, en raison de sa fracture de l'humérus. "Après une saison sans leader clair, sans quelqu'un qui s'échappe et gagne beaucoup de courses, je pense que cela fait penser à beaucoup de pilotes qu'ils peuvent jouer le titre. Je crois en moi, j'ai ce qu'il faut pour gagner le championnat cette saison. Il faut juste la constance d'un Champion, donc c'est la clé pour gagner le championnat : finir la saison avec plus de points que les autres [rires] !"

La vitesse de pointe de la KTM reste une faiblesse

Si Oliveira croit en ses chances de titre, c'est parce qu'il a été un témoin privilégié de la montée en puissance de KTM depuis ses débuts en MotoGP en 2019, un cap important ayant été franchi la saison passée, avec une moto plus maniable qui a permis au constructeur de décrocher ses trois premiers succès dans la catégorie.

"Les versions 2018 et 2019 étaient assez différentes dans le comportement de la moto et les sensations du pilote. Je dirais que la version 2019 restait très difficile à piloter, il fallait souvent forcer la moto. C'était assez 'sauvage', c'était un vrai choc quand j'ai découvert la moto. En 2020 et pendant les tests, j'ai vu un potentiel bien plus important sur la moto, elle était bien plus naturelle et les sensations étaient agréables. J'ai immédiatement senti que cette moto pouvait prétendre à de bons résultats."

Certaines faiblesses persistent, comme la vitesse de la RC16 en ligne droite ou des difficultés à mettre rapidement le doigt sur les bons réglages : "Je relève surtout la vitesse de pointe, nous n'étions pas parmi les meilleurs l'an dernier. Je dirais que c'est une chose évidente à améliorer. À part ça, je dirais que nous avons eu une saison assez étrange, avec des pistes présentes deux fois, donc nous pouvions améliorer nos performances et les réglages. J'aimerais avoir un calendrier plus varié pour pouvoir prouver que notre package est suffisamment équilibré pour être constamment dans le top 5, afin de jouer le podium plus régulièrement."

partages
commentaires

Related video

Binder doit "prendre confiance" en lui pour faire moins d'erreurs

Article précédent

Binder doit "prendre confiance" en lui pour faire moins d'erreurs

Article suivant

Sa blessure de 2019 a rendu Joan Mir "plus fort"

Sa blessure de 2019 a rendu Joan Mir "plus fort"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
Équipes Red Bull KTM Tech3
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud