Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano

Les essais effectués cette semaine à Misano ont permis d'identifier de mauvais réglages électroniques sur la KTM de Miguel Oliveira. Le Portugais espère maintenant redevenir un candidat aux premières places.

Miguel Oliveira a retrouvé "sa" KTM au test de Misano

Après un Grand Prix de Saint-Marin difficile pour KTM et en particulier pour Miguel Oliveira, lointain 20e à l'arrivée, le test de Misano offrait une opportunité idéale de remettre les choses à plat dans l'équipe autrichienne. Ces deux journées ont porté leurs fruits pour Oliveira, avec des chronos en progrès et des essais permettant de sélectionner les éléments aérodynamiques les plus performants.

"Les tests ont été bons parce qu'on a fait de bien meilleurs temps, et c'est ce qui nous a vraiment fait défaut au cours du week-end", souligne le triple vainqueur de courses en MotoGP. "On a pu pas mal travailler sur les réglages [mardi], pour comprendre ce qu'on pouvait mieux adapter à mes besoins et comment être plus rapides. On a testé plusieurs pièces aérodynamiques [mercredi]. Il y a eu du positif et du négatif. Une journée d'essais classique. Mais on a trouvé une bonne direction et j'ai eu de bonnes sensations. J'espère que ça pourra se concrétiser et qu'on aura un bon package pour la fin de la saison."

Miguel Oliveira avait un grand besoin de ces progrès. Le Portugais n'a inscrit qu'un total de deux points dans les cinq épreuves disputées depuis la pause estivale et si sa blessure au poignet, conséquence d'une chute au virage 3 de Spielberg, a joué contre lui, sa KTM souffrait bien d'une véritable anomalie, mise en lumière par les deux journées de tests effectuées cette semaine.

"On a identifié des choses, en particulier sur l'électronique, qui n'allaient vraiment pas. Ça m'a permis de trouver de bonnes sensations de pilotage et j'ai senti que je retrouvais 'ma moto', qui me manquait depuis plusieurs courses. C'est une chose que nous avons identifiée, corrigée, et j'espère que ça sera une bonne solution pour les prochaines manches."

Lire aussi :

Oliveira n'a pas souhaité préciser la nature exacte du problème mais il espère qu'il est définitivement corrigé : "Oui, c'est pour ça qu'on a fait des tests. Sinon, on passera pour des amateurs ! Je l'espère."

Ces solutions ont été trouvées après plusieurs semaines de doute et le test de Misano pourrait donc amorcer un retour du pilote KTM au premier plan : "J'essaie toujours d'arriver aussi motivé que possible sur les week-ends de course, et je pense pouvoir le faire malgré de mauvais résultats. Je quitte Misano plus heureux que j'y suis arrivé, parce que j'ai été performant, j'ai fait de bons chronos."

"On n'a pas fait de time attack dans ces deux jours parce que je ne l'ai pas demandé, le programme était un peu différent. Je pense que d'ici fin octobre, on pourra montrer qu'on a progressé. Mes sensations sur la moto sont plus ou moins redevenues normales. C'est positif et c'est pour ça qu'on part au Texas satisfaits d'avoir fait du bon travail."

Une donne différente sans les concessions

KTM vit une saison en dents de scie entre une entame très difficile, un rebond avec un nouveau châssis apporté au Mugello, une victoire pour Oliveira dans la manche suivante à Barcelone et des difficultés plus récemment, même si Brad Binder a ajouté un succès en profitant de la pluie en Autriche, sur les terres de la marque. Les bons résultats obtenus l'an dernier ont privé KTM des concessions techniques pour la saison 2021 et les pilotes titulaires ne peuvent plus participer à de nombreux tests. Oliveira ignore si la marque souffre de la perte de cet avantage mais reconnaît que les essais réguliers lui permettaient d'aborder les courses plus simplement dans ses deux premières saisons en MotoGP.

"Je ne peux pas identifier un lien direct entre l'absence de tests avec les pilotes officiels et le manque de performance, mais je peux dire que c'était un avantage d'avoir ces journées en plus. On connaissait mieux la moto. On faisait plusieurs journées d'essais donc quand on abordait une séance de 45 minutes, on savait déjà quoi faire et comment la moto allait fonctionner. Maintenant, ça nous met au niveau de tous les autres."

"Peut-être que ça prend plus de temps mais je ne peux pas vraiment lier de mauvaises performances ou de mauvais résultats à l'absence de concessions. C'est sûr que ce n'est plus un avantage que l'on a, mais on a 'mérité' de ne plus avoir d'essais. L'équipe d'essais doit faire le travail et on doit juste confirmer ça et les idées des week-ends de course au cours de nos tests."

Malgré les progrès effectués cette semaine, Miguel Oliveira se garde de tout pronostic pour le GP des Amériques. Le Championnat du monde n'a plus fait étape à Austin depuis le début de la saison 2019, sa première en MotoGP, et la RC16 a profondément évolué en deux ans et demi, ce qui rend toute attente impossible.

"Si je suis 100% honnête, je n'en ai aucune idée, parce que la dernière fois qu'on y était, c'était ma troisième course. Je n'étais pas très performant, c'était la moto 2019, qui était très particulière. On a beaucoup progressé depuis. On verra. Ce sera un week-end de découverte. Il faudra voir les conditions. On aura quatre type de pneus parce qu'ils ont refait la piste à plusieurs endroits. Il faudra comprendre l'allocation de pneus. Ce sera un défi. On arrive l'esprit ouvert et vraiment prêts à travailler."

Lire aussi :

partages
commentaires
Trois chutes pour Morbidelli et une jambe très fatiguée

Article précédent

Trois chutes pour Morbidelli et une jambe très fatiguée

Article suivant

Un rythme "acceptable", premier objectif atteint pour Dovizioso

Un rythme "acceptable", premier objectif atteint pour Dovizioso
Charger les commentaires