Miller s'attend à ce que Ducati exerce son option sur lui pour 2019

partages
commentaires
Miller s'attend à ce que Ducati exerce son option sur lui pour 2019
Jamie Klein
Par : Jamie Klein
Co-auteur: Federico Faturos
19 avr. 2018 à 10:05

L'Australien n'exprime aucune impatience à l'idée de rejoindre une équipe factory. Pour ce qui est de son avenir immédiat, il s'attend à ce que Ducati et Pramac Racing exercent leur option contractuelle pour le garder en 2019.

Le poleman Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing

Arrivé en MotoGP il y a quatre ans et auteur d'une première victoire qui avait déjà créé la sensation en 2016, Jack Miller a quitté cet hiver Marc VDS et le clan Honda pour rejoindre celui de Ducati au sein du team Pramac Racing. Et dès sa deuxième épreuve avec la structure junior du constructeur italien, le numéro 43 a une nouvelle fois frappé les esprits, cette fois en réussissant le pari de monter des pneus slicks à la fin des qualifications argentines pour s'octroyer sa première pole position en catégorie reine.

S'en est suivie une course rocambolesque, dont il a pris le départ esseulé à la première place tandis que le reste du plateau s'installait, littéralement, en fond de grille, Miller ayant eu là encore le nez fin à l'heure de choisir ses pneus. Une fois les feux éteints, il a certes vu lui échapper les trophées qui auraient pu le récompenser au terme d'un week-end si bien géré, mais a tout de même obtenu les points d'une belle quatrième place. En s'ajoutant à sa dixième position sur le Grand Prix du Qatar, cela le place au sixième rang du championnat, juste devant son coéquipier, Danilo Petrucci.

Si Petrucci a un statut de leader du team et pilote une moto considérée comme officielle au sein de l'escadron Ducati, il est d'ores et déjà acquis que cette saison 2018 sera sa dernière au sein de l'équipe qu'il a rejointe en 2015. Par ailleurs, Ducati et Pramac ont signé Francesco Bagnaia, promis à un début en MotoGP dès l'an prochain.

Quid de Jack Miller ? Il a fait savoir en marge du Grand Prix d'Argentine qu'il ne s'inquiétait pas de sa situation contractuelle. "J'ai une option [pour rester], c'est l'option de l'équipe. Mais je ne suis pas stressé", a expliqué le pilote australien à Motorsport.com. "Je me concentre sur mon travail. Je pense que la marque est contente du travail que j'ai fait jusqu'à présent, ainsi que l'équipe, et mon objectif est de continuer à progresser. Alors, je ne pense pas trop au contrat pour la saison prochaine, parce que je suis certain de pouvoir [rester] ici si je continue à faire mon boulot."

"Bien entendu, nous [les pilotes] voulons tous rejoindre une équipe factory. C'est l'objectif principal, je dois continuer à progresser et essayer de travailler pour aller vers mon objectif, qui est d'arriver un jour dans une équipe factory."

Pas de discussion avec KTM

Jack Miller a démenti les rumeurs qui rapportent un possible transfert vers KTM en 2019, tout en n'écartant pas cette option pour le long terme. "Mon manager est Aki Ajo, qui gère aussi les teams KTM en Moto2 et Moto3, et j'ai bien entendu une bonne relation avec eux", a-t-il indiqué. "Mais pour être honnête, il ne s'est rien dit sur ce point. Ils savent que j'ai une option [pour rester] ici avec le team et nous nous attendons à ce que l'équipe utilise probablement cette option."

L'Australien, qui avait intégré le MotoGP à 20 ans sans en passer par la case Moto2, estime qu'il n'y a pas d'urgence pour lui à s'octroyer un guidon officiel et préfère se projeter sur le long terme pour construire sa carrière comme il l'entend au lieu de succomber aux sirènes des dollars.

"J'ai une bonne opportunité, une bonne moto, un bon package ici", a-t-il fait savoir. "Nous devons discuter avec mon management pour évaluer toutes les options et voir où l'on peut progresser le plus – pas pour l'année prochaine, mais pour l'avenir. Je n'ai toujours que 23 ans, j'ai un grand avenir ici et j'aimerais prendre les décisions les plus intelligentes, pas chercher l'argent ou quoi que ce soit comme ça. Je veux en arriver à la moto avec laquelle je pourrai essayer de me battre pour la victoire."

Propos recueillis par Federico Faturos

Prochain article MotoGP
Le programme du Grand Prix des Amériques

Article précédent

Le programme du Grand Prix des Amériques

Article suivant

Pour Lorenzo, la direction de course doit prendre des mesures fortes

Pour Lorenzo, la direction de course doit prendre des mesures fortes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jack Miller
Équipes Pramac Racing
Auteur Jamie Klein
Type d'article Actualités