MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Miller ou la peur "parano" de tomber à Misano

partages
commentaires
Miller ou la peur "parano" de tomber à Misano
Par :
Co-auteur: Léna Buffa
18 sept. 2019 à 09:30

Jack Miller a admis que le manque de grip l'avait rendu "parano" à l'idée de tomber lors du Grand Prix de Saint-Marin, dimanche et qu'il avait été soulagé de voir l'arrivée de la course sans s'être blessé.

Le week-end de Misano aura été compliqué pour tous les pilotes Ducati et la septième place de Jack Miller constituait le deuxième meilleur résultat de la marque en course. Parti 16e sur la grille, le pilote Pramac a réussi un excellent départ qui l'a propulsé à la neuvième place. Il n'a ensuite pas réussi à opérer d'autres dépassements et a été repris par Joan Mir, beaucoup plus rapide que lui en fin de course, et a terminé isolé à la septième place.

Lire aussi :

Le pilote australien admet cependant que dans les derniers instants de la course, il avait placé toute son attention sur le simple fait de voir l'arrivée, se trouvant particulièrement en difficulté dans les virages les plus lents de Misano. "Avec l'arrière, je n'avais pas de gros soucis, mais l'avant bougeait un peu trop, surtout dans le dernier quart de la course", explique-t-il. "Le virage 14 était un cauchemar, ainsi que le 10, tous les virages lents. C'est juste de la parano chaque fois que vous entrez là-bas, vous espérez juste pouvoir arriver de l'autre côté."

"Je me suis fait une grosse chaleur, probablement à cinq tours de l'arrivée, quand Mir m'a passé. J'avais déjà des chaleurs avant, mais quand il m'a passé j'ai commencé à avoir encore plus de difficultés. J'ai essayé de les suivre et j'ai failli atterrir sur la tête", poursuit Miller. "Ensuite, j'ai vu que j'avais sept secondes d'avance sur le suivant, ou quelque chose comme ça, alors j'ai ralenti pour juste arriver au bout. Vu comment le week-end s'est passé, pouvoir marquer des points, ça me va. J'ai clairement hâte de laisser ce week-end derrière nous et d'aller sur une piste correcte. [Aragón] devrait convenir à notre moto et à notre style."

Si ce Grand Prix a connu un nombre de chutes se situant dans la moyenne haute de la saison (69 toutes catégories confondues) sans être exceptionnel, Jack Miller a surtout retenu que beaucoup de pilotes se sont blessés au cours du week-end et s'est dit soulagé d'avoir pu terminer "en un seul morceau". Comme d'autres, il a fait référence au faible niveau d'adhérence, dû à de récents travaux destinés à nettoyer la piste.

"Revenir à un niveau de grip normal, ce serait bien. Il suffit de voir… Niki Tuuli [en MotoE] : fémur et poignet cassés ; Öncü [en Moto3] : clavicule cassée ; Marcel [Schrötter, en Moto2] : clavicule cassée…" commence-t-il à énumérer, sans être exhaustif. "Il y en a beaucoup qui se sont fait des fractures, alors partir d'ici en un seul morceau et avec des points, je prends."

Lire aussi :

Avec Matteo Nugnes

Article suivant
Stats - Márquez ne fait pas mentir sa domination

Article précédent

Stats - Márquez ne fait pas mentir sa domination

Article suivant

Yamaha poursuit son processus de restructuration

Yamaha poursuit son processus de restructuration
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Catégorie Course
Lieu Misano World Circuit Marco Simoncelli
Pilotes Jack Peter Miller
Équipes Pramac Racing
Auteur Jamie Klein