Chute douloureuse pour Morbidelli ; faute partagée avec Espargaró

Un accrochage avec Pol Espargaró a coûté à Franco Morbidelli de précieux points. Cela lui a également valu un nouveau choc au genou et, malgré la douleur, le pilote Petronas assure vouloir éviter d'en passer par une opération.

Chute douloureuse pour Morbidelli ; faute partagée avec Espargaró

Un accrochage avec Pol Espargaró a gâché la course de Franco Morbidelli dès le premier tour, le pilote italien s'étant trouvé forcé de passer dans les graviers, avant d'y tomber. L'incident est survenu lorsque le pilote Repsol Honda s'est fait une grosse chaleur à la sortie du Chemin aux Bœufs, laissant croire à Morbidelli qu'il pouvait en profiter pour prendre l'avantage dans le virage suivant. Espargaró y est toutefois entré en force, cherchant lui-même à dépasser Valentino Rossi, et Morbidelli n'a pu éviter le contact.

Pour l'Espagnol, il s'agit certes d'un "incident de course", mais c'est le pilote Petronas qui est à blâmer pour cet accrochage. "Le problème, c'est que Morbidelli est arrivé trop fort, il a fait une erreur au freinage et il m'a sorti. J'avais Valentino à l'extérieur, il m'a fait sortir et j'ai fait sortir Valentino", explique Espargaró, surpris que le #46 ait pu estimer de son côté qu'il avait été "trop agressif". "J'ai croisé Valentino dans le paddock, on s'est parlé brièvement et il était d'accord avec moi, donc je ne sais pas pourquoi il a dit ça alors qu'il m'a dit autre chose."

"En tout cas, il est clair que Franco a freiné trop tard, il m'a touché et moi j'ai touché Valentino. C'est quelque chose qui peut arriver en course, c'est la raison pour laquelle je ne m'en suis pas plaint parce que c'est un incident de course. Mais on ne peut pas ne pas voir qui est celui qui a été au départ de toute l'action et qui a touché un autre pilote, et dans ce cas c'est Morbidelli qui a freiné trop tard", retient l'Espagnol.

Lire aussi :

Morbidelli estime en revanche que la responsabilité est partagée, mais que le pilote Honda s'est montré très agressif, au point de le surprendre. "Je pense que la faute doit être partagée", commente-t-il. "Quand j'ai vu que Pol s'était fait une chaleur, j'ai immédiatement pensé qu'il était out, alors je me suis lancé pour le dépasser parce que j'avais beaucoup plus de vitesse, j'étais à l'intérieur et je pensais qu'il aurait été un peu plus prudent dans le virage suivant. Au contraire, il a été très bon et agressif pour essayer d'immédiatement réattaquer Vale. Je ne m'y attendais pas, je l'ai heurté à l'arrière, je me suis retrouvé hors piste et je n'ai pas pu contrôler la moto. Voilà l'incident selon moi."

"L'entrée de Pol a été très soudaine, très !" ajoute Franco Morbidelli. "Mais on ne peut pas parler d'erreur et on ne peut pas parler de manœuvre dangereuse. On peut juste parler d'une manœuvre très agressive et c'est ce qui m'a pris par surprise."

 

Pas d'opération à l'ordre du jour pour le moment

Déjà en délicatesse avec un genou blessé, sur lequel il a repris un choc hier, Morbidelli a une nouvelle fois pris un choc dans cette chute, ce qui l'a d'abord obligé à un temps d'arrêt. Il a malgré tout pu reprendre la course, profitant de l'arrivée de la pluie pour rejoindre les stands et repartir en pneus pluie.

"Malheureusement, j'ai à nouveau pris un coup au genou et j'ai eu mal pendant un petit moment", explique-t-il. "La douleur est forte pour une courte période. C'est un gros pic de douleur, mais heureusement pendant peu de temps. Alors je suis sorti de la piste, je me suis un peu assis, j'ai respiré et quand j'ai récupéré mes esprits j'ai réalisé qu'il pleuvait et j'ai essayé de refaire partie de la course."

"Je me suis dit que j'allais essayer de ramener la moto au stand et de repartir avec les autres. J'y suis arrivé et au final j'ai décidé de simplement essayer de finir la course pour voir si j'arriverais à marquer des points, parce que je savais qu'avec ce froid il y aurait eu beaucoup de chutes. C'est ce qui s'est passé, mais les chutes n'ont pas été suffisantes. Je suis arrivé près des points mais pas dedans. C'est dommage", regrette-t-il, finalement 16e à quatre tours du vainqueur.

Lire aussi :

"En tout cas, ça a été une course difficile. Maintenant je vais me reposer un peu, essayer de me remettre. Je vais faire beaucoup de kiné pour récupérer de cette petite blessure et je vais essayer d'arriver au Mugello dans la meilleure forme possible", promet Morbidelli, qui précise toutefois souffrir du ménisque et des ligaments croisés, qui selon lui "ne sont pas parfaits".

Discret sur cette blessure, le pilote italien indiquait hier qu'elle remontait à un incident survenu au Ranch la semaine dernière, lui qui avait déjà expliqué s'être blessé à la cheville à l'entraînement début mars. Cependant en évoquant sa condition physique ce soir, il a confié être "en zone opération depuis longtemps".

"Pour le moment l'opération est hors de question", a-t-il précisé. "Avec ce genre de blessures du genou, si on travaille très bien d'un point de vue musculaire, on peut éviter de se faire opérer, alors on va voir si on arrive à très bien travailler sur les muscles. Ce serait idéal de m'éviter une opération. Par contre, si je veux éviter tout type de problème, il va falloir que je subisse une belle petite opération, ce qui ne m'attire pas du tout."

partages
commentaires

Related video

Quartararo s'est "surpassé" dans des conditions "ignobles"
Article précédent

Quartararo s'est "surpassé" dans des conditions "ignobles"

Article suivant

Photos - Le succès de Miller et le double podium français au Mans

Photos - Le succès de Miller et le double podium français au Mans
Charger les commentaires