Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Morbidelli alerte sur l'agressivité des pilotes au départ

Franco Morbidelli a évité de peu un accrochage au début de la course sprint à Barcelone. Il estime que les pilotes sont contraints de prendre de plus en plus de risques au départ, devenu le moment privilégié pour gagner des places.

Francesco Bagnaia, Ducati Team, mène au départ

Un an après le carambolage provoqué par Takaaki Nakagami au départ du GP de Catalogne, aucun incident majeur n'a été à déplorer quand la course sprint a débuté samedi, même si plusieurs pilotes ont été contraints à des manœuvres d'évitement. Jack Miller a dû ouvrir sa trajectoire après avoir été poussé par Álex Márquez et Fabio Quartararo a freiné très tardivement, ce qui l'a également contraint à passer hors piste.

Franco Morbidelli a aussi été gêné dans cette séquence, en devant ralentir pour éviter plusieurs motos. "Une nouvelle fois, j'ai été chanceux au début, au premier virage", a expliqué l'Italien. "J'ai vu Fabio surgir devant moi et j'ai été chanceux d'éviter une chute. J'ai été très chanceux, je suis content."

 

Morbidelli n'a pas voulu incriminer directement son coéquipier. Ce dernier a reconnu avoir freiné trop tard au départ mais il a aussi fait indirectement les frais du mauvais envol de Johann Zarco, qui a provoqué une manœuvre d'évitement de Luca Marini et poussé Quartararo à se décaler à son tour, avant de couper la trajectoire de Pol Espargaró et Morbidelli. Ce dernier a aussi dû relever sa moto pour éviter Marini.

"J'ai revu les images et... pff... c'est la course et tout le monde est très chaud au premier virage", a déploré l'Italien de Yamaha. "J'étais un peu en colère contre Fabio juste après la course parce que je pensais que c'était lui mais en fait, en regardant les images, ce n'est pas sa faute. Il s'est retrouvé au milieu de quelque chose et il a dû relever la moto. C'est fou."

"Le niveau d'agressivité est encore très élevé quand on est 16e, 17e ou 18e", a-t-il précisé. "C'est la course, il y a encore une bonne compétition [même derrière]."

Plusieurs éléments entre en compte

Selon Morbidelli, le niveau très concurrentiel pousse les pilotes à se montrer plus agressifs au départ et la configuration des courses n'aide pas. Le format du sprint a plusieurs fois été critiqué, avec des accrochages au départ à Jerez et au Red Bull Ring, mais les facteurs sont nombreux : "Il n'y avait pas de course sprint [auparavant]. Peut-être qu'avoir plus de départs, des courses plus courtes, une dégradation des pneus, un championnat en deux grands groupes [séparés], ça peut renforcer l'agressivité."

Morbidelli estime que les pneus jouent un rôle très important dans l'équation, entre la dégradation et la montée en température de la gomme avant qui viennent compliquer les dépassements. Les pilotes sont contraints de gagner des places dès l'extinction des feux, sachant qu'ils auront beaucoup plus de mal à le faire par la suite.

"On a vu des accidents assez vilains dans les premières parties des courses et je suis quasi certain que c'est dû aux pneus. Je suis sûr à 98% que ça vient des pneus. On a une grosse dégradation, on a beaucoup de mal à gagner des positions. Toutes les positions que l'on gagne au début seront très utiles pour toute la course donc on prend beaucoup de risques au début, c'est comme ça."

"Comme je l'ai dit à Jerez, le niveau technique a augmenté", a ajouté Morbidelli. "Les systèmes, le variateur de hauteur arrière, le variateur de hauteur avant, des ailerons, des ailerons devant, des ailerons derrière, des ailerons au milieu, des ailerons partout ! Le niveau technologique a beaucoup augmenté, les pneus sont restés les mêmes. Voilà."

Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Franco Morbidelli a pu doubler Jack Miller et Augusto Fernández

Passé de la 16e à la 19e place au départ, Morbidelli a ensuite perdu une place au profit d'Iker Lecuona. Il a par la suite réussi à remonter dans le classement en reprenant l'avantage sur le remplaçant d'Álex Rins, en doublant Miller et Augusto Fernández, et en profitant de la chute de Pol Espargaró pour se classer au 15e rang. Un résultat loin d'être suffisant pour le satisfaire.

"J'étais engagé", a-t-il souligné. "J'ai assisté à la lutte entre les KTM, je m'y suis immiscé et j'ai pu voir l'arrivée devant eux."

"Le problème c'est qu'avec l'incident du début de course, j'ai perdu quelques places, alors je me suis raidi un instant et Lecuona m'a passé dans la ligne droite, au premier ou au deuxième tour, je ne sais plus. Après, quand on prend notre rythme, oui, on est assez performants, mais bon... On est un peu plus performants que la Honda, quoi."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Viñales n'a pas voulu aller au contact pour franchir le mur Bagnaia
Article suivant Martín sent que son manque d'agressivité lui a coûté cher

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse